Services à la personne

Terramie, un nouveau concept de soin alternatif par la nature

2014-10-31T06:00:00+02:0031.10.2014, 


imprimer

Fondée en 2011, l’enseigne Terramie s’est tournée vers la création de jardins thérapeutiques à destination des personnes placées en institut. En prenant appui sur le secteur des services à la personne, Terramie s’est lancée en franchise en 2014 afin de développer une activité qui ne connaît pas la crise tant la demande est forte. Portrait d’un réseau qui cultive sa singularité.

Terramie, un concept de jardin thérapeutique
Crédits photo : Droits réservés

L’histoire commence en 2011 en Lorraine. Trois paysagistes, Guillaume Berthier et les frères Jean-Yves et Philippe Pauchard réalisent de nombreux travaux au sein des jardins de divers établissements de soin. Face à la réussite de ces jardins thérapeutiques, plusieurs instituts de santé comme les EHPAD* manifestent leur intérêt. C’est alors que le trio, rejoint par Nathalie Joulié-Morand, commande une étude de marché afin d’évaluer les chances de réussite de leur projet : créer une enseigne spécialisée dans la création de jardins thérapeutiques. Le résultat est sans appel : aucune structure pareille à celle-ci n’existe à l’échelle nationale. Il n’en fallait pas plus pour que l’équipe se lance dans la création de leur entreprise.

Le soin et l’humain en cœur du métier

Le jardin à visée thérapeutique apporte une réponse aux réflexions actuelles des pouvoirs publics quant au développement du non médicamenteux, particulièrement au sein des établissements accueillant des personnes âgées. « Certains médecins, psychologues et soignants le recommandent en tant qu’outil employé pour "l’afférentation" chez les résidents, la stimulation des sens et l’activation de la réminiscence », explique Nathalie Joulié-Morand, développeuse du réseau. Avec de nombreuses vertus telles que la socialisation, la réduction de prise de psychotropes ou une action bénéfique sur le sommeil, la fonction première du jardin thérapeutique vise surtout la préservation du capital humain des personnes âgées. « Notre concept consiste à créer un jardin sur mesure adapté à un établissement, aux pathologies des résidents et à la localité. Nous considérons que le jardin est un outil pour l’équipe soignante. C’est la raison pour laquelle nous formons celle-ci à son usage », poursuit-elle. Ainsi, le concept de Terramie allie paysagisme et formation des personnels soignants en leur transmettant un savoir-faire lié au jardinage. Mais il s’adresse également à un plus large public. Outre les quelques 540 000 EHPAD, les centres pour autistes ou pour personnes en situation de handicap peuvent bénéficier de l’implantation d’un jardin thérapeutique.

Plus loin encore, le principe de l’enseigne permet la création d’un lien intergénérationnel. « A la maison de retraite Saint-Charles (54), personnes âgées et collégiens partagent leurs astuces pour la culture du potager », raconte la responsable du développement. Terramie tire son originalité de la conjugaison entre solidarité et bien-être.

Jeune réseau en développement…

La réussite du site pilote basé près de Nancy (44) a conditionné le lancement en franchise de la société en début d’année. Philippe Pauchard, qui le dirige, a réalisé six jardins en un an et demi sans aucune prospection, tout en gérant son entreprise de paysagisme en parallèle. Cinq jardins sont d’ores et déjà en attente, preuve de la fécondité du secteur. A terme, une vingtaine de franchisés viendront quadriller le territoire français afin de palier la demande exponentielle. Ce nombre s’explique par la volonté de Terramie de ne pas créer de chevauchement entre les zones de chalandise. « Les perspectives de développement sont énormes, selon moi, avance la co-fondatrice de Terramie. Le secteur ne va cesser de grandir car la demande est impressionnante, d’autant plus qu’elle vient à la fois des soignants et des familles des patients. » Dans cette optique, le réseau devrait lancer une campagne de communication afin de susciter des vocations. L’objectif : ouvrir 4 ou 5 franchises par an.


…cherche franchisés passionnés

Attention, les critères de sélection sont, à l’image de l’enseigne, singuliers. « Nous ne sommes pas là pour faire de l’argent à tout prix, rappelle Nathalie Joulié-Morand. Notre recrutement vise directement les personnes en reconversion professionnelle qui souhaitent donner du sens à leur métier. De grandes qualités humaines sont requises pour intégrer notre réseau. » Cadres supérieurs, anciens artisans ou encore personnels soignants, sont identifiés comme des profils susceptibles d’intéresser la société. Il faudra toutefois posséder des capacités de chef d’entreprise, condition sine qua non à l’accession à la franchise Terramie, même si « le recrutement s’effectue non moins sur le CV que sur la personnalité des candidats ». Ainsi, 5 franchisés ont déjà rejoint l’enseigne cette année. L’arbre entrepreneurial Terramie est planté, ne reste plus qu’à étendre ses racines sur toute la France.

Intégrer la franchise Terramie

- Droit d’entrée : 28 000 euros
- Apport personnel : 10 000 euros
- Redevances : 3 % les deux premières années puis 5 %

* établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes