Economie

Travaux/Habitat : un marché touché par la crise… mais prometteur

2012-07-26T17:00:00+02:00

14.09.2009 mis à jour le 26.07.2012, 


imprimer

Après une reprise de l’activité en 2011, le marché des travaux et de l’habitat connaît à nouveau des turbulences. Cependant, malgré une activité en baisse de 0,5 % au cours du 2eme trimestre 2012, le secteur reste prometteur, tiré par les travaux de rénovation et d’entretien.

marche prometteur
Crédits photo : Getty Images
Travaux et Habitat : un marché prometteur

Recul global de l’activité

Le marché des travaux et de l’habitat semblait s’être sorti de la crise, après les cinq trimestres consécutifs de croissance qui ont traversés 2011 et le début de l’année 2012. En 2011, l’activité globale de l’artisanat du bâtiment a enregistré une augmentation de 3,5 %1 du chiffre d’affaires. Au 2ème trimestre 2012, l’activité a connu une baisse de 0,5 %. Selon la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB), les perspectives pour le second semestre ne devraient pas être meilleures. Ces signes pourraient même annoncer le début d’une dégradation persistante avec pour cause un climat économique peu favorable : durcissement de l’accès aux crédits, pour les ménages et les sociétés, et le recul des investissements des entreprises. La hausse de la TVA sur les travaux, passée de 5,5 % à 7 % en janvier 2012, n’améliore pas la situation.


Des disparités géographiques

Les chefs d’entreprises du secteur Travaux/Habitat estiment que le ralentissement de l’activité est variable selon les régions, même s’il est général. Seul le Rhône-Alpes et le Sud-Est semblent épargnés par ce recul, tandis que la région Centre est la plus touchée. Les conditions météorologiques peuvent également avoir un impact sur certains travaux d’extérieurs.


Du potentiel dans l’activité de rénovation et d’entretien

Le secteur trouve son salut dans l’activité de rénovation et d’entretien. Bien que stagnante depuis le début de l’année, l’activité résiste bien mieux que le marché du neuf. Les travaux de rénovation énergétique de logements sont particulièrement dynamiques, avec une croissance de 3 % au second trimestre 2012. Cette progression est constante depuis neuf trimestres. Toutefois, la Capeb constate que 53 % de ces travaux ne sont effectués qu’en ultime recours, souvent en remplacement du matériel hors d’usage. Dans un communiqué diffusé le 11 juillet, Patrick Liébus, président de la Capeb, concevait les chantiers de rénovations énergétiques comme « une vraie opportunité pour le secteur », précisant que « la recherche de confort et d’économie d’énergies est le dernier rempart contre la crise ».


Un marché essentiellement grand public

Selon une étude du Club de l’Amélioration de l’Habitat (CAH) menée en 2008, 79 % des commanditaires d’ouvrages étaient des ménages occupants. Les bailleurs commandaient 13 % des travaux et les HLM environ 8 %. Un ménage sur deux réalise chaque année des travaux pour son logement, ce qui représente plus de 13 millions de résidences principales en France. Un potentiel certain pour les réseaux du secteur.


________
1 Source : Capeb « Artisanat du bâtiment : activité en baisse (-0,5%) au 2e trimestre », 2012

Sommaire
Dans ce secteur
Fiches pro APCE