Témoignage

Location-gérance : l'exemple d'un franchisé devenu propriétaire de son fonds de commerce

2009-04-20T11:03:00+02:00

20.04.2009, 


imprimer

Grâce à la location-gérance proposée par La Mie Câline, Crys Berthier et sa femme ont racheté leur fonds de commerce et ont investi dans un deuxième point de vente. Entre les difficultés traversées et des objectifs ambitieux, l'histoire d'une location-gérance réussie.

Crys Berhier, La Mie Câline
Crédits photo : DR
Crys Berthier, franchisé La Mie Câline.

Location-gérance : pour économiser l'apport personnel


Un défi intéressant

Apprenti-pâtissier à 15 ans, Crys Berthier est aujourd'hui un ancien directeur salarié de La Mie Câline devenu entrepreneur indépendant en compagnie de sa femme au sein du même réseau. Comment ? En acceptant le défi de la location-gérance. Il y a sept ans, lorsque cette enseigne lui propose de reprendre le fonds de commerce en difficulté de Belfort, il accepte le challenge avec Céline. Ni le concept, ni l'emplacement ne sont en cause dans ce dysfonctionnement. « Les précédents gérants ne sont pas adaptés à la ville. Nous étions résolus à faire nos preuves, car le principe de La Mie Câline est simple : donner leur chance à ceux qui adhèrent aux valeurs de l'enseigne, en leur confiant un magasin filial mal en point », affirme Crys Berthier.


Debriefing perpétuel

Durant 4 ans, Crys et Céline montrent plus que leur potentiel à exploiter un magasin. Ils économisent 10 000 euros, ce qui leur permet d'obtenir un crédit de 30 000 euros, avec un remboursement mensuel de 1 000 euros sur trois ans. Soit l'apport minimum pour accéder à la location-gérance du magasin de Belfort. Pour ces gérants, la vie de l'entreprise empiète sérieusement sur la vie privée. « Les soirées à la maison se transforment souvent en débriefing perpétuel de la journée ». De quoi mettre un couple en danger. Gérer une entreprise à deux peut aussi être une force. Crys Berthier et sa femme fonctionnaient selon un système de relais, afin que l'un des deux soit toujours sur le terrain, entre 5 et 20 heures. «  On savait ce qui se vendait et comment cela se vendait », ajoute Crys, qui occupe parallèlement des fonctions d'animateur au sein du réseau La Mie Câline.


Franchise : à l'affût d'emplacements prometteurs


Entrepreneur enfin indépendant !

Cet investissement personnel mène les Berthier à la totale indépendance le 03 janvier 2007 avec l'ouverture d'un second point de vente franchisé la Mie Câline à Mulhouse. « J'ai été contacté par le service de développement du réseau, qui avait trouvé un fonds de commerce à Mulhouse qui n'intéressait personne, malgré la visite de plusieurs autres franchisés », souligne Crys Berthier. Les débuts du second magasin s'avèrent toutefois difficiles, et les nuits courtes : « Durant les 6 premiers mois, nous réalisions un chiffre d'affaires deux fois inférieur au seuil de rentabilité. Nous avons eu très peur », souligne Crys Berthier. Le fait de « connaître son boulot » et la persévérance finissent par payer. La première année, le chiffre d'affaires augmente de 50%.


Un bon coup de poker

L'entrepreneur profite de la bonne trésorerie de leur premier magasin de Belfort pour investir dans ce second magasin. « Mulhouse, c'était un bon coup de poker », avoue t-il. Joueur ? Pas vraiment. Le second commerce de Crys Berthier ouvre face à Porte Jeune, un secteur du centre-ville certes en souffrance, mais totalement réaménagé, avec l'arrivée du tramway et la réalisation programmée d'un centre commercial.

Deux entreprises franchisées et bénéficiaires

Ce pari intelligent est gagnant dès la 2ème année, ce qui permet au couple Berthier d'acheter en franchise le fonds de commerce de leur premier magasin à Belfort en septembre 2008. Aujourd'hui, ils sont propriétaires de deux fonds de commerce. Leur volonté et leur ambition leur ont permis de gérer les difficultés et de supporter le rythme des journées.


Le meilleur acquis de la vie

Pour les années à venir, la priorité du couple est à l'amortissement des frais occasionnés par le lancement du second magasin, même si les gérants franchisés de Belfort et Mulhouse projettent déjà d'ouvrir un nouveau commerce dans trois ans. Selon Crys Berthier, « la location-gérance repose sur deux principes : l'envie et les qualités humaines. La loyauté, le respect des autres, la solidarité… Ce sont mes outils de travail. » Dans l'optique de transmission de ces valeurs, il compte aussi aider l'un de ses directeurs adjoints à devenir franchisé. La transmission du savoir constitue le meilleur acquis de la vie, à la fois pour celui qui reçoit, comme pour celui qui donne. Même si « mon objectif reste de trouver un équilibre entre investissement personnel et professionnel », avoue Crys Berthier.

Dans ce secteur
Fiches pro APCE