Reprise local

Financement local franchise : comment minimiser son 1er poste de dépense

2009-10-29T15:33:00+02:00

29.10.2009, 


imprimer

La qualité d'un emplacement est déterminante dans la réussite d'un projet en franchise. Cession de droit au bail, achat des murs, bail à l’américaine : comment s’adapter aux conditions de reprise d'un local commercial ?


Crédits photo : Shutterstock

La cession de fonds de commerce s'applique pour un local qui va conserver la même activité.

Cession de fonds de commerce

Cette acquisition implique le versement d'une indemnité versée au titre du paiement du fonds de commerce. Elle permet de récupérer la clientèle déjà existante. La cession de fonds de commerce s'applique pour un local qui va conserver la même activité.


Cession de droit au bail

A l'inverse de la précédente, cette indemnité n'est pas versée pour récupérer une clientèle existante mais seulement pour autoriser une nouvelle clientèle à pénétrer dans le local commercial. A noter que les « baux tous commerces », largement répandus auparavant, n'existent quasiment plus.


Bail à « l'Américaine »

De plus en plus répandu, particulièrement en périphérie des villes, ce type de reprise de local exclut le paiement d'une indemnité mais impose au franchisé le paiement d'un loyer plus élevé.


Bail précaire de 23 mois

Sans indemnité ni renouvellement possible, ce système, peu appliqué, est très compliqué à concevoir pour un contrat de franchise, qui ne pourra que rarement être rentabilisé en 23 mois seulement.


Comment est fixée l'indemnité d'entrée

Que ce soit pour une cession de fonds de commerce ou de bail, le montant de l'indemnité est fixé selon les lois du marché de l'offre et de la demande. Ainsi, pendant la période euphorique de l'immobilier il y a quelques années, ces indemnités ont atteint des sommets, tandis qu'aujourd'hui, certains baux se vendent sans même qu'un paiement de droit au bail soit demandé.


La location-gérance

Ce système permet au franchisé de s'implanter sans avoir à investir dans son local compte tenu que son franchiseur lui loue le fonds. Cette pratique, qui a pour vocation logiquement la cession du fonds à terme au franchisé, permet de favoriser l'installation de jeunes franchisés en manque de capitaux. Par contre, paradoxe du système, le franchisé peut travailler pendant des années à la valorisation d'un fonds qui ne lui appartient pas et qu'il sera même peut-être conduit à reprendre au prix fort plus tard. En cas d'échec de l'activité, le franchisé n'a pris aucun risque financier concernant son emplacement, qui demeure la propriété de son franchiseur. Pour équilibrer le rapport entre franchiseur et franchisé locataire-gérant, certaines grandes enseignes proposent une indemnisation au franchisé lors de son départ du local.


L'achat des murs

Face à une pénurie de demandes, le prix des fonds est aujourd'hui à la baisse. Peut-être l'occasion d'acheter ? A condition évidemment d'en avoir les moyens. Un choix de gestion à étudier avec un conseil ou son expert-comptable selon les opportunités. Toutefois, si l'achat des murs impose une telle immobilisation de capitaux que l'installation du magasin en devient compromise, le projet est sans doute à réexaminer dans son ensemble. A noter toutefois que si le franchisé acquiert les murs via une SCI familiale par exemple, cette dernière devra quand même lui faire signer un contrat de bail avant son installation. Les bons emplacements sont moins nombreux que les bons candidats. A vous de vous adapter aux conditions de reprises du local que vous recherchez plutôt que de rechercher le contrat idéal de reprise du fonds.


Etude de marché

Au-delà du local, vous devrez recueillir les éléments nécessaires pour mesurer les potentialités du marché et élaborer un chiffre d'affaires prévisionnel à l'emplacement choisi. Vous devrez ainsi définir la démarche potentielle (clientèle, pouvoir d'achat, habitudes de consommation…), l'offre concurrente directe (antériorité et efficacité commerciale sur la zone), ainsi que les besoins existants et mal satisfaits. Vous connaitrez aussi l'environnement de votre point de vente, que vous aurez le devoir d'étudier jusqu'au projet d'urbanisation à l'ordre du jour (travaux, stationnement, plan de circulation…).

 

Réalisé en collaboration avec Hubert Bensoussan, avocat à la Cour d'appel de Paris et membre du Collège des experts de la FFF, Serge Meresse, avocat spécialisé dans la défense des franchisés, et Jean-Pierre Gouzy, expert-comptable, commissaire aux comptes, conseil en organisation et gestion et membre du Collège des experts de la FFF.

Sommaire
Fiches pro APCE