Accompagnement

H. Frioux (Plein Centre) : « Faire du centre-ville un territoire unique et cohérent »

2009-09-30T15:13:00+02:00

30.09.2009, 


imprimer

Le centre-ville historique de Nantes jouit d’un exceptionnel potentiel de consommateurs, attirés par la diversité de l’offre et l’agréabilité du quartier. Décryptage du territoire avec Hugues Frioux, président de Plein Centre, association de commerçants du centre-ville.

Hugues Frioux
Crédits photo : DR
Hugues Frioux, président de l'association de commerçants Plein Centre

Quels sont les atouts du centre-ville de Nantes ?

Le centre-ville de Nantes est la plus grande surface commerciale « à ciel ouvert » de l’Ouest, avec environ 1 200 commerces. La diversité de l’offre est un point fort : il y en a pour tous les budgets et tous les goûts. Beaucoup d’enseignes sont uniquement présentes au centre-ville : Nespresso, Sonia Rykiel, les meubles Flamant, etc. Il y a également plusieurs locomotives commerciales, qui attirent la foule et cohabitent parfaitement avec de plus petits commerces. La zone de chalandise est extrêmement étendue : la grande agglomération représente un potentiel de plus de 500 000 clients. De plus, le quartier est agréable et incite à la promenade... et donc au shopping !


Quelles sont les spécificités du centre-ville de Nantes ?

Le centre-ville est « divisé » en deux zones. Le quartier Graslin est plus « chic » et regroupe des commerces orientés haut-de-gamme. Il compte aussi une large part des locomotives commerciales : Zara, H&M, Monoprix, etc. Le quartier Decré est plus intime. Il compte énormément de cafés/restaurants et est beaucoup plus piétonnier. D’ici deux à trois ans, il devrait devenir la plus grande zone piétonnière de la ville. Ces spécificités se traduisent dans les habitudes « saisonnières » des consommateurs : ils préfèrent le quartier Decré en été – notamment grâce à ses terrasses – et Graslin en hiver. A terme, nous essayons d’en faire un territoire unique et cohérent.


Quels secteurs économiques sont bien représentés ?

Les magasins de décoration et d’aménagement de la maison ont toujours bien fonctionné, avec des enseignes fortes comme Maisons du monde, Flamant, Casa, etc. Mais la crise a changé certaines habitudes de consommation… Le prêt-à-porter enfant est aussi une valeur sûre avec de nombreuses ouvertures d’indépendants.


A l’inverse, y a-t-il des secteurs sous-représentés ?

L’électroménager est assez peu présent : des enseignes comme Darty ou Boulanger n’existent pas encore sur le centre-ville de Nantes. L’implantation prochaine d’un Planet Saturn dans le quartier Bouffay devrait pallier ce manque, et un hôtel Radisson devrait – d’ici deux à trois ans – faire de même pour le secteur hôtellerie. Jusqu’à il y a quelques années, les spas étaient également un peu sous-représentés mais la tendance est en train de changer.
La clientèle est toujours là mais ses habitudes ont évolué. Certaines zones sont plus touchées que d’autres : dans le quartier Graslin, il y a eu neuf changements de cafés/restaurants ! L’interdiction de fumer, les changements d’habitude de consommation en sont sans doute un peu responsables... Dans les prochains mois, l’arrivée de nouveaux commerces sera l’occasion de redynamiser les zones qui en ont besoin.


Quel est le rôle de votre association ?

L’association Plein Centre, créée en 2001, regroupe 350 commerçants, dont environ un tiers sont des franchisés. Nous avons trois missions : fédérer et défendre les commerçants, animer le centre-ville et générer du chiffre d’affaires dans les commerces. Nous gérons notamment les animations sur la période de Noël, tandis que la ville s’occupe des illuminations : nous mettons en place des kits de décoration - sapins, pots, guirlandes - pour les commerçants, un petit train, etc. L’association organise aussi un défilé de mode – le 19 octobre cette année – où les commerçants peuvent profiter d’une « vitrine » supplémentaire pour exposer leurs produits. Nous avons également été partenaires de Nantes Estuaire. Pour l’an prochain, nous montons un évènement avec le château des ducs de Bretagne.


Comment intervenez-vous dans l’implantation de commerces ?

Nous travaillons de concert avec la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nantes – Saint-Nazaire et la municipalité sur les futures réalisations urbaines, comme le projet Neptune. Nous essayons ainsi de faire venir de nouvelles enseignes sur le centre-ville.


Peut-on encore s’implanter dans le centre-ville de Nantes ?

Il reste plusieurs surfaces à commercialiser. Il y a notamment un bel espace sur l’ancien site des des Galeries Lafayette - rue du calvaire -, racheté l’an dernier par le promoteur hollandais Redevco.
De plus, de nouveaux pôles sont en train de sortir de terre. Il y a notamment un projet d’agrandissement du passage Pommeraye, qui comprend déjà de nombreuses enseignes, dont plusieurs franchises – L’Occitane, Album, etc. –.
 

Sommaire
Fiches pro APCE