Politique

Gouvernement Hollande : les mesures qui fâchent les commerçants indépendants

2012-12-12T07:12:00+02:0012.12.2012, 


imprimer

Depuis l’élection en mai de François Hollande, le gouvernement a adopté plusieurs mesures qui ont alourdi la fiscalité des commerçants indépendants. Ces derniers se sentent victimes d’un système opaque et injuste.

Commerçants indépendants
Crédits photo : Shutterstock.com

Les commerçants indépendants se sentent délaissés des politiques : tel est le constat amer que dresse le 10e observatoire des commerces de Médicis avec l’Ifop. Selon cette enquête, 84 % d’entre eux sont insatisfaits de la politique de François Hollande depuis le début de son quinquennat en mai dernier : ils étaient 56 % « seulement » insatisfaits de la politique de Nicolas Sarkozy en février 2012.

Les mesures fiscales fustigées

Sans surprises, les différentes mesures adoptées sous le gouvernement Hollande ayant rapport à la fiscalité sont très critiquées. Certaines mesures atteignent des sommets d’insatisfaction, comme l’augmentation de la taxation sur les plus-values réalisées sur les cessions d’entreprises (78 %), la suppression des exonérations de cotisations sociales pour les heures supplémentaires (76 %), la suppression de l’abattement fiscal pour frais professionnels (68 %) ou l’intégration des dividendes dans le calcul des cotisations maladie pour les travailleurs indépendants (62 %). « En matière de fiscalité, de nombreux commerçants ont le sentiment de contribuer davantage que d’autres professions », explique Michel Clerc, directeur général de Médicis.


Peu de variables d’ajustement

Interrogés sur les mesures qu’ils prendraient en priorité suite à une potentielle hausse des charges sociales, ils étaient 83 % à envisager de réduire leur propre salaire, 82 % de ne pas recruter malgré les besoins, 71 % de baisser leurs marges, 64 % de licencier des salariés et 53 % à envisager d’arrêter leur activité. « Le système de charges sociales est jugé injuste et opaque, déplore Michel Clerc. Depuis le début de la crise, jamais les commerçants n’ont fait état de conditions aussi alarmantes. Ils acceptent de payer des charges comme tout le monde, mais ce sont pour la plupart des patrons de TPE, leur salaire et leurs employés sont leurs seules variables d’ajustement. »


Les mesures d’emploi encouragées

Deux mesures prises par le président depuis sa prise de fonction font pourtant l’unanimité : la création des contrats de génération, destinés à favoriser l’embauche d’un CDI d’un jeune tout en maintenant l’emploi d’un senior, appréciée par 82 % des répondants, et la création de 100 000 contrats d’avenir, destinés à aider les jeunes peu ou pas diplômés à mettre un pied dans la vie professionnelle (70 %). « Les mesures relatives à l’emploi sont évidemment bien accueillies, affirme Michel Clerc. Les commerçants indépendants se battent pour trois mesures : la simplification de l’embauche dans les TPE, un niveau de charges sociales spécifique à cette catégorie d’entreprise, et une aide au financement également spécifique. »

A savoir

Lors de l'élection présidentielle en mai 2012, les commerçants indépendants ont voté à 48 % pour Nicolas Sarkozy, à 17 % pour Marine Le Pen et à 9 % pour François Hollande (source Ifop/Médicis).

Camille Prigent