Réseaux

Restauration classique : baisse d’appétit dans les réseaux

2009-12-01T15:41:00+02:00

01.12.2009, 


imprimer

Les chaines résistent mieux que les indépendants à la baisse de la fréquentation mais tournent pour la plupart au ralenti.

Les chaînes tournent au ralenti
Crédits photo : Getty Images
Les chaines résistent mieux que les indépendants à la baisse de la fréquentation mais tournent pour la plupart au ralenti.


A table

Malgré la baisse de fréquentation dans l’ensemble des établissements de restauration, les franchiseurs poursuivent leur développement. Avec cependant un ralentissement du rythme des ouvertures. Exception notable, La Pataterie, lancée en franchise en 2003, affiche à son compteur une quarantaine d’établissements. Elle entend en ouvrir une vingtaine cette année et dépasser la barre des 100 d’ici à la fin 2012. La mauvaise conjoncture porte par contre un nouveau coup au Bistro Romain. L’an passé, 6 établissements ont fermé leur porte. Le groupe Flo entend maintenir 36 restaurants dont 4 en franchise mais en les convertissant peu à peu en des enseignes plus porteuses comme Hippopotamus, Tablapizza ou Taverne de Maître Kanter.


Au zinc

Dans le segment des bars cafés, Café Leffe a renforcé sa position avec l’ouverture d’un établissement à Cholet, se constituant ainsi un parc d’une vingtaine d’établissements. L’an dernier le brasseur Heineken a lancé Club Pélican chargé de commercialiser la bière Pelforth. La nouvelle enseigne en licence de marque compte désormais 4 unités. A noter également l’arrivée d’un concept inédit le hold’em Café qui marie poker et bar. Les fondateurs misent sur l’engouement des Français pour le jeu de cartes américain. Dans leur ensemble, les restaurant-bars connaissent une croissance très limitée de leur réseau.


Sur le grill

Leader de son segment, Buffalo grill (108 établissements franchisés et 217 en succursales) revendique un chiffre d’affaires de 600 millions d’euros et annonce l’ouverture de 10 nouvelles unités en 2010 malgré une légère érosion du nombre de couverts dans ses restaurants l’été dernier. De son côté, son concurrent, Hippopotamus confirme son statut de poids-lourd avec 112 établissements recensés en 2008, grâce notamment à une accélération des implantations sur les autoroutes. Optimiste face à la croissance de l’activité des restaurants grill, La Boucherie, qui compte aujourd’hui 68 établissements, ambitionne d’en regrouper 100 en 2011.


Du côté de l’Italie

La pizzeria reste un créneau porteur grâce à l’évolution des comportements des consommateurs et la progression de la vente à emporter. Del Arte profite particulièrement de cette tendance. Fort de ses 93 restaurants en 2008, le réseau a annoncé l’ouverture de 11 unités en 2009 et 15 en 2010. Et il espère poursuivre sur sa lancée avec un rythme de 20 à 30 ouvertures par an à partir de 2011. Fuxia, restaurant-épicerie qui s’est positionné sur le haut de gamme de la gastronomie transalpine, s’est fixé des objectifs un peu plus modestes avec la création de 5 unités nouvelles par an.


Cap sur l’exotisme

Tapas, sushis, tex-mex, wok, les nouvelles enseignes de cuisine étrangères se multiplient à vitesse grand V. Le n°1 de la cuisine mexicaine El Rancho a ouvert 5 établissements cette année portant son parc à 26 unités. L’enseigne, créée en 1992 s’implante principalement dans les centres commerciaux. Côté tapas, Artapas, née dans les Pyrénées-Orientales, se lance dans le maillage de l’Hexagone avec 3 ouvertures en franchise programmées cette année et 5 l’année prochaine. Autre créneau porteur, le wok apprécié pour sa cuisine saine et équilibrée. Tiger Wok, développé en franchise depuis 2006, a annoncé un chiffre d’affaires de plus de 6 millions d’euros pour son exercice 2007-2008. A ses côtés fleurissent Rouge Tedance, Coba Lodge. The Noodle House, né à Dubaï pourrait bien venir tenter sa chance sur le territoire français.

Sommaire
Dans ce secteur
Fiches pro APCE