Profil

Hôtellerie : les gestionnaires managers dans la course

2012-09-28T08:01:00+02:0029.12.2009, mis à jour le 28.09.2012,


imprimer

Les chaînes d’hôtels recrutent principalement leurs franchisés parmi les hôteliers en activité. Elles sont aussi ouvertes aux gestionnaires managers et aux investisseurs. Mais l’apport personnel exigé par le secteur est l’un des plus élevés de la franchise.

Gestionnaires manageurs dans la course
Crédits photo : Getty Images
Les chaînes recrutent principalement leurs franchisés parmi les hôteliers en activité.

Compétences et qualités requises

Être aimable, souriant, organisé, ouvert aux autres, aimer recevoir et servir sont autant de qualités requises pour devenir hôtelier. Sans oublier l’endurance et la résistance car le métier exige une grande disponibilité. Pour réussir, il faut également être un bon gestionnaire et un excellent manager.


Origines professionnelles

Principal vivier dans lequel les réseaux vont piocher pour recruter leurs franchisés : les hôteliers en activité, qu’ils soient indépendants ou affiliés à une autre enseigne. Les cadres de l’hôtellerie-restauration et de la distribution sont aussi très prisés. Les personnes en reconversion issues de tous les secteurs qui souhaitent construire ou racheter un hôtel ont également leur chance pour peu qu’elles justifient d’un profil de commerçant gestionnaire et jouissent d’une solide assise financière. Les investisseurs sont eux aussi les bienvenus.


Une activité gourmande en capitaux

L’hôtellerie est l’une des activités les plus gourmandes en capitaux dans l’univers de la franchise. L’investissement total à consentir pour se retrouver à la tête d’un hôtel franchisé dépend de l’enseigne, de l’emplacement de l’hôtel et de sa taille. Par exemple, pour ouvrir un hôtel économique en province, la chaîne Accor demande un apport personnel d’un million d’euros. De plus, les droits d’entrée pour les différentes enseignes du groupe varient entre 600 et 2 500 euros par chambre. Dans le cas d’une création d’hôtel livré clé en main, la facture oscille entre 40 000 euros et 140 000 euros par chambre. Un établissement B&B Hotels, par exemple, nécessitera un investissement de 50 000 euros par chambre. Le montant de l’apport personnel exigé varie de 35 à 50 % de l’investissement total.

Se renseigner auprès des organismes du secteur :
  • L’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie, l’UMIH, est présente sur toute la France à travers 112 bureaux et 300 élus et collaborateurs conseillant les entreprises adhérentes. Membre de l’UMIH, le Groupement national des chaînes hôtelières, le GNC, rassemble les chaînes hôtelières intégrées françaises et étrangères implantées en France.
  • Société indépendante, Coach Omnium réalise des études sur le tourisme, l’hôtellerie, la restauration, les spas et les loisirs. Son président, Mark Watkins, est également le président-fondateur du Comité pour la modernisation de l’hôtellerie française.

Fiches pro APCE