Nouveau concept

Le mariage sur mesure avec la franchise Laura Z Organisation

2014-05-14T06:00:00+02:0014.05.2014, 


imprimer

Le marché du mariage a généré 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2013 et poursuit sa croissance en 2014. Porté par ce succès, de plus en plus de wedding planners proposent leurs services, et la franchise n’échappe pas à ce phénomène. Nous avons rencontré pour vous un de ces réseaux, Laura Z Organisation. Il vous fait découvrir les coulisses d’un métier en forte progression et promis à un bel avenir dans l’Hexagone.


Crédits photo : Laura Z Organisation. Droits réservés.

Né aux Etats-Unis, où près de 8 mariages sur 10 sont organisés par des weddings planners, le métier d’organisateur de mariage fait une percée en France depuis le début des années 2000. Les Français sont en effet de plus en plus nombreux à s’en remettre aux conseils de ces coachs personnalisés proposant un mariage clef en main. Tandis que la formule convainc aujourd’hui 5 à 10 % des futurs mariés en France, la franchise n’échappe pas à cette tendance. Des réseaux tels que Label’Emotion, Alliance Perfect Wedding, Les Vœux d’Isis ou Mirabilis se spécialisent dans ce type d’événements et proposent un accompagnement sur mesure dans l’organisation de réceptions allant des anniversaires aux mariages en passant par les fiançailles ou les bar-mitzvahs. Parmi ces réseaux, Laura Z Organisation, créé par Laurence Zablocki en 2006 à Paris (75).

La naissance du concept


Organiser des mariages et des événements de luxe dans des châteaux, des hôtels prestigieux, ou sur des bateaux n’était pas la vocation première de la chef d’entreprise. Cette diplômée d’école supérieure de commerce et titulaire d’un master de marketing américain, a exercé 10 ans le métier de directrice clientèle dans l’une des plus grandes agences de relations publiques françaises avant de prendre la direction de la communication au sein de trois grandes entreprises. 
C’est par l’intermédiaire d’un membre de sa famille, wedding planner aux Etats-Unis, que Laurence Zablocki découvre la profession : « Le concept m’a tout de suite intéressée. J’ en avais assez de travailler dans des grandes sociétés et c ’était un marché vierge il y a 8 ans, alors je me suis lancée. »

Lorsque Laurence ouvre son entreprise de wedding planning, l’ancienne directrice clientèle adopte un positionnement premium et choisit de se spécialiser dans le haut de gamme. Le succès est au rendez-vous. En 2011, elle décide de créer une école de wedding planner et dispense des formations d’organisateur de mariage durant les saisons creuses. « Même si c’est un secteur très concurrentiel, je trouvais que le métier n’était pas assez professionnalisé, alors j’ai décidé d’organiser des séminaires de formation de 8 jours deux à trois fois par an avec moins de 10 élèves pour un résultat optimal.»

Si ces derniers apprécient tout de suite la qualité des formations, ils sont nombreux à rencontrer des difficultés au lancement : « Se lancer prend du temps, 2 ou 3 ans en moyenne, explique la wedding planner, alors mes élèves m’ont fait part de leur volonté de porter le nom de mon enseigne et de bénéficier de sa notoriété afin de faciliter leur démarrage et garantir leur succès. » Pour eux, la formule de la franchise est le moyen le plus rapide et le plus sûr de développer leur activité en bénéficiant d’une méthodologie, d’un carnet d’adresses et d’une légitimité. Alors, en janvier 2014, Laurence lance son concept en franchise.

Avec plus de 350 réceptions à son actif (mariages, fiançailles, anniversaires, réceptions de prestige) en France et à l’étranger dans l’univers du luxe pour des événements allant de 50 à 5 000 personnes, Laurence Zablocki amorce ainsi  une nouvelle phase de son développement et table sur 8 à 10 ouvertures par an. Laura Z Organisation sélectionne  actuellement ses premiers franchisés. Mais en quoi consiste réellement le métier de wedding planner ?


Crédits photo : Droits Réservés

Le métier de wedding planner

Le wedding planner est souvent présenté comme le chef d’orchestre d’un mariage. C’est lui qui a la responsabilité du mariage, des préparatifs jusqu’à l’après-cérémonie. Selon qu’il s’agisse d’un accompagnement total ou partiel, l’organisateur de mariage s’occupe de la logistique, gère l’aspect administratif et technique, et est en charge des moindres détails : faire-part, costumes, gestion des invités, des imprévus etc. A la fin de la cérémonie, c’est encore lui qui s’occupe de la désinstallation.

Le wedding planner est un coach personnalisé, un consultant en mariage qui conseille et donne des idées. « Notre travail intervient en amont 6 mois avant la cérémonie. Les futurs mariés nous confient un budget et nous leur présentons un projet prévisionnel en veillant à ce qu’il soit respecté », explique Laurence. « Le wedding planner a pour mission de dénicher les plus beaux lieux possibles pour ses clients et d’accorder désirs et budgets.» Il ne réalise lui-même aucune prestation, si ce n’est parfois la décoration, qui, selon Laurence Zablocki, fait cependant appel à de véritables compétences professionnelles. Son rôle est donc essentiellement de sélectionner avec soin les différents prestataires (traiteurs, pâtissiers, photographes, décorateurs, maquilleurs, fleuristes) intervenant dans l’événement et d’organiser les rencontres avec les clients.

Il est également chargé de gérer les contrats et les devis. Afin d’éviter toute mauvaise surprise le jour J, il organise des réunions techniques sur le lieu de la cérémonie. Tout doit être soigneusement millimétré car « chaque détail compte », explique la fondatrice de Laura Z Organisation. « Il faut par exemple veiller à ce que l’emplacement choisi bénéficie d’une capacité électrique suffisante », ajoute-t-elle.

Laurence Zablocki l’admet, elle fait parfois face à des demandes impossibles à réaliser telles que d’arriver en hélicoptère à l’église dans une zone inadaptée à ce type d’opérations ou lancer des feux d’artifice en plein cœur de Paris (75). Au wedding planner d’apprécier la faisabilité des projets que lui sont soumis.

Côté rémunération, si la fourchette des montants d’honoraires peut varier de 2 000 € à plus de 10 000 € pour une prestation d’organisation complète, les wedding planners s’octroient en moyenne une rémunération mensuelle nette comprise entre 2000 € et 5 000 €.


Le profil requis

 Capacité d’écoute, empathie et sens aigu du service sont les maitres mots pour exercer cette profession. L’organisateur de mariage est au plus près des désirs des futurs mariés. Il doit donc être à même de comprendre exactement ce que ces derniers attendent de lui.

Ce métier s’adresse à des chefs d’entreprise ou auto entrepreneurs désireux de diversifier leur activité, aux jeunes diplômés souhaitant créer une entreprise, ou aux demandeurs d’emploi en quête de projet de création. « Comme dans tous les secteurs, il est difficile de faire de cette activité son premier job », nuance toutefois Laurence Zablocki. « Pour ma part, j’exige de ceux qui veulent rejoindre le réseau d’être diplômés d’une école de commerce et de communication». La fibre commerciale donc, mais pas seulement. La disponibilité est également un élément phare selon la chef d’entreprise : « tout le monde n’est pas fait pour cette profession. C’est un métier de service qui requiert un certain état d’esprit et beaucoup de sacrifices. On travaille les week-ends par exemple. Il est crucial pour les futurs candidats de mesurer l’investissement que cela demande. »

Rejoindre le réseau

Droit d’entrée : 11 500 € par région
Formation et pack communication : 3 800 €
Apport minimum : 5 000 €
Redevance sur chiffre d’affaires : 5 % à partir de la 2ème année avec un minimum de 350 € par mois (offerte la 1ère année)
Redevances publicitaires : 3 800 € la 1ère année, 2 800 € les années suivantes
Contrat : 5 ans renouvelables
Exclusivité géographique
Local : facultatif, possibilité de travailler à domicile