Tribune libre

Devenir franchisé d’une enseigne sans connaître le secteur : est-ce risqué ?

2017-10-06T06:00:00+02:0006.10.2017, 


imprimer

Entreprendre en réseau sans connaître le métier freine de nombreux candidats. Pourtant, cette condition ne constitue pas un élément clé de la réussite en franchise. L’éclairage de Laurence Pottier Caudron, présidente fondatrice du réseau Temporis.

Reconversion en franchise
Crédits photo : shutterstock.com

Le profil type du candidat à la franchise

Avant de se lancer en franchise, tout porteur de projet doit tenir compte des prérequis annoncés par le franchiseur et ne pas se mentir à lui-même. Il est indéniable que le fait de se lancer en franchise permet de davantage limiter les risques d’échec que d’entreprendre en solo. Selon la Fédération française de la franchise (FFF), le taux de réussite en franchise serait en effet de 80 %. Mais qu’en est-il des 20 % restants ?

Un franchiseur qui a de l’expérience est très souvent en mesure d’analyser ce qui conduit un franchisé à la réussite, et d’expliquer les quelques résultats en demi-teinte dans son réseau. Il définit ainsi au préalable quelles sont les qualités nécessaires à la réussite dans un métier qu’il maîtrise. Au-delà de celle-ci, le candidat doit rester honnête avec lui-même et mesurer le niveau de plaisir qu’il prendra au quotidien à exercer sa nouvelle activité, ce qui déterminera son niveau de réussite futur.


La formation initiale, un incontournable

Les recruteurs s’accordent à dire que le « savoir-être » est un élément essentiel lors d’un entretien d’embauche. Et pour cause : le savoir-faire, lui, s’acquiert. Envisager d’intégrer une franchise nécessite donc de bien étudier le parcours de formation proposé par le franchiseur. En effet, s’il permet au futur franchisé de découvrir le concept, il l’aide aussi et surtout à appréhender toutes les spécificités du métier qu’il s’apprête à exercer chaque jour. « Le franchiseur prévoit-il des journées d’immersion avec des franchisés déjà en place ?» « Combien de temps dure la formation ?» « Quels sont les thèmes abordés ?» Autant de questions que le candidat à la franchise doit se poser avant de se lancer, s’assurant ainsi que le savoir-faire de l’enseigne lui sera correctement transmis.


L’accompagnement du franchiseur

Le soutien de la tête de réseau est également un facteur à prendre en compte : il joue un rôle considérable dans la future réussite du franchisé. Cet accompagnement se manifeste tout d’abord par le nombre de salariés de la structure franchise et par la présence de l’animateur en charge de la zone concernée. Ces personnes assistent en effet le franchisé à ses débuts et tout au long du contrat. Un appui permanent, à la fois en présentiel et à distance, qui permet à un franchisé débutant de s’adapter plus vite aux particularités de son nouveau métier.

Un candidat à la franchise doit aussi tenir compte des différents services mis à sa disposition lorsqu’il sera en activité. Ils représentent un support majeur tant sur le plan juridique, logistique, financier, informatique qu’au niveau du marketing ou des ressources humaines. Mais certains franchiseurs disposent d’un back-office trop léger : l’entrepreneur peut ainsi vite se sentir seul et démuni face aux problématiques quotidiennes qu’il rencontre.

Alors, peut-on entreprendre en franchise sans connaître le secteur ? Oui ! Mais il faut bien se connaître et privilégier un franchiseur transparent dont le parcours de découverte est suffisamment long pour avoir une idée bien précise de sa future activité.

Ce texte est publié sous la responsabilité de son auteur. Son contenu n’engage en aucun cas la rédaction des Echos de la franchise.

Laurence Pottier Caudron, Temporis
Crédits photo : Droits réservés
Laurence Pottier Caudron, présidente fondatrice de Temporis.

L’auteure

Présidente fondatrice de Temporis, Laurence Pottier Caudron était auparavant directrice d’agence puis directrice régionale au sein d’un grand réseau succursaliste. Sur le terrain, elle fait un constat : les grands groupes souffraient du manque significatif de réactivité et d’agilité dont bénéficiaient les indépendants isolés, qui eux, n’avaient pas les moyens des gros réseaux.

En 2000, elle décide donc de réunir les forces des deux grâce au système de franchise : d’un côté, la puissance d’un grand groupe fournie par la structure franchiseur, et de l’autre, l’agilité et la réactivité de chefs d’entreprises indépendants très impliqués localement. 17 ans et 150 agences plus tard, le réseau Temporis est le premier réseau national d’agences d’emploi en franchise.
>>
Consulter toutes les tribunes libres