Entreprendre

Quelle place pour les jeunes en franchise ?

2016-11-14T07:01:00+02:0014.11.2016, mis à jour le 14.11.2016,


imprimer

55 % des jeunes se disent intéressés par la création d'entreprise. Et pourquoi pas en franchise ? Attention, les portes semblent cependant s'ouvrir plus facilement côté franchiseurs que jeunes franchisés.

Les jeunes et la franchise
Crédits photo : Marijus Auruskevicius / shutterstock.com
Les jeunes sont nombreux à envisager l'entrepreneuriat, mais quid de la franchise ?

Plus de la moitié (55 %) des Français de moins de 35 ans souhaitent créer ou reprendre une entreprise, selon un sondage Opinion Way pour UAE - Fondation Le Roch Les Mousquetaires - Salon des Entrepreneurs, publié en janvier 2016. Un score impressionnant, supérieur à la moyenne globale qui se chiffre à 37 %, et qui atteste de l'engouement des jeunes pour la création d'entreprise. Parmi les modèles d'entrepreneuriat possibles, qu'en est-il de la franchise ? Est-ce une voie privilégiée ?

Pour commencer, il convient de faire la distinction entre ceux qui veulent intégrer un réseau à la sortie de leurs études et ceux qui souhaitent créer et développer leur propre concept. Pour la première option, être jeune s'avère parfois être un frein. D'ailleurs, seuls 8 % des franchisés ont moins de 35 ans en France, d'après les données de la Fédération Française de la Franchise (FFF).  « Lorsque l’on est jeune, on a du dynamisme, la volonté et l’ambition de réussir. Cependant, jeunesse rime aussi avec fougue et manque d’expérience. Or, la franchise induit que l’on doit appliquer un concept sans remettre en cause le franchiseur. Le profil du jeune doit donc correspondre à l’esprit de la franchise », résume Laurent Delafontaine, associé fondateur d’Axe Réseaux, un cabinet de conseil spécialisé dans la franchise. Suivre un modèle à la lettre sans tout remettre en cause serait donc plus difficile pour les plus jeunes aspirants entrepreneurs.

Difficile d’avoir du crédit... face aux banques

Pour ceux qui sont prêts à franchir le pas et à se plier au schéma, la route reste cependant ardue. « Créer sa boite quand on jeune, c’est compliqué. La franchise permet d’y aller à son rythme. Mais lorsque l’on est jeune, on manque de confiance, il faut aussi convaincre les premiers clients et surtout trouver les financements », expliquait Grégory Clément, fondateur de Bagel Corner, lors du salon Top Franchise Méditerranée, en octobre dernier. La question financière demeure par ailleurs un point sensible dans la quête entrepreneuriale des juniors. Avec le droit d’entrée, l’apport personnel et les redevances, la franchise reste un modèle coûteux. « Pour les banques, les jeunes représentent un public risqué, comme pour les bailleurs qui préfèrent généralement des personnes plus matures », détaille Laurent Delafontaine.  Et de poursuivre : « la solution idéale pour eux serait de s’associer à quelqu’un d’expérience ».


Plus simple de devenir franchiseur

Si se lancer avec un réseau peut parfois être compliqué, créer son réseau quand on a moins de 30 ans semble plus aisé. « Tout dépend du modèle. Si le concept est porteur et que le créateur est dynamique et connaît son métier, tous les voyants sont au vert », abonde Laurent Delafontaine. Une bonne idée qui a fait ses preuves sur une première implantation et avec une possibilité de forte rentabilité fera facilement tomber la barrière de l’âge devant un banquier. Reste cependant à ne pas foncer tête baissée. « Il faut savoir s’entourer de compétences pour bien développer son réseau et prendre son temps », conseillait Grégory Clément. De son côté, Damien Tixier a créé Petit-fils, un réseau spécialisé dans l'aide à domicile pour les personnes âgées, à la sortie de son école de commerce. La première agence a vu le jour en 2007, et avec ses associés, ils ont attendu 5 ans avant de dupliquer le concept en franchise. « Quand on se lance à l’âge de 26 ans, on a de l’énergie et on peut prendre plus facilement des risques. On a moins à perdre que lorsque que l’on a des enfants ou un prêt immobilier à rembourser ».

Ces jeunes franchiseurs ont-ils plus tendance à recruter de jeunes franchisés ? Pas forcément, répond Laurent Delafontaine. « Tout dépend du métier, mais il n’y a pas de préférence de génération. Ils vont prendre des profils qui correspondent à leurs attentes et à leur métier. »