Fitness

Proxiforme : le fitness à l’assaut des villes moyennes

2014-07-17T06:00:00+02:00

17.07.2014, 


imprimer

Après avoir été à la tête du groupe Hebe qui possède les enseignes Moving, Lady Moving, Garden Gym et Fitness Park en 2011, Eric Kohn vient de lancer un nouveau concept sur le marché du fitness : Proxiforme, conçu pour des villes moyennes de 15 000 à 20 000 habitants. Découverte.

Eric Kohn, fondateur du réseau Proxiforme
Crédits photo : Droits réservés
Eric Kohn, fondateur du réseau Proxiforme.

Avec 25 ans d’expérience dans le secteur de la remise en forme, l’ancien directeur général du groupe Hebe Eric Kohn, qui a géré les réseaux Moving, Lady Moving, Garden Gym et Fitness Park, avance en terrain conquis. Alors que l’offre fitness s’intensifie dans les grandes métropoles, il lance un nouveau concept qui se veut différenciant. L’objectif : prendre le contrepied de ce développement urbain en misant sur des petites surfaces dans des villes de 15 000 à 20 000 habitants. Exit les salles en self-service, Eric Kohn entend remettre le coach à l’honneur et parie sur « des zones plus rurales où l’on aime se retrouver, échanger et se rencontrer, et qui contrastent avec la fréquentation anonyme des grands centres. » Proximité donc, aussi bien avec les clients, le coach, qu’entre adhérents, d’où le nom de l’enseigne, Proxiforme. Miser sur de plus petites surfaces a des avantages, souligne l’ancien directeur car « Qui dit espaces réduits dit investissements et apports plus faibles : respectivement 100 000 euros et 30 000 euros, et donc un montant total à la portée d’un jeune diplômé du STAPS voulant monter sa petite entreprise ou d’un cadre en reconversion. »

Une offre spécifique

Cours collectifs, encadrement personnalisé, musculation, matériel haut de gamme… Si les activités proposées dans les centres Proxiforme sont similaires à l’offre déployée dans les grandes villes, et « parce que la Province ne vit pas au même rythme », l’amplitude horaire a été adaptée. Le créneau classique 6 heures/23 heures est donc remplacé par un horaire moins dense : 8 heures/21 heures. Idem côté effectif ; un centre emploie 2 à 3 salariés en moyenne.

En ce qui concerne les prix, il ne s’agit pas d’une offre low-cost, souligne Eric Kohn : « Nous ne sommes pas dans une logique de discount, nous proposons les prix du marché. » Le prix d’un abonnement mensuel sera d’environ 35 euros contre 29,90 euros dans un réseau low-cost. Mais ce qui prime dans ce métier, appuie l'ancien directeur, c’est la fidélisation « qui constitue une véritable problématique et qui coûte beaucoup moins cher que le recrutement. » Et d'ajouter : « Ce ne sont pas ces 3 à 4 euros d’écart qui feront la différence mais le service proposé. »

Pour être rentable, le réseau vise les 500 adhérents par centre.

Autre avantage selon le fondateur du réseau : la baisse des charges locatives dues à la zone de chalandise.
Lancé il y a quelques semaines, l'enseigne ouvrira ses 1ers clubs au dernier trimestre 2014 en Bourgogne (51) et en Haute-Garonne (31). « La différence entre l’ouverture d’un club de 600 m² dans une grande ville et un centre Proxiforme, reprend Eric Kohn, c’est que la première nécessite un investissement de 500 000 euros et que le franchisé est ensuite sujet à une concurrence plus intense. Avec ce nouveau concept, pour la même somme, il peut ouvrir jusqu’à 5 clubs dans sa région. »

Le réseau prévoit une vitesse de croisière dès la troisième année.

Un marché porteur

Le marché du fitness a fait son apparition en France en 2009. Aujourd’hui, 8 % des Français fréquentent des clubs contre 15 % à l’échelle européenne et 20 % aux Etats-Unis. La marge reste encore grande donc en France où le low-cost a propulsé le taux de pénétration du marché de 5 à 8 %.

Sommaire

Franchise : les nouveaux concepts à suivre

Dans ce secteur
Fiches pro APCE