Exclusion du monde du travail

Handicap, publics en difficulté : des franchises à forte capacité d’adaptation

2010-02-04T17:13:00+02:00

04.02.2010, 


imprimer

Sinéo, Handirect ou encore AETES environnement, se développent autrement, en employant des personnes handicapées ou en grande difficulté. Un engagement exigeant facilité par la puissance du réseau.

5 millions de personnes handicapées en France
Crédits photo : Getty Images
On compte 5 millions de personnes handicapées en France, dont 2 millions à mobilité réduite.

L’agrément, garant des valeurs

Sinéo, Handirect, ou encore AETES environnement : ces franchises mettent leurs valeurs au service de la reconstruction par le travail. Soumises à un examen approfondi de leur projet économique et social, ainsi que du profil des publics en difficulté sur le territoire, elles reçoivent alors un agrément et des subventions de l’Etat. Chez Sinéo, réseau spécialisé dans le nettoyage automobile dont les salariés appartiennent aux publics en difficulté (chômeurs longue durée, jeunes sans travail, handicapés…), les points de vente sont toutes des entreprises d’insertion agréées. « C’est le meilleur garant pour que les franchisés partagent les valeurs de l’entreprise, car gare aux « chasseurs » de subventions. », explique Benjamin Barra, responsable du développement à Sinéo.


Respect du contrat

De son côté, Handirect, franchise spécialisée dans les services administratifs aux entreprises, emploie, depuis sa création, plus de 50 % de personnel handicapé. Le premier salarié doit être handicapé. Si le contrat n’est pas respecté, la redevance est majorée. Nathalie Gerrier, sa fondatrice, a souhaité obtenir le label d’entreprise adaptée, soit l’obligation d’embaucher 80 % de travailleurs handicapés. « Mais le dossier administratif est lourd et complexe à monter. J’ai proposé à mes franchisés de les accompagner dans cette démarche », souligne-t-elle. 7 franchises sur 14 ont déjà reçu cet agrément, valide pendant 3 ans (2 ans pour les entreprises d’insertion).

Handicap : nouvelles règles, nouvelles pénalités
Le 1er Juillet 2010 est la date butoir pour les entreprises qui ne se sont pas mises en conformité avec l’obligation d’employer plus de 6 % de travailleurs handicapés dans leurs effectifs globaux. La loi prévoit aussi la possibilité de passer des contrats avec des ateliers protégés. Pour les entreprises qui n’ont rien fait, la note va être salée. Les pénalités sont considérablement alourdies : 1 500 fois le Smic par unité manquante (avant 2010, de 400 à 600). Les entreprises qui ont dépassé récemment la barre des vingt salariés sont exonérées pendant trois ans de ces obligations. 


Recrutement franchisés : la sensibilité ne suffit pas

La franchise est particulièrement adaptée aux difficultés inhérentes à l’insertion. A partir d’un modèle économique éprouvé, elle propose un savoir-faire au futur franchisé, et garantit, par contrat, l’engagement de l’entrepreneur auprès des publics concernés. Pour que cette dimension sociale soit respectée, les franchiseurs ont d’autant moins le droit à l’erreur dans leur recrutement. Ainsi, Sineo cherche avant tout des profils commerciaux qui sont ensuite formés à l’insertion. En effet, « pour réussir, la sensibilité ne suffit pas » explique Nathalie Gerrier. Ensuite, grâce au fonctionnement d’une franchise, l’échange, le partage et la recherche de solutions communes, ainsi que la puissance du réseau permettent d’optimiser les conditions de travail, entre autres. « Les savoir-faire des uns servent les savoir-faire des autres » explique Benjamin Barra de Sinéo.


La franchise, adaptée aux difficultés inhérentes à
Crédits photo :
La franchise est particulièrement adaptée aux difficultés inhérentes à l’insertion.

Statut et motivation

Pour préserver leur chance de réussite, les franchises doivent adapter en effet leur outil de travail aux publics concernés (handicapés ou des personnes en grande difficulté sociale), et mettre en place un véritable processus de réinsertion pour leurs employés. « Le plus difficile, ce n’est pas le statut de la personne mais sa motivation à s’en sortir » explique Benjamin Barra, responsable du développement chez Sinéo. Cette enseigne prend en compte toutes les difficultés de ses salariés: problèmes de logement, de mobilité, de surendettement ou de santé. Un accompagnateur social présent dans chaque franchise, travaille sur leurs compétences et leurs perspectives professionnelles.

Rapprocher handicap et entreprises
On compte 5 millions de personnes handicapées en France, dont 2 millions à mobilité réduite. Pour Danièle Nizery, associée du cabinet Baker Tilly France, le rapprochement entre l’offre et la demande est un réel frein. « Ce n’est pas seulement une question de mauvaise volonté des entreprises », souligne-t-elle. Il existe des cabinets spécialisés dans le recrutement de travailleurs handicapés mais ce n’est que le début. « Souvent les entreprises ont des salariés handicapés sans le savoir », ajoute Danièle Nizery. Des personnes hésitent à se déclarer comme handicapées car elles ont peur d’être pénalisés dans leur travail. Alors qu’elles pourraient profiter d’aménagements de leur poste de travail et faire bénéficier de leur statut à l’entreprise.
 


Equipement et cadence adaptés

Nathalie Gerrier adapte au quotidien les exigences d’un rendu professionnel aux contraintes du handicap. « On cherche parfois des solutions techniques, des astuces pour que le salarié comprenne bien les consignes ». Quant à AETES environnement, cette franchise sociale spécialisée dans le nettoyage professionnel, privilégie des cadences moindres et des équipements adaptés pour une même prestation de ménage. Comme Sinéo et Handirect, ce réseau s’engage pour permettre à ses salariés d’acquérir les compétences professionnelles suffisantes pour qu’ils puissent intégrer le monde du travail sans protection.
 

Sommaire
Fiches pro APCE