Témoignage immobilier

Y. Bedin (Cabinet Bedin Immobilier) : « Le développement en franchise a échoué »

2009-08-31T11:51:00+02:00

31.08.2009, 


imprimer

Forte d’une quarantaine d’agences immobilières intégrées, Yvette Bedin a misé sur la franchise pour dupliquer son concept à grande échelle. Avec des résultats décevants.

Yvette Bédin, du cabinet Bedin Immobilier, temoign
Crédits photo : DR
Yvette Bédin, du cabinet Bedin Immobilier, témoigne de l'échec de son lancement en franchise

Quelles motivations vous ont conduit à lancer une stratégie franchise ?

J’ai créé l’enseigne en 1977 et commencé à m’intéresser à la franchise en 2002-2003. A l’époque, je possédais une quarantaine d’agences immobilières en propre, réparties essentiellement en Aquitaine. Mais le succursalisme a ses limites : plus le réseau croît, plus les points de vente sont éloignés du siège et plus il devient difficile de les manager. Un gérant salarié n’applique pas forcément le savoir-faire avec autant d’implication et de rigueur qu’un franchisé. D’où une stratégie de développement mixte.


Comment vous y êtes-vous prise ?

J’ai rencontré les dirigeants de plusieurs réseaux immobiliers (Guy Hoquet, Laforêt, Century) pour qu’ils m’expliquent comment ils avaient procédé. Ne souhaitant pas me séparer de mes succursales, j’ai recruté deux responsables développement en 2004 auxquels j’ai délégué la stratégie franchise. Aucun d’eux n’avait d’expérience dans la franchise mais tous deux étaient des professionnels de l’immobilier. Le premier était chargé de prospecter du côté des agents immobiliers déjà en activité tandis que le second devait constituer un vivier de candidats à l’installation.


Quel est le bilan ?

Ce fut un échec cuisant. J’ai écarté l’ensemble des candidatures car le profil des personnes intéressées n’était pas en adéquation avec ce que je recherchais. Soit nous ne partagions pas la même vision et la même pratique du métier. Soit les postulants n’avaient pas les diplômes requis pour exercer. Et pour moi, il était hors de question de trouver un arrangement afin de contourner la loi. J’ai peut-être pêché par excès d’orgueil. Mais je n’ai pas renié mes valeurs. Vu le contexte économique, j’ai mis entre parenthèse le développement de l’enseigne. Mais je n’abandonne pas l’idée de relancer la stratégie franchise le moment venu.
 

Sommaire
Fiches pro APCE