Métier

Travaux et Habitat : améliorer le cadre de vie des consommateurs

2012-07-26T17:00:00+02:00

14.09.2009 mis à jour le 26.07.2012, 


imprimer

Si le consommateur français n’achète pas de nouveaux logements, l’amélioration de son habitat devient une priorité afin d’entretenir son bien et ainsi de préserver son capital. Construction et rénovation de façades, toitures, piscines, vérandas, jardins… Des activités variées, avec un point commun : comprendre le projet du client.

Comprendre le projet des clients
Crédits photo : Getty Images
Travaux et Habitat : les entrepreneurs doivent comprendre le projet de leurs clients

Cœur de métier

Le cadre de vie s’inscrit au cœur du secteur des travaux et de l’habitat. Améliorer l’habitat actuel plutôt que d’en acheter un nouveau, c’est sur cette problématique porteuse que sont attendus les entrepreneurs. A la différence des secteurs de la décoration et de l’aménagement, également axés sur la maison, les consommateurs peuvent difficilement intervenir eux-mêmes : construire une piscine ou un garage ne s’improvise pas. Pour l’entrepreneur, comprendre le projet de ses clients se révèle donc essentiel. L’aspect « définitif » des activités, puisqu’une fois une véranda construite ou une façade rénovée il est difficile de revenir en arrière, implique d’être parfaitement en adéquation avec la volonté du consommateur. Au-delà de l’aspect purement technique lié au bâtiment, le métier englobe des domaines plus larges, où l’importance que les Français attachent à leur maison, refuge en tant de crise, doit être impérativement prise en compte.


Les spécialités

Certains grands réseaux se sont spécialisés dans le courtage en travaux. Il s’agit de sélectionner et fédérer des professionnels du bâtiment, puis de leur présenter les clients. Marché porteur, de nombreux réseaux de courtage en travaux se sont développés : Illico Travaux est l’un des plus important avec près d’une centaine de courtiers, Activ Travaux suit avec ses 90 courtiers, La Maison Des Travaux en compte près de 50, Axéo Travaux en totalise 20 et Cimco Travaux devrait atteindre dix franchisés d’ici la fin de l’année.


D’autres réseaux plus « traditionnels » se spécialisent sur chaque zone de l’habitat. Ainsi, Net Habitat (8 implantations), FCA (une vingtaine d’agences) ou encore Holding Rousseau (une quinzaine d’agences) ont choisi un marché de niche : les toitures, les façades et l’isolation. Le marché des fenêtres compte également plusieurs réseaux, comme Iso France Fenêtres et Tryba (300 espaces conseil) du groupe Atrya, Clair de Baie (plus de 40 unités), Lorenove (75 espaces conseils) et Plein Jour (près de 40 concessions). Cette activité est soutenue par de plus en plus de facteurs structurels : préoccupations énergétiques, vieillissement du parc du logement, réglementations et incitations fiscales des pouvoirs publics avec le crédit d’impôts et la réglementation thermique, etc. Une conjoncture favorable qui, accompagnée par la hausse des prix de l’énergie, permet aux entreprises du secteur d’espérer 11,4 millions de ventes cette année1. Les enseignes telles que Repar’stores (40 points de vente) et Storistes de France (plus de 80 unités), elles, sont positionnées sur les stores et volets roulants.

Les activités de la cheminée, du chauffage et de la climatisation avec Turbo Fonte (une vingtaine de concessionnaires) et Brisach (140 points de vente), profitent également des nouvelles réglementations thermiques. Rare entreprise à bénéficier de la certification nécessaire pour manipuler l’amiante, le réseau de professionnels du désamiantage Amiantec profite de sa position pour se développer : il souhaite compter 80 partenaires d’ici 2015.

L’extérieur est aussi bien servi : des paysagistes avec Cardinal Jardin, qui envisage d’atteindre une quarantaine d’adhérents d’ici la fin de l’année, des piscinistes avec Piscinelle (plus de 35 conseillers) et Irrijardin (62 magasins) ou des spécialistes des allées avec Daniel Moquet signe vos Allées (plus de 70 franchisés). Cependant, ces spécialités font face à une conjoncture particulièrement difficile. En 2009 et 2010, le secteur du paysage n’a enregistré aucune croissance du chiffre d’affaires2. Sur le marché de la piscine, la croissance du chiffre d’affaires ne devrait pas dépasser 2 % pour l’année 2013 alors qu’il a progressé de 6,5 % en 20113.

Organismes
  • La Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment, la Capeb, représente 380 000 entreprises artisanales du bâtiment. Créée en 1946, son but est de promouvoir, défendre et représenter les professionnels du secteur.
  • Créée en 1971, l’Agence nationale de l’Habitat, l’Anah, est un établissement public mettant en œuvre la politique nationale de développement et d’amélioration du parc des logements privés existants. Elle accorde des subventions afin d’encourager l’exécution de travaux destinés à la lutte contre le logement indigne et la précarité énergétique.
  • L’Unep-les entreprises du paysage réunit les professionnels du paysage. Reconnue par les pouvoirs publics, l’organisation anime, organise, défend et promeut les métiers du secteur depuis 1963. Elle assure sa présence locale à travers 95 présidents départementaux.
  • Le Club de l’amélioration de l’habitat, le CAH, est né de la volonté des acteurs publics et privés de créer des outils de connaissance sur le marché grand public de la rénovation en France. Une cinquantaine de membres représentant la filière sont regroupés au sein de l’association.

________
1  Source : étude XERFI « Le marché de la fenêtre à l’horizon 2012 », juin 2011
2  Source : Unep – les entreprises du paysage
3  Source : étude Xerfi « Le marché des piscines en France », janvier 2012

Sommaire
Dans ce secteur
Fiches pro APCE