Nouveaux adhérents

Participer à la vie du groupement : quitter son magasin en toute sérénité

2010-01-11T16:59:00+02:00

11.01.2010, 


imprimer

Fraîchement arrivés au sein du groupement, un tiers des adhérents ne sont pas encore impliqués, davantage par nécessité que par choix, le temps pour eux d’asseoir leur activité dans leur point de vente. Le témoignage de François et Pascale Pinalie, adhérents Bébé 9 à Châtellerault.

Indépendance de l'entreprise
Crédits photo : Getty Images
Il vaut mieux attendre que l'entreprise soit indépendante avant de s'impliquer davantage dans le groupement.

Trop tôt pour quitter le magasin


Séduits par le principe...

«  Si nous avons choisi de rejoindre Bébé 9, c’est aussi parce que le système coopératif nous plaisait » lance François Pinalie, patron du magasin Bébé 9 à Châtellerault. Si l’envie de s’impliquer dans la vie du groupement est là, ce n’est visiblement pas encore le moment. François Pinalie et son épouse, Pascale, se sont installés à leur compte il y a 9 mois à peine.


…mais contraints de refuser

Alors quand leur responsable régional les a contactés pour proposer à François de rejoindre la commission puériculture, le jeune chef d’entreprise a dû dire non. « Nous préférons encore asseoir l’activité de notre point de vente » explique-t-il. « Faire partie de cette commission m’aurait monopolisé au moins une fois par mois pour les réunions, sans compter les visites des salons professionnels et des différents fournisseurs. »


Déléguer n’est pas encore d’actualité

Or pour l’heure, impossible de quitter son magasin : « Nous avons deux vendeuses qui disposent chacune de deux jours de repos par semaine. En plus, c’est moi qui gère les commandes auprès des fournisseurs car elles ne sont pas encore totalement indépendantes. »
Son refus a été bien compris par la centrale. D’autant que Pascale Pinalie s’est déjà rendue à une réunion régionale depuis son entrée dans le groupe.


Quand je serai grand…


Sortir la tête du guidon

Pour réussir à s’extraire de son point de vente, François espère embaucher une troisième vendeuse. Ce serait pour lui l’occasion « de prendre de la hauteur et de réfléchir à l’avenir du groupe. » L’occasion aussi de rendre la pareille car l’homme le reconnaît : « la centrale nous a beaucoup aidé depuis l’ouverture de notre magasin. Nous impliquer pour eux à notre tour me paraît logique. »


François et Pascale Pinalie, Bébé 9
Crédits photo : Droits Réservés
Pascale et François Pinalie, adhérents Bébé 9 à Châtellerault.

Attendre un an d’activité

Et les ambitions ne manquent pas. A long terme, François Pinalie se verrait bien faire partie du conseil d’administration pour « avoir une prise directe sur les grandes décisions, sur les finances et la gestion du groupement. » Mais il n’envisage rien avant d’avoir célébré le premier anniversaire de l’ouverture de son magasin.


Déléguer à une personne de confiance


L’expérience du terrain

Avant de pouvoir vous impliquer de façon régulière dans la vie du groupement, vous devez avoir assis l’activité de votre point de vente et vous approcher au plus près des prévisionnels, avoir acquis une certaine expérience du terrain, connaître votre secteur d’activité et les rouages du groupement. L’objectif est de pouvoir effectuer un retour de votre propre expérience mais aussi de vous projeter à un niveau supérieur (départemental, régional ou national). Vous ne quitterez votre magasin en toute sérénité qu’en ayant réussi à déléguer votre activité à une personne de confiance (associé, salarié…) durant vos absences.

Sommaire
Fiches pro APCE