Marché

Franchise : l’économie florissante de la restauration rapide

2011-09-02T14:42:00+02:00

20.02.2009 mis à jour le 02.09.2011, 


imprimer

Depuis 20 ans, la restauration rapide est en perpétuelle croissance. Adapté aux nouveaux modes de vie des Français, ce secteur est un des rares à tirer son épingle de la crise.

Les fast-food, nouveau mode de consommation
Crédits photo : Getty Images
La restauration rapide répond à de nouvelles habitudes alimentaires.

Economie générale

En 2010, le marché de la consommation alimentaire hors domicile représentait 82 milliards d’euros hors taxes. La restauration rapide totalise 31 % du chiffre d’affaires global. En 2010, la restauration commerciale a réalisé un chiffre d’affaires de 46,69 milliards d’euros, en progression de 3,50 % par rapport à 2009. Dans ce contexte, les chaines et la restauration rapide ont porté ce marché avec un bond de 8 %. (Source Gira conseil) Ainsi, la restauration rapide regroupe 23 600 adresses en France (Source FIND).


Dynamisme de l’emploi et des entreprises

Chaque année, la restauration rapide crée entre 8 et 10 000 emplois (chiffres SNARR). Ce secteur demande une main d’œuvre importante. En 2006, il représentait 28 100 entreprises et employait plus de 112 000 salariés (enquête Insee), soit plus de 23 % de la masse salariale de l’ensemble de la restauration. En 2008, alors que la restauration accuse un ralentissement économique avec 25 % de défaillances supplémentaires d’entreprises sur les 7 premiers mois de l’année, la restauration rapide, elle, sort indemne de la crise (source : BRA).


 La restauration rapide et les consommateurs

La restauration rapide répond à de nouvelles habitudes alimentaires. Alors qu’en 1975, les Français restaient en moyenne 1h38 à table, les repas actuels durent à 31 minutes (étude Gira Food Services). De nos jours, la pause-déjeuner ne sert plus uniquement qu’à manger. Les femmes actives sont plus nombreuses et beaucoup d’entre elles profitent de ce temps pour faire des courses, ce qui a entraîné une consommation plus importante de sandwiches : 70 % des actifs en mangent à midi. Par ailleurs, la restauration rapide a bénéficié de la crise : car ses méthodes de fabrication industrielle lui permettent de pratiquer des prix bas. Le prix moyen du ticket est inférieur à 8 euros TTC.


Sommaire
Dans ce secteur
Fiches pro APCE