Bien-être

Dans ma Bulle, des spas privatifs prêts à inonder le secteur en franchise

2014-02-21T06:00:00+02:00

21.02.2014, 


imprimer

Né il y a 7 ans dans le Nord de la France, le concept de spa privatif Dans ma Bulle initie doucement mais sûrement son déploiement en franchise et vise l’ouverture d’une dizaine de nouveaux centres d’ici 2 ans. Portrait d’un réseau à l’ambition débordante.


Crédits photo : Droits réservés
Dans ma Bulle propose de privatiser des spas pour que les clients organisent eux-mêmes leur moment de détente.

Une idée nichée en Belgique

Concept inédit en France, Dans ma Bulle est née de l’imagination de deux amis, Guillaume Edmond et Adriano Nosse, après un séjour en Belgique. « Là-bas, se souvient Guillaume Edmond, nous avions remarqué un concept de spa en partie privatif. Nous avons décidé de pousser l’idée jusqu’au bout et de la lancer en France. » Une idée qui prend forme en 2006, avec la création du premier espace Dans ma Bulle, au nord de Lille (59). « Au début, c’était compliqué d’expliquer notre projet aux partenaires, notamment aux investisseurs, car cela n’existait pas encore en France. Finalement, dès le début nous avons eu des commandes, avec des délais de réservation longs », explique le cofondateur de l’enseigne. Face à ce succès, les deux associés ont ouvert un second centre 2 ans plus tard, à Villeneuve-d’Ascq (59), aujourd’hui devenu centre pilote de l’enseigne, et décidé de se lancer en franchise.



Crédits photo : Droits réservés
Les espaces de 40m² en moyenne disposent d'un bain à remous, d'un hammam et d'un sauna.

Entre spa classique et nouveauté

Dans ma Bulle propose à ses clients de privatiser un hammam, un sauna et un bain à remous pour une durée variable de 1h30 à 2h, après avoir réservé par internet. Le centre ne s’occupe que de fournir les locaux d’une surface de 40 m² environ, l’eau, des serviettes et des fruits. Pour le reste, « les clients orchestrent seuls leur moment de détente », insiste Guillaume Edmond. Là est la différence avec un spa classique. En revanche, des services additionnels sont proposés aux clients pour accentuer l’aspect bien-être recherché par les créateurs du concept. Ce sont par exemple des soins du corps et du visage, réalisés sur commande par des praticiens auto-entrepreneurs. Dans ma Bulle vend également des produits de beauté sur son site internet, géré par la tête de réseau. Une manne supplémentaire pour les franchisés puisque « nous collectons les fonds recueillis grâce au site et les redistribuons aux membres du réseau, après avoir récupéré une partie pour couvrir nos frais de gestion », explique Guillaume Edmond.


Ouvrir 10 centres d’ici 2 ans

Dans ma Bulle souhaite développer rapidement son concept en France, grâce à la franchise. D’ailleurs, le réseau compte déjà un premier centre franchisé ouvert depuis plusieurs mois, en lieu et place du premier centre Dans ma Bulle : « nous avons vendu l’espace que nous avions inauguré en 2006 pour que le franchisé démarre au mieux son activité », raconte Guillaume Edmond. Une troisième unité devrait ouvrir courant avril à Loos (59), toujours dans le Nord de la France, avant une expansion forte dans le reste de l’Hexagone. « Nous souhaitons ouvrir 10 centres en franchise d’ici 2 ans, annonce le cofondateur de l’enseigne, et poursuivre avec un rythme oscillant entre 15 et 20 ouvertures par an. »

Les chiffres clés

- Apport personnel minimum : 60 000 euros
- Droit d’entrée : 12 000 euros
- Redevance annuelle : 5 % du chiffre d’affaires
- Redevance de communication : 1 % du chiffre d’affaires
- Durée du contrat : 5 ans

Sommaire

Franchise : les nouveaux concepts à suivre

Dans ce secteur
Fiches pro APCE