Développement durable

Day by Day remet la vente en vrac au goût du jour

2014-11-05T06:00:00+02:00

05.11.2014, 


imprimer

Créé en 2013, Day by Day a fait le choix d’un retour aux sources en proposant une offre commerciale en vrac. Economique, écologique et insolite, le vrac manifeste la réelle conviction des fondateurs du concept, David Sutrat et Didier Onraita, dans le développement durable. La fin d’année 2014 signe le lancement en franchise du jeune réseau. Retour sur les premiers pas d’un petit poucet de la distribution.

Day by Day remet le vrac au goût du jour
Crédits photo : Droits réservés
Intérieur d'une épicerie Day by Day.

Meudon-la-Forêt, 2013. Deux associés. Un concept et une devise : réduire le coût énergétique d’un produit en développant le "sans emballage". Voici la toile de fond d’un projet entrepreneurial élaboré par David Sutrat et Didier Onraita. A respectivement 46 et 45 ans, ces deux anciens consultants en merchandising et marketing avaient envie de monter leur affaire depuis longtemps. Mais pas seulement. Créer une entreprise respectueuse de l’environnement, une cause pour laquelle de « plus en plus de Français se sentent concernés », rappelle Didier Sutrat. Si leur réflexion arbore les atours de la simplicité, elle a le mérite de faire émerger une idée originale sur le marché français : le "tout vrac". Peu après, l’épicerie Day by Day voit le jour en proposant des produits divers et variés : thés, huile et vinaigre, confiseries, épices, biscuits sucrés, savons, etc.

Simple mais efficace

Le vrac conjugue conscience environnementale et innovation. « Nous proposons un commerce de proximité motivé par la volonté de réduire les emballages. L’expérience de notre site pilote basé à Meudon-la-Forêt (92) valide certaines hypothèses et nous démontre que le vrac fonctionne », avance David Sutrat. Si par certains aspects le concept de Day by Day s’apparente à celui de la coopérative Biocoop, l’offre bio de l’épicerie n’est que partielle. La différence se joue ici dans l’inscription au sein d’un mouvement de pensée, partagé aujourd’hui par la plupart des consommateurs. Ainsi, l’enseigne s’engage davantage dans la promotion du développement durable que dans le militantisme. « Nous avons bien sûr une conviction marquée pour l’écologie. Nous cherchons au maximum à réduire les circuits composant le monde de la distribution, en nous approvisionnant directement chez les producteurs ou en conservant nos prérogatives sur les transports en interne, entre nos magasins et notre plateforme. Par ailleurs, Day by Day met en point d’orgue la traçabilité des produits proposés en magasin ainsi que la transparence de l’offre commerciale », détaille le cofondateur.

De même, le crédo de la société n’est pas le zéro emballage, mais bien le "sans emballage". « Nos clients viennent avec leur propre contenant. Ils peuvent même nous en faire don pour d’autres clients. Le réemploi est aussi un geste écologique », poursuit David Sutrat.  L’exploitation du vrac s’explique également par l’absence de réseau logistique dédié à ce mode de distribution, notamment de la part des industries agroalimentaires, qui misent sur les petits formats. L’enseigne a donc parié sur le partenariat avec de petits producteurs locaux capables de livrer des marchandises en gros telles que des sacs de 15/20 kg.

A la recherche de franchisés

Après avoir ouvert deux magasins en propre à Meudon-la-Forêt et Versailles (78), le réseau se lance en franchise fin 2014 avec une première ouverture à Fontenay-le-Fleury (78) et espère poursuivre son développement selon ce modèle entrepreneurial. « C’est une aventure humaine. Nous recherchons des gens authentiques avec une conviction profonde et des valeurs partagées, précise David Sutrat. Le sens du commerce, dans notre activité qui peut être résumée comme du libre-service assisté, s’avère évidemment primordial. Discuter, conseiller, accompagner le client, etc., bref un sens du relationnel et de la communication constitue la seconde clé de la réussite chez Day by Day. » Une première expérience dans le commerce de détail peut également faire la différence en vue de rejoindre l’enseigne. Une enseigne qui attire déjà les convoitises de multiples candidats aux profils hétérogènes. « Nous recevons 4 à 5 demandes de franchise par semaine », souligne l’associé principal.


Une extension géographique programmée

En 2015, l’enseigne espère accroître son réseau d’une dizaine de points de vente, avant d’accélérer la cadence avec 20 à 25 ouvertures les années suivantes. L’objectif : atteindre les 100 unités fin 2018. Dans cette optique, l’Ile-de-France constituera le premier secteur de développement de l’entreprise. « Puis nous lancerons une master-franchise régionale afin de mailler l’ensemble du territoire », complète David Sutrat. Concernant Paris intra-muros, des discussions avec un professionnel de la distribution sont en cours même si une ouverture prochaine n’est pas au programme. L’ouverture du 3ème magasin à Fontenay-le-Fleury a d’ailleurs fait office de laboratoire quant à la stratégie de communication à adopter. « Les réseaux sociaux se révèlent être aujourd’hui des canaux de diffusion incontournables, remarque-t-il. Pour notre unité de Fontenay-le-Fleury, nous avons également eu recours à une campagne Google words. Plus globalement, nous comptons communiquer de manière plus significative en 2015 afin d’accroître notre visibilité, notre notoriété et le trafic en magasin. » En surfant sur les tendances actuelles, reste à Day by Day de prendre la bonne vague en 2015.

Intégrer la franchise Day by Day :

- Local : entre 50 et 70 m² avec une petite réserve
- Investissement pour un magasin de 50 m² : 50 000 euros
- Droit d’entrée : 8 000 euros
- Redevances : 5 % du chiffre d'affaires HT

Sommaire

Franchise : les nouveaux concepts à suivre

Dans ce secteur
Fiches pro APCE