Témoignages

Franchisés en petite ville, « nous n’avons pas le droit à l’erreur »

2015-04-27T06:00:00+02:0027.04.2015, 


imprimer

S’installer en petite ville représente un challenge identique à n’importe quelle autre implantation. Pour les franchisés concernés, elle peut même s'avérer plus risquée du fait de procédures plus courtes en termes de notoriété, d’emplacement ou de recrutement.

Franchise en petite ville
Crédits photo : vvoe / Shutterstock.com

Trois franchisés, deux franchises différentes mais un même constat : entreprendre dans une petite ville demande de la rigueur et du professionnalisme. C’est du moins ce qui ressort du témoignage d’expérience d’Hervé Gorge, multi-franchisé Easy Cash, de Thierry Boucher, propriétaire de deux Cash Express, et de Jérôme Leclerc, installé sous l’enseigne La Pataterie à Château-Thierry (02).

Petite structure, compétences complètes

A petite ville, petit commerce. Mais cela ne veut pas dire que la tâche et le travail à accomplir sont plus aisés : « Dans une petit structure, vous êtes obligé de maîtriser tous les postes parfaitement et d’être acteur de la vie locale en participant au tissu associatif », explique Jérôme Leclerc, franchisé La Pataterie à Château-Thierry (02). Un rigorisme qui se retrouve dans les expériences de ses deux confrères : « Dans les petites villes, nous avons moins le droit à l’erreur. Le business model sera différent, le seuil de rentabilité sera beaucoup plus bas et il y a plus de choses à faire soi-même. Nous sommes beaucoup plus sollicités », affirme Hervé Gorge, multi-franchisé Easy Cash implanté à Rennes (35), Dinan (22) et Saint-Malo (35).

Loin d’être difficile à vivre, cette rigueur est plutôt bien reçue par les différents franchisés qui vivent leur activité avec plus d’humanité : « Nous sommes des commerces de proximité. Nous avons un contact plus humain avec la clientèle. Même dans la gestion de l’équipe, le management est différent », assure Thierry Boucher, franchisé Easy-Cash à Vernont (27) et Elbeuf (76).


L’emplacement, donnée essentielle pour être compétitif

La situation géographique est toujours une donnée importante à prendre en compte dans l’installation d’un point de vente : « En petite commune, un échec est possible à 30 mètres près », remarque Thierry Boucher.

L’emplacement est aussi crucial en termes de concurrence. Dans une petite agglomération, être le premier de son secteur à s’installer représente un avantage considérable. En effet, elle est aussi présente que dans des villes plus importantes. Pourtant « il ne faut pas en avoir peur », assure Jérôme Leclerc : « Avec elle, les différentes enseignes peuvent former un pôle d’attractivité car chacun possède sa clientèle », conclut-il.


Un recrutement local

L’ambiance de petite ville est aussi animée par des liens sociaux plus proches et plus personnels entre les habitants. Ils viennent par conséquent influencer le recrutement. Sur les trois témoins, deux privilégient le passage par Pôle Emploi pour dynamiser les relations de l’entreprise auprès de la mairie : « Il faut donner la chance au tissu local », estime Jérôme Leclerc. Selon les trois franchisés, il faut forcément être sensible au recrutement de personnes vivant sur place : « Engager des locaux peut apporter de la clientèle fidèle, notamment par effet de bouche à oreille ». Celui-ci peut néanmoins devenir le meilleur ennemi d’un commerce.

Puisque dans une petite ville « tout se sait », les témoins consentent à dire que les erreurs doivent être rares car le bouche à oreille ne pardonne pas. Surtout si, à proximité, il n’y a pas de locomotive commerciale pour attirer en permanence le client.

Rappel :

Selon les chiffres de la FFF, 51 % des franchisés sont installés dans des villes de moins de 25 000 habitants. Ils sont également plus de la moitié à être installés en centre-ville. Parmi eux, 65 % déclarent s’impliquer dans la vie locale de leur ville ou quartier.

Ces propos ont été recueillis lors d’une conférence organisée par l’Officiel de la franchise à Franchise Expo 2015.