Témoignage franchisé

Parcours d'entrepreneur : un client devenu franchisé

2009-05-11T12:36:00+02:00

16.02.2009 mis à jour le 11.05.2009, 


imprimer

 Comment Philippe Tardy, 50 ans, a réussi la reprise d’une franchise Eléphant Bleu, à Saint-Jean d’Angély (17).

Philippe Tardy, franchisé Elephant Bleu
Crédits photo : Droits réservés
Philippe Tardy, franchisé Elephant Bleu.

Du jardin à la voiture

En juin 2006, Philippe Tardy vend ses deux boutiques spécialisées dans la motoculture de plaisance à un petit groupe. « Cela représentait 22 salariés et 4 millions d'euros de chiffre d'affaires au total. C'était trop lourd à gérer seul et chronophage ». Il reste un an pour faire la transition puis cherche une nouvelle occupation. Ce sera un centre Eléphant Bleu. « Je passais régulièrement laver ma voiture. Le propriétaire, que je connaissais bien, était proche de la retraite. Je lui ai fait une proposition », raconte-t-il.


Droit de préemption

A l'époque, l'entreprise réalise un chiffre d'affaires de 80 000 euros HT, sans salarié. Les deux hommes tombent rapidement d'accord sur le prix. « Dans ce réseau, les stations de lavage se vendent 2 à 3 fois le montant du chiffre d'affaires », indique Philippe Tardy. Le franchiseur, prévenu par courrier des intentions du cédant, lui fait savoir qu'il ne souhaite pas faire jouer son droit de préemption et valide la candidature du repreneur. En 1 mois, l'affaire est bouclée. « J'ai analysé moi-même les bilans et comptes d'exploitation du franchisé ainsi que le contrat de franchise », précise le repreneur.


Un travail à mi-temps

Lié au franchiseur par un nouveau contrat de 3 ans, il a dû débourser 15 000 euros au titre des droits d'entrée. « Cela couvrait les frais de formation, l'accès à l'enseigne et une exclusivité territoriale pour laquelle j'ai négocié un périmètre plus important que mon prédécesseur », précise-t-il. Philipe Tardy n'a aucun regret : « désormais, je travaille à mi-temps. En outre, j'ai gardé d'excellentes relations avec l'ancien franchisé si bien que quand j'ai besoin de m'absenter 8 à 10 jours, c'est lui qui me remplace !».

Sommaire
Dans ce secteur
Fiches pro APCE