Itinéraire franchise

P. Dauvergne (Easy Cash) : « Dans le choix d’une ville, il ne faut pas être trop rigide »

2009-03-11T17:41:00+02:00

11.03.2009, 


imprimer

Paris, Rouen et Caen : les trois destinations retenues par Philippe Dauvergne (Easy Cash) ne lui offraient pas les mêmes possibilités de développement.

Philippe Dauvergne, franchisé Easy Cash
Crédits photo : DR
Philippe Dauvergne, franchisé Easy Cash.

Après avoir prospecté en région parisienne et à Rouen, c'est finalement à Caen que Philippe Dauvergne a inauguré son magasin Easy Cash, en août 2007.


Pas pressé d'ouvrir 

"J'avais pris contact avec Easy Cash, une franchise de dépôt-vente, lors du Salon des entrepreneurs de janvier 2006. J'ai ouvert mon magasin un an et demi plus tard, à Caen. Je n'étais pas très pressé : j'avais été licencié après avoir été directeur chez Carrefour pendant quinze ans, donc j'avais de quoi voir venir. Les équipes d'Easy Cash m'ont d'abord proposé un emplacement à côté de chez moi, à Claye-Souilly (Seine-et-Marne), dès le mois de mars suivant.


Près des amis ?

Dans un premier temps, j'étais parti sur cette piste qui me permettait de rester près de Paris, où mon épouse avait ses amis. Mais cet emplacement supposait d'ouvrir le dimanche… J'ai donc préféré en chercher un autre. Comme j'avais passé six ans sur Rouen, le réseau et moi avons ensuite prospecté là-bas, mais nous n'avons rien trouvé. J'ai arpenté les centres commerciaux, demandé dans les boutiques... Finalement on m'a proposé Caen, et j'y suis allé.


Un an et demi d'attente

J'ai signé la promesse de bail en septembre 2006, les locaux neufs ont été livrés en juin 2007 puis je les ai aménagés en six à sept semaines. Pour Easy Cash, il faut un emplacement numéro 1 et une ville de 100 000 habitants minimum. Mon magasin est situé entre la gare et la zone commerciale, sur la route de Paris, avec un passage de 20 000 véhicules/jour. Quand je demande aux clients comment ils sont venus chez nous, les trois quarts me répondent « parce que je suis passé devant chez vous » !


Trente ans de mobilité

Sans l'aide du réseau, je n'aurais pas trouvé un local aussi bien que celui-là. Bien sûr, si vous habitez Poitiers et que vous voulez impérativement vous installer à Poitiers, on ne peut pas vous le garantir… Il ne faut pas être trop rigide. Mais moi, la mobilité, je l'ai pratiquée pendant trente ans : ici ou là, peu importe, l'essentiel est d'arriver à se poser. Et sincèrement, je me réjouis tous les jours d'avoir accepté le site de Caen !"

Sommaire
Dans ce secteur
Fiches pro APCE