Perspectives économiques

Metz : une situation commerciale ambitieuse

2009-03-11T15:48:00+02:00

11.03.2009, 


imprimer

Portée par la richesse du Luxembourg et des projets urbains d’envergure, Metz corrige son défaut d’attractivité au plan national, voire international. Interview de Thierry Jean, adjoint au maire de Metz, en charge du développement économique.

Thierry Jean, adjoint au maire de Metz
Crédits photo : Droits réservés
Thierry Jean, adjoint au maire de Metz, en charge du développement économique.

Quelles retombées aura l’inauguration du Centre Pompidou-Metz ?

Metz figure parmi les 40 destinations mondiales à visiter impérativement en 2009, selon le New York Times. Notamment en raison du Centre Pompidou-Metz, inauguré au printemps 2010. Ce sera un événement majeur à l’échelle européenne, avec des milliers d’œuvres issues des collections du Centre Beaubourg de Paris et montrées pour la première fois. Ce musée d’art moderne et contemporain, situé au pied de la gare SNCF, corrigera le défaut d’attractivité d’une ville déjà portée par ses quartiers antique, classique et impérial.


Pourquoi Metz retrouve sa position stratégique au cœur de l’Europe ?

Notre ville vit de l’échange depuis les Romains, étant située sur la route marchande entre l’Italie et les Flandres. Certes, la Lorraine est aujourd’hui la dernière de France en termes de progression du Produit Intérieur Brut sur dix ans, et l’avant-dernière région en terme d’évolution de la population sur la même période. Elle est cependant une région plurielle, puisque le sillon mosellan, une conurbation de 600 000 habitants allant de Metz à Thionville, en direction de Luxembourg, s’est enrichie et a gagné en population. Et pour cause : 75 000 Mosellans travaillent au Luxembourg, ce qui génère un produit de 2,5 milliards d’euros sous forme de rémunération. De plus, on compte 30 % de voyageurs en plus sur la ligne Metz-Paris, depuis l’arrivée du TGV qui a réduit le temps de trajet depuis la capitale à 1 heure 20. Elle retrouve aujourd’hui cette vocation au cœur de l’Europe, à proximité d’un pays qui possède le produit intérieur brut par habitant le plus élevé au monde.

La puissance économique du Luxembourg
Depuis le début des années 90, le nombre de travailleurs frontaliers à destination du Luxembourg a plus que quadruplé, notamment grâce au dynamisme du secteur tertiaire luxembourgeois : banques, services, institutions européennes.
Parmi eux figurent en 2008 près de 11 000 habitants du Schéma de Cohérence Territoriale de l’Agglomération Messine, en quête notamment d’un salaire 20 à 40 % supérieur de l’autre côté de la frontière à poste identique. Avec le transfert des activités de Luxembourg-Ville, 4 à 5 000 emplois nouveaux devraient être créés dans les prochaines années au cœur de la conurbation Metz-Thionville-Luxembourg, sur le nouveau site d’Esch-Belval.

Comment se porte l’activité commerciale sur l’agglomération messine ?

Metz est une ville verte et agréable au milieu d’une région industrielle, sans pour autant être une ville industrielle. L’accroissement de la ville a suivi le développement exponentiel de la sidérurgie et de la métallurgie, situées à plus d’une quinzaine de kilomètres au Nord et à l’Est. Tandis que le développement commercial restait un peu en retrait par rapport à cette cadence. Il y a aujourd’hui moins d’emplois ouvriers, et davantage dans les services et la logistique. De belles enseignes, comme Ikea, se sont implantées autour de Metz. Le centre-ville est attractif et ses surfaces immobilières commerciales figurent parmi les plus chères de la province. Juste au pied de la gare, un nouveau quartier de 25 hectares, l’Amphithéâtre, est en train de naître. En plein cœur de la ville – et non en périphérie ! –, avec des accès facilités, quel que soit le mode de transport.

 


Comment se positionne l’Amphithéâtre au niveau commercial ?

L’activité commerciale de ce quartier a été fondue dans un lieu d’habitation et de bureaux. Cette vision de l’urbanisme, qui apparaît originale aujourd’hui, était pourtant très pratiquée jusque dans les années 60. C’est un retour certain au bon sens. Deux promoteurs commerciaux, Apsys et ING RED, de grands professionnels, sont en phase d’étude d’un projet positionné haut de gamme, avec une dominante « équipement de la maison », des restaurants gastronomiques, des brasseries et de nombreuses galeries d’art. Cela pourrait fort bien évoluer, d’ici aux débuts des travaux dans un an. Ce quartier, comme toute création originale, on l’invente à mesure qu’on le conçoit. Il comportera, à terme, 30 000 m² de surface commerciale et 1 500 logements. Même si l’on est actuellement dans une phase d’attente, en raison de la crise économique, le quartier de l’Amphithéâtre est dans le prolongement de l’hyper-centre et sera l’axe majeur de développement de Metz.

Sommaire
Fiches pro APCE