Portrait

D. Flavenot (SFR) : « Un concept est pertinent s’il est déployé de façon homogène »

2010-11-12T15:51:00+02:0012.11.2010, 


imprimer

A la tête de 220 points de vente – via sa société de distributeur Cinq sur cinq – sur les 800 Espaces SFR que compte l’opérateur de téléphonie mobile, Didier Flavenot s’est construit un parcours modèle au sein du groupe, en l’espace de quinze ans.

Didier Flavenot, multi-franchisé SFR
Crédits photo : Droits réservés
Didier Flavenot, multi-franchisé à la tête de 220 Espaces SFR.

De directeur commercial à franchisé

Arrivé en 1995 chez SFR en tant qu’ingénieur commercial, Didier Flavenot a occupé une dizaine de postes avant de devenir directeur commercial des Espaces SFR, l’an dernier. « J’étais chargé de fixer la politique et l’animation commerciale des points de vente, explique l’entrepreneur, même pas quadragénaire. Soient 820 boutiques sous contrat de distribution avec SFR, une forme de contrat très proche de la franchise où le gérant ne reverse pas une part de son chiffre d’affaires à la maison-mère. » En août 2009, CID – une société d’investissement détenue à 40 % par SFR - devient actionnaire de l’un de ses distributeurs, la société Cinq sur Cinq. Celle-ci exploite environ 220 boutiques sous le label Espace SFR, alors que la plupart des franchisés n’en comptent que trois ou quatre au maximum. Didier Flavenot est alors recruté pour prendre la présidence générale de Cinq sur Cinq.


Aux prises avec le concret de l’entreprise

Avec ce nouveau poste de « multi-franchisé » exploitant près d’un quart du réseau SFR, l’homme voit donc son quotidien professionnel changer. « Je suis désormais en position frontale par rapport au business et suis passé de celui qui conçoit à celui qui réalise. Je suis beaucoup plus aux prises avec le concret de l’entreprise », explique le PDG qui se retrouve ainsi à la tête de 1 700 salariés, dont près d’un millier pour les activités dédiées aux particuliers, le reste étant dévolu aux entreprises. « Comme tout franchisé, mon rôle est d’exploiter le marché avec les moyens de SFR. Je développe des points de vente en respectant le cahier des charges de l’enseigne. »


Mettre en place des innovations

L’ouverture d’un nouvel Espace SFR prend environ neuf mois : les équipes de Didier Flavenot ciblent la ville, démarchent les bailleurs immobiliers, mettent en place le business plan avant de soumettre le dossier à SFR. Si celui-ci est validé, l’aménagement du magasin peut commencer. « On peut aussi réaménager les cellules existantes, précise l’entrepreneur. C’est notamment le cas pour la mise en place d’un nouveau concept de la marque, si le local existant s’y prête. Ainsi, nous sommes en train de déployer le concept Imagine. Il s’agit notamment d’une déclinaison de marketing sensoriel : diffusion d’odeurs, musique, étiquettes électroniques, etc. Tout est mis en place pour faire appel aux sens du client. Une quarantaine de points de vente devraient bénéficier de cette nouveauté d’ici la fin de l’année. » Didier Flavenot, au nom de SFR, a d’ailleurs reçu un prix d’honneur pour cette innovation, remis par l’IREF – la fédération des réseaux européens de partenariat et de franchise - le 18 octobre dernier.


S’entourer des bonnes personnes

Selon lui, le secret d’une réussite en franchise tient en deux principes. « D’une part, il faut savoir s’entourer de la bonne équipe car tout passe par les hommes : le recrutement est donc primordial, du conseiller de vente au directeur commercial. Par ailleurs, il est vital de croire en son concept jusqu’au bout et de ne pas « sortir des rails » : un concept est pertinent s’il est déployé de façon homogène », insiste Didier Flavenot. L’homme ne croit d’ailleurs pas au développement « à tout prix » et reconnaît le caractère isopérimètre de son réseau : « je préfère être performant là où je suis déjà implanté », conclut-il.