Les Enseignes en Questions

J.-C. Volot (APCE) : « Un chef d'entreprise accompagné a un taux de succès d'environ 87 % »

2010-04-13T12:11:00+02:0013.04.2010, 


imprimer

Quelles sont les motivations d’un créateur d’entreprise ? Comment entreprendre avec succès ? Quels sont les secteurs les plus dynamiques ? Les réponses en vidéo de Jean-Claude Volot, président de l’APCE (Agence pour la création d’entreprises).

Président de l’ APCE (Agence pour la création d’entreprises), Jean-Claude Volot résume les principales motivations pour entreprendre en France : la volonté de liberté et d’indépendance, et le gain d’argent. « Mais que l’on soit créateur d’entreprise par vocation ou par nécessité, le taux de succès est sensiblement le même », dévoile-t-il.


Facteurs de réussite

Selon Jean-Claude Volot, pour réussir, il faut avant tout faire preuve de constance et d’opiniâtreté, en évitant de se disperser entre plusieurs idées. Mieux vaut également attendre d’avoir des fonds suffisants avant de se lancer, en s’aidant des possibilités de financements proposées par de nombreuses institutions.
Autre conseil : solliciter les réseaux d’accompagnement, pour tout ce qui touche à l’étude de marché, la formation du chef d’entreprise, etc. Un créateur accompagné bénéficie d’un taux de réussite de 87 %, contre 65 à 66 % s’il est seul.
Enfin, un échec ne doit pas être considéré comme une fatalité. « Les banques françaises commencent enfin à comprendre qu’une personne ayant raté un premier projet est une opportunité pour un deuxième projet, car elle a appris de ses erreurs », observe Jean-Claude Volot.


Dans quel secteur entreprendre ?

La franchise et le commerce associé représentent 6 % des entreprises, soit 20 000 créations en 2009. Les secteurs les plus dynamiques sont les services à la personne, les métiers de l’artisanat, de l’industrie et des services aux entreprises. De nouveaux métiers émergent également dans la rénovation de maison, l’écologie et les services de proximité du citoyen.

Médiateur de la sous-traitance
Récemment nommé médiateur de la sous-traitance par le ministre de l’Industrie, Jean-Claude Volot a pour mission de réhumaniser la relation entre les grands donneurs d’ordre et les PME et ETI (entreprises de taille intermédiaire) travaillant dans l’industrie. Il doit donc à la fois convaincre les patrons de faire de l’analyse stratégique pour gagner en indépendance, opérer un travail de terrain auprès de ces entreprises et accompagner l’évolution des lois en la matière.