Les entreprises sont de plus en plus ciblées par les cyberattaques. Or, ces assauts peuvent avoir de graves conséquences telles qu’une perte financière, une dégradation d’image, ou une perte de la confiance des clients. En tant que chef d’entreprise, il est essentiel d’apprendre à protéger sa société contre ces menaces. Découvrez les meilleures pratiques à adopter pour les TPE-PME, les franchises, pour déjouer les plans des hackers !

En comparaison avec les grandes entreprises, les TPE-PME prennent généralement moins de précautions de cybersécurité. C’est la raison pour laquelle elles constituent des cibles de choix pour les cybercriminels.

De nombreuses organisations de moins de 50 employés n’ont pas de budget dédié à la cybersécurité, y compris en France. Pourtant, selon le Cost of Data Breach Report d’IBM, le coût moyen d’une violation de données atteint 3,95 millions d’euros

Il existe heureusement des pratiques permettant de renforcer la cyberdéfense d’une TPE-PME, comme l’adoption de logiciels antivirus adaptés, ou l’investissement dans une formation en cybersécurité pour ses employés. Voici tout ce que vous devez savoir pour protéger votre entreprise.

Pourquoi les franchises sont-elles vulnérables ?

De nombreuses entreprises négligent la cybersécurité. Beaucoup d’entreprises se sentent justement « trop petites » pour risquer d’être prises pour cibles par les hackers.

Même lorsqu’un incident survient, la plupart d’entre elles ne réalisent pas assez tôt sa gravité. Les dirigeants de ces entreprises ne ressentent pas le besoin d’investir de temps ou d’argent dans une stratégie de cybersécurité.

Par conséquent, le budget alloué à leurs défenses est insuffisant. Les systèmes informatiques sont souvent obsolètes, et même les mises à jour de sécurité ne sont pas installées.

Le problème s’est amplifié lors de la crise du COVID-19. De nombreuses petites entreprises sont passées au télétravail, offrant aux hackers l’opportunité de s’attaquer aux ordinateurs personnels des employés ou à leurs services cloud mal configurés.

En outre, les cybercriminels peuvent facilement manipuler les petites entreprises grâce à l’ingénierie sociale et aux techniques de phishing. Et en cas d’attaque par rançongiciel, les TPE-PME sont contraintes de payer la rançon faute de système de backup pour restaurer leurs données…

De manière générale, l’erreur humaine est la principale cause de fuite de données dans les petites entreprises. Toujours selon le rapport d’IBM, le vol d’identifiants est la méthode la plus couramment employée par les hackers pour accéder aux données d’une entreprise.

Les TPE-PME ne se focalisent pas assez sur la formation en cybersécurité, et les employés ne sont donc pas en mesure d’identifier les menaces. Par conséquent, ils tombent fréquemment dans des arnaques d’ingénierie sociale.

Quel est l’impact d’une cyberattaque ?

Une cyberattaque sur une franchise peut causer de graves dégâts. Tout d’abord, les hackers peuvent s’emparer de données comme les numéros de cartes de crédit de clients et autres informations.

Ils peuvent aussi se servir d’identifiants dérobés pour accéder aux systèmes informatiques de partenaires de plus grande envergure. Par exemple, la fuite de données du géant américain des hypermarchés Target en 2014 est survenue suite au piratage de son fournisseur d’air conditionné.

En outre, les hackers peuvent lancer une attaque par rançongiciel et verrouiller les systèmes informatiques en exigeant une rançon. L’entreprise n’aura souvent d’autre choix que de payer.

Face à une cyberattaque, l’entreprise peut être contrainte d’interrompre temporairement son activité. Les clients peuvent perdre confiance, et la réputation peut être ternie sur le long terme.

Comment se défendre contre les cyberattaques ?

Face à l’essor du cybercrime, il est plus important que jamais pour les franchises de comprendre à quel point les cyberattaques peuvent impacter leurs opérations. Elles doivent impérativement prendre les mesures adéquates pour se protéger.

La formation des employés à la cybersécurité est essentielle, et doit se poursuivre continuellement. Chaque membre de l’organisation doit connaître les vulnérabilités potentielles, savoir reconnaître et éviter les arnaques, créer de solides de mot de passe, et protéger les informations sensibles sur l’entreprise ou ses clients.

Les entreprises doivent aussi utiliser des logiciels de sécurité tels que des firewalls, des antivirus et des programmes anti-spyware pour empêcher les hackers d’accéder aux données sensibles. Ces logiciels doivent être mis à jour régulièrement, car de nouvelles menaces apparaissent sans cesse.

Puisque de nombreuses fuites de données sont causées par l’erreur d’un employé, une mesure de sécurité efficace est de limiter l’accès aux données. Chaque équipe ne doit pouvoir consulter que les informations requises pour son activité. Des sauvegardes backup régulières des données sur tous les ordinateurs, et un plan de récupération sont également d’un grand secours en cas de cyberattaque.

Il est aussi recommandé d’utiliser les technologies de chiffrement. Toutes les données stockées sur les ordinateurs et serveurs doivent être chiffrées, pour être protégées même en cas d’intrusion.

Enfin, en plus de mots de passe uniques et complexes, l’authentification multifacteurs permet de mieux protéger les accès. Pour se connecter, les utilisateurs devront fournir un code de sécurité reçu sur leur téléphone.

En conclusion, face à la recrudescence du cybercrime, le risque de fuite de données est de plus en plus élevé pour les franchises. Il est impératif pour les entreprises de faire preuve de vigilance, d’implémenter les bonnes pratiques de cybersécurité, et de former leurs effectifs pour protéger leur activité et leur image de marque.

(Crédit photo : iStock)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *