Enquête

Le franchisé, un entrepreneur au profil particulier

2019-01-07T09:55:00+02:0007.01.2019, 


imprimer

D’après la dernière enquête annuelle de la franchise publiée par la FFF, le franchisé est un homme de 47 ans, diplômé et travaillant souvent en couple.

Profil franchisé
Crédits photo : Rido / shutterstock.com

Chaque année, quelques milliers de personnes décident de devenir franchisées. Ce modèle atypique permet de créer son entreprise avec un concept clé en main, à condition de respecter certaines contraintes, parmi lesquelles le respect des consignes du franchiseur et l’engagement à lui verser des redevances. En échange, le franchisé bénéficie de l’accompagnement et du savoir-faire du franchiseur. Une relation donnant-donnant que tout le monde n’est pas prêt à suivre au doigt et à l’œil. Mais pour ceux qui y sont préparés, le jeu peut en valoir la chandelle.


Portrait-robot du franchisé

Au fil des ans et des enquêtes annuelles réalisées par la Fédération française de la franchise (FFF), le portrait-robot du franchisé évolue peu. D’après la dernière étude, portant sur l’année 2018, il s’agit en moyenne d’un homme âgé de 47 ans, détenteur d’un diplôme d’équivalence Bac +2 minimum pour 56 % des franchisés ; 16 % sont titulaires d’un Bac +4 ou 5 et 5 % un diplôme supérieur à Bac +5. Par ailleurs, les hommes sont davantage représentés que les femmes, à 52 %. En 2017, les femmes représentaient alors 43 % des franchisés contre 48 % en 2018, d’après l’enquête de la FFF.


Ouverture du premier point de vente

D’après une récente étude de TMO Régions pour l’Agence France Entrepreneur, l’entrepreneuriat tente de nombreux Français. 67 % d’entre eux déclarent en effet vouloir créer leur entreprise et près d’un tiers a déjà sérieusement pensé ou commencé à franchir le cap. Parmi eux, de nombreux jeunes. Mais en franchise, les porteurs de projets ont généralement vécu une ou plusieurs autres expériences professionnelles avant de se lancer. 74 % des franchisés aujourd’hui installés étaient d’ailleurs salariés avant d’ouvrir leur premier point de vente. En revanche, la plupart des franchisés se lancent jeunes : 47 % le deviennent en effet entre 18 et 34 ans. En moyenne, ils ouvrent leur premier établissement à l’âge de 35 ans.


Entreprendre dans un secteur connu

Un cadre qui devient chocolatier, un banquier qui ouvre son restaurant, une mère au foyer qui crée son agence de services à la personne… Les exemples de reconversion professionnelle sont légion dans le monde de la franchise. Puisqu’il s’agit d’acquérir un concept clé en main, élaboré par un franchiseur pour être transmis à un tiers, il n’y a en effet aucune raison pour qu’un secteur ne soit pas accessible à tel ou tel profil. Des métiers sont toutefois réglementés, comme celui d’agent immobilier ou de courtier en crédits, mais il suffit de passer les certifications demandées. La franchise est d’ailleurs considérée comme une voie royale pour se reconvertir et se lancer, a priori à moindre risque, dans un nouveau secteur. Toutefois, la réalité du terrain diffère. Selon la FFF, 53 % des franchisés choisissent d’entreprendre dans un domaine dans lequel ils ont déjà travaillé et 12 % dans un secteur proche. Seuls 32 % ont véritablement changé de secteur d’activité.


Travailler en couple

Tout plaquer pour créer son entreprise en franchise est une décision lourde, qui engage bien entendu le porteur de projet mais aussi son entourage. C’est bien souvent un choix fait collégialement, avec l’assentiment de toute la famille. D’autant que sur huit franchisés sur dix qui vivent en couple, plus d’un tiers d’entre eux fait travailler son conjoint dans l’entreprise. Et ce sont les franchisés dans le commerce qui optent le plus souvent pour cette solution puisqu’ils sont 41 % à travailler avec leur partenaire, contre 29 % dans le secteur des services.

Jennifer Matas