Conseils

Location-gérance : quels chemins vers l’indépendance ?

2011-08-01T14:51:00+02:00

06.03.2009 mis à jour le 01.08.2011, 


imprimer

Devenir chef d’entreprise sans moyens financiers : c’est ce que permet la location-gérance mais sans garantie de succès.

Location-gérance
Crédits photo : Getty Images
Location-gérance et indépendance

Le fonctionnement de la location-gérance

Dans un contrat de location-gérance, le propriétaire d’un fonds de commerce ou artisanal vous loue intégralement ou partiellement ses locaux dans le but que vous le développiez et que vous essayiez d’en tirer profit en contre partie du versement d’une redevance de location au propriétaire. Il existe 3 types de location-gérance.


La gérance libre : l’autonomie à portée de main

La gérance libre, limitée le plus souvent à 3 ans, est la plus courante dans les entreprises développées en réseaux. En tant que locataire gérant, les bénéfices, pertes et charges d’exploitation de la société sont à votre charge. Cependant, le propriétaire de votre fonds de commerce est solidairement responsable de vos dettes sur un délai de 6 mois après la publication du contrat dans un journal d’annonces légales (un certain nombre sont habilités par département et au niveau national).


Gérance salariée : la sûreté de la rémunération

La gérance salariée repose sur un contrat de travail, et non de location comme la gérance libre. Vous êtes choisi par le propriétaire qui vous rémunère par un salaire ou par un pourcentage sur le bénéfice ou sur le chiffre d’affaires. Le gérant salarié n’est pas indépendant : vous êtes subordonné à votre propriétaire, c’est pourquoi il assume les risques mais touche aussi tous les bénéfices de l’entreprise. La gérance salariée peut déboucher sur la gérance libre après quelques années, si vous faîtes vos preuves dans l’enseigne.


Gérance non-salariée ou succursaliste : une solution temporaire pour être autonome

Ce contrat s’apparente à un mandat. Le gérant est rémunéré au pourcentage variable ou fixe sur le chiffre d’affaires, mais c’est bel et bien lui qui dirige et embauche le personnel de l’entreprise. Ce type de gérance se retrouve principalement dans les succursales de magasins d’alimentation.


Pourquoi choisir la location-gérance ?

L’autonomie à moindre coût

Le principal intérêt de la location-gérance est de vous permettre d’être à votre compte tout en apportant une mise de départ bien moins importante qu’en entreprise développée en réseau. Par exemple, l’apport en location-gérance est de 30 000 euros pour 90 000 en franchise pour La Mie Câline, et de 50 000 euros pour un apport de 150 000 en franchise pour Spar. Vous pouvez ainsi tester le commerce avant, éventuellement, de le reprendre en fin de contrat de location. A condition que vous avez posez une option d’achat dès la signature du contrat, bien évidemment !
Ce contrat vous permet d’être totalement autonome comme dans le cadre de la franchise. Certes, vous profitez d’une clientèle déjà constituée et fidélisée, puisque votre propriétaire a pour obligation d’avoir exploité lui-même le fonds de commerce pendant au moins 2 ans. Mais sur une longue durée, le contrat de location-gérance peut être frustrant car, bien qu’autonome, vous n’êtes pas encore indépendant.


Les dangers de fin de contrat

Le principal problème de la location-gérance demeure la valorisation du commerce à la revente. Comme vous n’êtes pas propriétaire du fonds de commerce, la revente d’une société d’exploitation peut se révéler difficile. Il faut donc prévoir dès le début un système avec votre franchiseur pour valoriser votre investissement.
En tant que locataire gérant, vous n’avez pas droit au renouvellement automatique de votre contrat, votre propriétaire peut reprendre son fonds de commerce sans avoir à vous verser d’indemnité. Le contrat peut être rompu si une seule formalité n’est pas remplie ou en cas de non-paiement d’une redevance.
Côté propriétaire, le risque principal est une dégradation de la valeur du fonds de commerce (perte de clientèle, de réputation). A l’inverse, si votre entreprise dégage trop de bénéfice, il peut refuser de vous vendre ses locaux à la fin de votre contrat afin de l’exploiter lui-même.
Si vous trouvez un fonds de commerce à votre convenance, et si vous avez la capacité de le développer, la marge d’indépendance est réduite : vous devrez vous immatriculer au registre du commerce et des sociétés (RCS), mais aussi vous engager à exploiter ce fonds sans changer d’activité.


Réussir la transition vers la franchise

Double contrat

Si votre contrat de location est doublé avec un contrat de franchise, vous devrez reverser à votre franchiseur une redevance de location en plus des redevances de franchise. Le franchisé locataire est donc soumis à une double redevance ce qui explique la faible mise de départ. Ce n’est qu’à court terme que la redevance de location peut se révéler moins onéreuse que l’achat du fonds de commerce.
Malgré cette contrainte économique, la location-gérance peut permettre à tous ceux qui veulent se lancer dans les entreprises développées en réseaux de réunir la somme nécessaire pour entrer en franchise grâce au chiffre d’affaires de leur location-gérance. Si le commerce dégage du bénéfice, l’apport manquant peut être collecté en 3 ou 4 ans. Il arrive que les locataires gérants rachètent les fonds de commerce de leur magasin à la fin de leur contrat de location, leur permettant ainsi de passer de l’autonomie de la location gérance à l’indépendance des entreprises développées en réseaux.


Les salariés du groupe ciblés

La location-gérance est surtout présente dans les secteurs de l’alimentation (La Mie Câline, Shopi…) et de la restauration rapide (Mc Donald's, Quick…), plusieurs enseignes ont lancé des programmes favorisant la location-gérance, à l’image de KFC  ou encore Del Arte qui souhaite développer son réseau par ce biais en ciblant avant tout les salariés du groupe qui manquent de financement.

Fiches pro APCE