Trouver la bonne franchise

2018-02-20T10:18:00+02:0020.02.2018, 


imprimer

La création d'une entreprise en franchise est un projet motivant : intégrer un réseau de professionnels et pouvoir bénéficier de leur expérience et de leurs conseils, exploiter une enseigne connue et son concept, tout cela semble être une bonne idée d'investissement pour le futur. 


Crédits photo : shutterstock.com

Il y a bien un investissement à réaliser lorsqu'on crée sa propre franchise au sein d'un réseau existant. Mais il faut prendre le temps de faire le bon choix : les franchises sont nombreuses, il en existe dans tous les secteurs, et il est important de mener une étude de l'existant avant de signer un contrat sur plusieurs années avec un franchiseur. Le DIP est un document essentiel dans ce choix.

Les questions à se poser sur la franchise et sur soi

Le candidat qui souhaite se lancer dans la franchise doit tout d'abord se demander s'il est prêt. Prêt à gérer l'activité d'une entreprise en général, et d'une franchise en particulier. Ce projet requiert des compétences de gestion, des fonds initiaux pour procéder au financement de la création, et surtout l'envie d'intégrer un réseau professionnel très particulier, avec un franchiseur comme garant du business et du développement.

Pour faire le bon choix et trouver la bonne franchise, il faut examiner les sujets suivants. S'agit-il d'une franchise très connue ou d'un concept confidentiel ou débutant ? Si la franchise n'est pas connue, il ne sera pas possible de compter sur sa notoriété pour garantir le chiffre d'affaires. Dès lors, est-il judicieux de rejoindre ce réseau ? Peut-être, si les moyens proposés et les équipes en place sont motivants.

Quels sont les coûts liés à cette franchise ? Le droit d'entrée est-il élevé ? Quelles sont les redevances dues au franchiseur au titre de l'activité de l'entreprise ? Là encore, les coûts élevés ne se justifient que si l'enseigne bénéficie d'une notoriété importante, assurant ainsi une bonne rentabilité.

La rentabilité doit être anticipée par le franchiseur lui-même, qui doit pouvoir fournir un compte de résultat prévisionnel. Les produits ou services de la franchise remporteront-ils du succès dans la zone où le franchisé souhaite s'implanter ? Sont-ils toujours d'actualité sur le marché ou correspondent-ils à une mode déjà passée ?

Le contrat doit aussi faire l'objet d'une étude, notamment les clauses d'exclusivité, et la durée de son application. Le franchiseur a-t-il prévu une formation complète du franchisé en amont de l'activité et durant son développement ?

Le DIP, le document d'information pré-contractuelle

Légalement, le franchiseur est tenu de fournir un DIP au candidat en amont de la signature du contrat de franchise, il n'a pas le choix. Il s'agit d'un document qui récapitule les données essentielles concernant le réseau, et permet de faire un choix avec toutes les informations en main.

Il doit comporter au minimum : l'adresse de l'entreprise et la nature de son activité, sa date de création, son numéro d'immatriculation, sa principale domiciliation bancaire, et surtout les principales étapes de son développement, via la création de nouvelles agences.

Le franchiseur doit aussi indiquer dans le DIP l'état du marché et de la concurrence dans le secteur qu'il occupe, ainsi que les possibilités de développement. Le montant des investissements attendus de la part du franchisé doit figurer dans le DIP, notamment l'apport personnel.

Les informations et les chiffres contenus dans le business plan de ce DIP doivent concerner au minimum les cinq années précédant la date à laquelle il est remis au candidat. On doit aussi trouver dans le DIP les comptes annuels des deux derniers exercices.