Classement

Petits commerçants : lesquels gagnent le plus ?

2015-11-09T07:44:00+02:0009.11.2015, mis à jour le 09.11.2015,


imprimer

Un coiffeur est-il mieux payé qu’un fleuriste ? Un opticien qu’un pharmacien ? Réponses avec le classement réalisé par la FCGA sur les rémunérations des patrons de TPE dans le commerce et l’artisanat en 2014.

Salaires des petits commerçants
Crédits photo : Shutterstock

Alors que l’activité des petits commerces a enregistré un recul de 1 % sur l’année 2014, qu’en est-il de la rémunération de leurs dirigeants ? « Les revenus des commerçants et artisans ont chuté de 3,4 %. La reprise tant attendue tarde à se manifester », répond la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA), dans son enquête annuelle publiée fin octobre. Mais tous les secteurs ne sont pas logés à la même enseigne.

La santé surperforme encore

Comme les années précédentes, ce sont les activités du secteur de la santé qui tiennent le haut de l’affiche. En tête, les pharmaciens d’officine ont touché en net* 144 900 euros en 2014 – soit 12 075 euros par mois – les opticiens 60 400 euros et les prothésistes-dentaires 46 500 euros. Mais si ces professions figurent parmi les plus rémunératrices, elles ont vu leurs revenus baisser par rapport à l’année 2013. Le baromètre de la FCGA note en effet que les patrons de TPE dans la santé ont accusé un recul de 0,8 % de leur revenu annuel courant**. Pour les opticiens, par exemple, le revenu a diminué de 15 % en deux ans.


L’alimentaire et l’esthétique reprennent des couleurs

Si les secteurs de l’alimentation et de la beauté ne font pas partie du haut du tableau, ils sont en revanche ceux dont les revenus des commerçants ont le plus progressé l’an dernier, avec des taux de croissance respectifs de 1,3 % et 0,8 %. « Depuis quelques années, les grandes surfaces sont délaissées pour un retour aux commerces de proximité », explique à la FCGA Dekkiche Khoutir, un primeur installé dans les Bouches-du-Rhône. Une tendance qui bénéficie aussi aux patrons de supérettes, dont le revenu courant a augmenté de 2,1 % pour s’établir à 53 000 euros en moyenne. Les bouchers (57 600 euros), charcutiers (51 900) et boulangers-pâtissiers (49 200) tirent également leur épingle du jeu avec des revenus courants bruts parmi les plus hauts du classement.

Ce qui n’est pas le cas des professionnels de l’esthétique : si leur revenu courant moyen s’est amélioré – comme évoqué précédemment – il demeure plus faible. Les mieux lotis du secteur sont les patrons de parfumerie avec 34 300 euros. Viennent ensuite les dirigeants de salons de coiffure (27 100 euros) et de centres d’esthétique (23 000 euros). A noter que la moyenne globale s’élève, selon les calculs de la FCGA, à 47 000 euros, 39 000 euros si l’on exclut le secteur de la santé.

Le palmarès des rémunérations des commerçants en 2014

Ils ont gagné plus de 51 000 euros de résultat courant moyen brut :

- pharmaciens : 181 500 euros
- opticiens : 81 300 euros
- bouchers : 57 600 euros
- hôteliers (sans restaurant) : 51 200 euros

Ils ont gagné entre 42 500 et 51 000 euros :

- boulangers-pâtissiers : 49 200 euros
- patrons de presse  librairie : 44 000 euros
- bijoutiers : 43 300 euros

Ils ont gagné entre 34 000 et 42 500 euros :

- garagistes : 41 300 euros
- hôtelier de plein air : 40 900 euros
- restaurateurs : 40 100 euros
- patrons de parfumerie : 34 300 euros

Ils ont gagné moins de 34 000 euros bruts :

- gérants de magasins prêt-à-porter : 31 900 euros
- restaurateur rapide : 30 000 euros
- fleuristes : 26 900 euros
- coiffeurs en salon : 27 100 euros
- patrons de pressing : 25 200 euros

*Avant impôts inhérents à la fonction de chef d’entreprise.
**Le résultat courant moyen brut est le résultat avant le versement des cotisations sociales.

Jennifer Matas