Bijouterie horlogerie

E. Holzinger (Synalia) : « Le groupement, véritable ascenseur social »

2009-03-30T12:11:00+02:0030.03.2009, 


imprimer

Structuration du marché, assistance dans l’adversité, transmission d’entreprises aux salariés… avec la crise, les groupements tendent à se renforcer sans dépendre de moyens financiers extérieurs.

Dans le secteur de la bijouterie horlogerie, les enseignes n’ont de cesse de structurer et de professionnaliser le marché. Eric Holzinger, directeur de Synalia (Julien d'Orcel, la Guilde des Orfèvres, Heures & Montres, Parfait Alibi) nous explique que la crise peut s’avérer être une opportunité pour les groupements, à condition que chaque chef d’entreprise s’investisse dans la vie du réseau.

Ce mode d’entrepreneuriat représente également une chance pour les salariés puisqu’il favorise la reprise d’entreprises par les employés. Afin de faciliter ce type de transmission, le groupement Synalia se charge d’accompagner les potentiels repreneurs pendant les démarches de montage du projet (études, financement), leur offre une formation en gestion et en management et les conseille le long de leurs premiers mois.