Développement économique

Frédérique Jaubert (EpaMarne) : « Marne-la-Vallée, moteur de la rénovation urbaine de Paris »

2009-08-10T16:29:00+02:00

10.08.2009, 


imprimer

Territoire parfois mal perçu – « ville dortoir », omniprésence de Disney – Marne-la-Vallée ne manque pourtant pas d’atouts pour accueillir les entrepreneurs en réseau sur un territoire jeune, 62 % de la population ayant moins de 40 ans. Tour d’horizon de ses spécificités avec Frédérique Jaubert, directrice du Développement EpaMarne/EpaFrance et Nathalie Pauliac, chargée de mission commerciale.

Frédérique Jaubert, directrice du Développement Ep
Crédits photo : DR
Frédérique Jaubert, directrice du Développement EpaMarne/EpaFrance

Marne-la-Vallée… qu’est-ce que c’est ?

Initié par l’Etat il y a quarante ans, le projet des villes nouvelles est une opération d’intérêt national. Marne-la-Vallée, qui regroupe 26 communes, est située à 26 kilomètres de la capitale et a été créée pour rééquilibrer l’urbanisation de l’Est parisien. Cette expansion d’Est en Ouest s’est faite autour des grands axes que sont le RER A et l’autoroute A4. La ville nouvelle est développée en quatre secteurs : Portes de Paris, le Val Maubuée, le Val de Bussy et le Val d’Europe. Ce dernier a la particularité, depuis 1987, d’être développé dans le cadre d’un partenariat public-privé unique en France associant l’État, les collectivités territoriales et la société Euro Disney Associés S.C.A.


Pourquoi choisir Marne-la-Vallée pour une implantation en franchise ?

Sur ses 1 400 000 m² de bureaux et 54 parcs d’activités, Marne-la-Vallée accueille près de 7 000 entreprises. Ce territoire dynamique est caractérisé par un fort taux d’actifs et compte 280 000 habitants pour 127 000 emplois, sur une surface représentant une fois et demi celle de Paris. Cette étendue permet à Marne-la-Vallée de disposer d’une offre foncière importante, notamment pour le résidentiel. Ainsi, les entrepreneurs implantés en première ou deuxième couronne et souhaitant déménager sont souvent séduits par les possibilités d’installation : leurs familles seront sans doute plus facilement accueillies sur Marne-la-Vallée qu’à Saint-Denis, par exemple. D’autre part, le territoire étant géré par un Etablissement Public d’Aménagement (EpaMarne pour les secteurs 1, 2 et 3 et EpaFrance pour le quatrième), les prix fonciers sont adaptés en fonction du produit : c’est l’avantage du développement en Zone d’Aménagement Concerté (ZAC). Autre facteur de dynamisme, la jeunesse du territoire : 62 % des habitants ont moins de 40 ans.


D’autres atouts ?

Marne-la-Vallée est un territoire dense conçu autour des transports en commun ferrés, dans lequel 60 % des habitants résident à moins de 700 mètres d’une gare. Le maillage des transports est exceptionnel : RER A et E, gare TGV, proximité de l’aéroport international de Roissy, bus… Les Marnovalliens sont donc une population extrêmement mobile, et chaque secteur brasse une clientèle importante.


Le territoire subit-il les effets de la crise économique ?

Oui. Nous constatons une baisse des implantations et des projets d’extension. L’an dernier, les quatre secteurs de Marne-la-Vallée n’ont pas résisté de la même façon face à la mauvaise conjoncture économique. Le Val-Maubuée (secteur 2) reste leader sur la ville nouvelle avec une hausse de 125 % pour les surfaces placées. Le secteur 1, Portes de Paris, enregistre un recul avec 3 377 m² placés uniquement à Noisy-le-Grand. Les secteurs 3 (Val de Bussy) et 4 (Val d’Europe) restent stables par rapport aux années précédentes.


Quid de l’intégration de Marne-la-Vallée dans le Grand Paris ?

Il y a peu, Marne-la-Vallée n’était pas même pas citée dans le projet du Grand Paris. Grâce au plan de communication que nous avons développé, Nicolas Sarkozy a présenté, le 29 avril dernier, la ville nouvelle comme le pôle de développement durable de la métropole. Ainsi, la cité Descartes, à Champs-sur-Marne, va faire l’objet d’un remodelage urbain pour devenir un cluster* mondial spécialisé dans la construction, la maintenance et les services de la ville durable. Le pôle scientifique et technique du MEEDDAT (Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire, ndlr) sera la pierre angulaire de ce site, qui sera desservi par le métro automatique du Grand Paris. Marne-la-Vallée travaille également à l’intégration du Val d’Europe dans la métropole. Disney, la gare TGV et la navette avec l’aéroport de Roissy sont autant d’atouts qui rendent ce souhait possible. Mais Marne-la-Vallée ne génère pas seulement une attraction à l’Ouest. La ville de Meaux voit une large partie de sa clientèle venir faire ses courses sur notre territoire.


Comment intervenez-vous dans l’implantation d’entreprises en réseau ?

En étroit partenariat avec les collectivités, nous faisons de l’aménagement foncier dans le but de développer Marne-la-Vallée le plus harmonieusement possible. Nous intervenons dans tous les domaines : bureaux et activités, logements et équipements publics, réseaux routiers et espaces verts, etc. Nous acquérons des terrains et les développons principalement sous forme de Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) : la ville nouvelle en compte 62. Une fois la ZAC aménagée, nous la commercialisons. Concernant les entrepreneurs, nous examinons leur business plan et les orientons vers les partenaires économiques locaux. De plus, nous fournissons un accompagnement technique : Epamarne est l’interlocuteur de l’architecte de l’entreprise et lui fournit les indications sur les exigences architecturales locales. Concernant le foncier ancien, nous orientons les entrepreneurs vers les acteurs existants, qu’ils soient « commercialisateurs » ou promoteurs. Dans tous les cas, nous mettons à disposition des créateurs d’entreprise une cartographie commerciale de la zone. En bref, nous sommes un lien entre tous les acteurs du territoire.


Quels sont les enjeux économiques majeurs sur Marne-la-Vallée ?

Marne-la-Vallée se veut fidèle au principe fondateur des villes nouvelles : mieux maîtriser le développement urbain. C’est pourquoi l’enjeu majeur est de renforcer les densités autour des pôles pour éviter l’éparpillement. Cela signifie que les envies d’un entrepreneur doivent pouvoir s’intégrer dans un projet global existant pour être concrétisées, ce qui implique de fédérer les velléités de chacun. D’autre part, Marne-la-Vallée a fait du développement durable son fer de lance : promoteurs et entrepreneurs doivent satisfaire à d’importantes exigences écologiques pour s’implanter chez nous. Autant d’atouts qui ont permis notre intégration dans le Grand Paris, qui veut faire de Marne-la-Vallée son « moteur essentiel de la rénovation urbaine ».


 * regroupement, généralement sur un bassin d’emploi, d’entreprises du même secteur
 

Sommaire
Fiches pro APCE