Perspectives

Services aux entreprises : les réseaux continuent à se développer

2013-08-29T04:51:00+02:0029.08.2013, 


imprimer

Les enseignes de services aux entreprises ont plutôt bien résisté à la crise au cours des dernières années. Elles sont prêtes aujourd’hui à investir pour étendre leurs réseaux et prévoient de recruter des franchisés au cours des prochains mois.

Services aux entreprises
Crédits photo : Shutterstock.com

Et si la dégradation de la conjoncture économique était le meilleur moment pour le développement des enseignes de services aux entreprises ? Lorsque certains sont contraints de couper dans les budgets ou de licencier du personnel, d’autres parviennent encore à se développer, à embaucher, à donner leur chance à des entrepreneurs avides de se lancer et de « garder la maîtrise de leur destin », selon le mot d’Alexandre Pham, dirigeant de Lynx RH et Aquila RH. Dans cette enseigne spécialisée dans la gestion des ressources humaines et l’intérim, une 14ème ouverture en franchise est attendue dans le courant de l’été et quatre autres sont programmées pour la rentrée de septembre. « Dans une période de crise, il y a une prime à la réactivité et à la pugnacité commerciale », note le franchiseur. Lancé en 2010, après un an d’expérimentation du pilote mis au point en 2009, le réseau connait plutôt une accélération de son développement avec une quinzaine d’ouvertures par an.

Entreprendre contre le chômage

Dans le même secteur d’activité, le groupe Temporis connait un rythme analogue pour implanter de nouvelles agences. « Notre développement montre qu’il y a un vrai besoin », estime la présidente du réseau Laurence Pottier Caudron. C’est aussi la conviction d’Evelyne Platnic Cohen : « Nous devons progresser en ce moment pour compenser l’effet de la crise dans les entreprises ». A la tête de Booster Academy, spécialiste de la formation en efficacité commerciale, elle commence cette année son développement en franchise. « Nous avons une agence à Biarritz et nous prévoyons 3 ou 4 ouvertures d’ici la fin de l’année. Dans les trois ans, nous visons l’intégration de 150 franchisés », annonce-t-elle. Là encore, l’entrée dans le réseau apparait comme une porte de sortie du chômage après un plan social par exemple. « Nous cherchons notamment des responsables commerciaux qui ont fait les frais de plans de sauvegarde de l’emploi. La demande est très forte avec la multiplication des fermetures d’entreprises », estime Evelyne Platnic Cohen.


Concurrence et qualité

Chez A4 Traduction, on table sur un autre facteur pour accompagner la croissance du réseau. « Il va y avoir de plus en plus de besoins de traducteurs et d’interprètes avec la mondialisation, l’internationalisation de l’économie. Les chefs d’entreprise ont conscience qu’il est important de parler la même langue que leur interlocuteur lors d’un échange commercial », pointe Hugues Mantoux, le directeur de l’enseigne. Loin de mener une course à la taille, ce réseau lancé en 2002 compte aujourd’hui 4 franchisés. Dans un marché qui a subi la crise, en passant d’une croissance de près de 10 % par an jusqu’en 2008, à une stagnation depuis cette date, le franchiseur préfère avancer lentement mais sûrement. « Il n’y a pas de barrière à l’entrée dans notre secteur, tout le monde peut se dire traducteur. Mais certains font l’erreur de proposer des prestations "low-cost" et ne restent pas longtemps », constate Hugues Mantoux. En temps de crise, les clients des enseignes de services aux entreprises recherchent de la qualité dans les prestations qu’ils achètent. Pour garantir des investissements à bon escient.