Parcours de pluri-franchisé

Gestion à distance : le témoignage d'un franchisé investisseur à la tête de 13 unités

2009-03-06T09:55:00+02:0006.03.2009, 


imprimer

Salarié dans le secteur de l’aménagement de cuisines, Pierre Georgin, 56 ans, est aujourd’hui à la tête de 13 points de vente franchisés. Parcours d’un investisseur… presque malgré lui !

Pierre Georgin
Crédits photo : Droits réservés
Pierre Georgin

De salarié à franchisé

Pierre Georgin a fait bien du chemin depuis l'époque où il était simple gérant salarié du magasin Cuisine Plus de Reims. Il possède aujourd'hui pas moins de 13 franchises réparties dans 7 départements. « Tout a commencé en 1990 quand j'ai racheté les parts de l'exploitation Cuisine Plus dans laquelle j'étais employé depuis 2 ans », se souvient-il. L'année suivante, à la demande du franchiseur, il accepte de reprendre le magasin d'Epernay (51), en proie à des difficultés. Scénario identique un an plus tard, à Soissons (02).


Opportunités

D'autres auraient hésité, lui pas. « J'ai besoin de relever sans cesse de nouveaux défis », confie-t-il. Il enchaîne donc les reprises et les créations « en visant des endroits stratégiques », au gré des propositions de la tête de réseau ou des opportunités qui s'offrent à lui. En 1997, à Reims, il profite ainsi de la cessation d'activité des deux commerçants installés dans le même bâtiment que lui pour récupérer leurs locaux et monter une boutique Le Faillitaire. Pourquoi cette enseigne ? « Parce que je connaissais les fondateurs », répond-il simplement.


En chiffres
Activités : distribution et aménagement de cuisines (9 magasins Cuisine Plus et 3 magasins Ixina) ; vente de meubles, salons, literie à prix discount (1 magasin Le Faillitaire).
Effectif total : 120 personnes environ.
Débuts en franchise : 1990
Chiffre d’affaires 2008 du magasin phare : 2, 4 millions d’euros.

De Cuisine Plus à Ixina

Quant à son intégration au sein du réseau Ixina en 2006 racheté quelques années auparavant par Cuisine Plus, elle répond à un autre objectif : « ne pas laisser la concurrence s'installer. » D'autant que les deux enseignes ont des positionnements sensiblement différents. « Les cuisines Ixina sont exclusivement de style contemporain tandis que Cuisines Plus propose une gamme plus large (rustique, provençal…) », précise le pluri-franchisé. Autre distinction de taille : les méthodes de commercialisation. « Cuisine Plus réalise 50 % de ses ventes via le démarchage à domicile quand Ixina pratique uniquement la vente en boutiques », explique-t-il.


Directeurs issus de la promotion interne

Gestionnaire dans l'âme, Pierre Georgin pilote son navire depuis son siège basé à Reims (51). Charge à ses adjoints de faire remonter l'information du terrain. « J'ai nommé un responsable par magasin avec lequel je m'entretiens par téléphone chaque samedi soir pour dresser le bilan de la semaine et recueillir les chiffres », raconte-t-il. Des directeurs choisis pour leurs compétences techniques et commerciales, et tous issus de la promotion interne. Le « patron » occupe son temps à les manager, à régler les soucis importants ainsi qu'à préparer et suivre les tableaux de bord. « Je participe à la commission Achat & communication de l'enseigne Cuisine Plus et suis membre du conseil de la franchise Ixina », ajoute-t-il.


Pas de remise à la banque

Pour financer son développement, Pierre Georgin a réinjecté une grande partie des bénéfices dans ses entreprises plutôt que de se les verser. Et il a toujours pu compter sur sa banque. « Avec le temps, je n'ai pas obtenu de conditions privilégiées mais le banquier a rendu ses décisions de plus en plus rapidement », indique-t-il. A ce jour, il n'a subi qu'un seul revers : « j'ai dû fermer le magasin Cuisine Plus de Soissons car il n'était pas rentable ». Mais avec lui, une franchise chasse l'autre : il inaugurera en juin prochain sa 4ème boutique Ixina, à Nancy.