Innovation

Les grandes surfaces se mettent « au vert »

2016-10-26T06:40:00+02:0026.10.2016, mis à jour le 26.10.2016,


imprimer

L’Intermarché de Lentigny, dans la Loire, a investi 1,9 million d’euros pour offrir de nouveaux services et installer une façade solaire connectée et imprimée produisant de l’énergie propre. Ces dernières années, les innovations dans ce domaine sont légion chez les distributeurs.

Intermarché Lentigny
Crédits photo : Droits réservés
Façade solaire inaugurée le 19 octobre 2016 à l'Intermarché de Lentigny, dans la Loire.

Il s’agit d’une première en France : le dirigeant d'un Intermarché a inauguré le 19 octobre dernier une façade solaire connectée et imprimée dans son magasin de Lentigny, près de Roanne dans la Loire. Ce faisant, le groupement marque son intention de miser davantage sur les énergies propres.

Energies renouvelables et consommation responsable

Equipée d’un bardage solaire à système aéraulique conçu par une société française basée à Belfort, la façade de l’Intermarché Super de Lentigny est désormais capable de récupérer l’air chaud capté à l’extérieur pour le redistribuer à l’intérieur du magasin et ainsi réduire les dépenses énergétiques d’environ 50 %. Pour davantage d’esthétisme, les panneaux situés à l’extérieur du bâtiment diffusent un diaporama de photos des environs, imprimées sur verre organique selon un procédé breveté, unique en France.

Ce nouveau dispositif, dont le but est la réduction des dépenses énergétiques, fait partie d’une stratégie plus large visant à promouvoir une consommation plus responsable. Le patron de l’établissement, Maxime Savereux, a investi un total de 1,9 million d’euros en ce sens. Car au-delà de la façade connectée, le magasin a été équipé d’un nouvel éclairage 100 % LED et d’une station-service à l’éclairage autonome. La surface de vente a par ailleurs été agrandie de 999 à 1 485 mètres carrés afin de proposer davantage de produits locaux et régionaux. Cette initiative est fortement soutenue par le groupement des Mousquetaires, qui souhaite encourager les 3 000 commerçants indépendants qui composent son réseau à investir dans les énergies renouvelables et les solutions durables. 


Vers davantage d’hypers et supermarchés propres

Intermarché n’est pour autant pas la seule enseigne à se pencher sur ces problématiques. Poussés par une prise de conscience collective, les modes de consommation changent. Selon la dernière étude du cabinet GreenFlex*, 94 % des Français souhaiteraient consommer des produits responsables et durables. Mode de vie plus sain, éthique, prenant en compte les enjeux environnementaux et économiques, dont les impacts sur le local… Autant de préoccupations auxquelles commencent à réfléchir les géants de la distribution afin de gagner, ou conserver, leurs parts de marché.

En plus de développer de plus en plus de linéaires dédiés aux produits bio, les distributeurs se penchent donc sur de nouvelles solutions en termes d’énergie. Pionnier dans le domaine, Super U équipe depuis 2008 plusieurs de ses magasins en solutions innovantes en termes d’énergies renouvelables et de consommation locale. Certains magasins se sont par exemple dotés de panneaux photovoltaïques afin de produire leurs propres énergies et s’émanciper de toute énergie fossile. Dernier en date, le Super U de Wittelsheim, dans le Haut-Rhin, qui a inauguré une centrale capable de produire 268 kilowatt-crête (kWc), de quoi rendre l'établissement autonome énergétiquement. Les nouveaux points de vente Super U sont également tous équipés d’une isolation thermique renforcée et d’une hauteur de bâtiment réduite permettant de réduire la consommation de chauffage. L’objectif de la coopérative : ouvrir des magasins en moyenne 30 à 40 % moins énergivores qu’un établissement similaire.

L’amélioration de l’efficacité énergétique des magasins est également au coeur de la stratégie de Casino. Le groupe s’est d’ailleurs engagé en 2012 à « réduire de 20 % la consommation électrique par mètre carré de surface de vente d’ici 2020 », peut-on lire sur son site Internet. Pour atteindre cet objectif, Casino a notamment équipé la plupart de ses meubles frigorifiques de portes permettant de limiter les pertes de froid. Le groupe a également déployé plusieurs dispositifs basse consommation, comme la mise en place d’un éclairage 100 % LED, ainsi qu’un système de monitoring afin de surveiller en temps réel leur efficacité. « Depuis 2012, cela nous a permis de réduire la consommation électrique de 16 % en France », assure-t-on chez Casino.

Le leader de la distribution en France, Carrefour, mise lui aussi sur la réduction des dépenses énergétiques. Via des dispositifs relativement similaires à ses concurrents – meubles frigorifiques, ampoules basse consommation, etc. – le distributeur aux 12 300 magasins dans le monde a ainsi réussi à réduire sa consommation électrique de plus de 30 % entre 2004 et 2014 dans ses points de vente français. Une tendance que l’enseigne espère maintenir : « un nouveau plan est en cours de finalisation pour fixer les prochains objectifs de réduction à atteindre », dévoile-t-elle.

*Etude Ethicity 2017 intitulée « Les Français et la consommation responsable »

Jennifer Matas

Abonnement au magazine Linéaires