Pourquoi choisir Rouen

Implantation franchise : Rouen désire associer le shopping à la vie culturelle

2009-05-27T10:41:00+02:00

27.05.2009, 


imprimer

A Rouen, après la récente inauguration de Docks 76, il reste des potentiels d’implantation. Notamment dans les domaines du bricolage, de la culture, des loisirs et des bars à thème.

Docks 76, Rouen
Crédits photo : DR
Les Docks 76 à Rouen

Rouen ou la mixité commerciale

« L’identité de Rouen, c’est sa grande mixité commerciale » explique fièrement Agnès Fiévez, à la fois manager du centre-ville et en charge de la dynamique territoriale auprès de la mairie. Une mixité des structures tout d’abord. « Rouen a la chance d’avoir à la fois de très grandes enseignes nationales, véritables locomotives, (Printemps, Galeries Lafayette, Fnac, Esprit…) et de nombreux commerces indépendants » précise Agnès Fiévez. Une mixité des activités aussi. De l’habillement à la décoration en passant par l’équipement de la maison, l’offre est très diversifiée. Certaines spécialités, comme les métiers de bouche et d’art, font même la renommée de la ville. Après Paris et Nice, Rouen est ainsi la troisième ville de France par le nombre et la qualité de ses antiquaires.


Une vie commerçante dynamique et structurée

Une quarantaine d’associations et de comités commerciaux structurent et animent la vie commerçante rouennaise, dont la 3CR. « Notre point fort, c’est la communication et notamment notre portail internet qui permet au public et aux professionnels d’obtenir toutes les informations sur la vie commerçante et économique de Rouen. Chaque mois, nous avons 90 000 visites sur ce site » explique son président, Philippe Despréaux. « Nous pouvons aussi accompagner un commerçant qui souhaite lancer une manifestation en gérant avec lui l’organisation et la communication. » Et des animations, la ville en compte beaucoup : la grande braderie en septembre, la fête du ventre en octobre, le marché de Noël, les fêtes Jeanne d’Arc en juin... de quoi rythmer la vie commerçante de l’agglomération et attirer le chaland.


Encore quelques potentiels d’implantation

Avec l’ouverture de Docks 76 et ses 80 magasins en avril dernier, Rouen vient de signer sa dernière grande opération commerciale. « Créer ex-nihilo une structure d’envergure serait désormais une aventure hasardeuse. Telle qu’elle est actuellement structurée, l’offre est quantitativement suffisante pour plusieurs décennies » affirme Alain Boissière, directeur général de la CCI de Rouen. Légèrement sous-représenté jusqu’à maintenant, le secteur de l’équipement de la maison vient d’être renforcé avec l’implantation cette année d’Ikéa à Tourville-la-Rivière. Quelques potentiels d’implantations existent encore dans le domaine du bricolage, de la culture et des loisirs. Dans Rouen intra-muros, il y a encore de la place pour des restaurants et bars à thème, susceptibles d’animer la vie nocturne des 40 000 étudiants notamment. « Néanmoins, nous restons ouverts à tous les candidats dès lors qu’ils apportent une nouvelle offre aux consommateurs. Rien n’est figé » nuance Sébastien Pividal, directeur du développement économique de l’agglomération rouennaise.


Travailler sur le qualitatif

Pour dynamiser la vie commerçante, il faudra donc désormais améliorer la qualité de l’offre déjà existante. Grâce au Fonds d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce, financé par l’Etat, un nouveau projet de rénovation urbaine devrait voir le jour d’ici quelques mois. D’après de premières informations, une des pistes de travail serait d’allier commerce et patrimoine, à l’image des fêtes Jeanne d’Arc où pendant tout un week-end la ville est plongée dans le Moyen-Age. « Peu de gens connaissent la richesse du patrimoine rouennais. Nous travaillons donc sur une démarche de découverte culturelle en plus du seul shopping » explique Agnès Fiévez. Au niveau de l’agglomération, l’accent est mis sur l’amélioration de la qualité architecturale, environnementale et paysagère ainsi que sur une meilleure accessibilité des zones commerciales actuelles plutôt que sur leur extension.


Trois nouveaux pôles tertiaires

A partir de 2011, deux pôles tertiaires verront le jour dans Rouen intra-muros. A l’ouest, Rives de Seine devrait accueillir 1 500 habitants à terme. Situé au cœur du campus hospitalo-universitaire, Rouen Innovation Santé (6,2 ha) sera dédié aux activités de la santé. A cheval sur les communes de Bois-Guillaume, Isneauville, Saint-Martin-du-Vivier et Fontaine-sous-préaux, le parc d’activités de la Plaine de la Ronce (90 ha) sera, lui, livré à partir de 2010. Sans aucun doute, ces différents projets, associant activités tertiaires et logements, génèreront de nouveaux besoins pour les futurs habitants. Petits restaurants, salons de coiffure, pressing…autant de places à prendre dans les années à venir.
 

Liens vers cet article
Fiches pro APCE