Conseils

Ouvrir sa franchise dans les services à la personne : les points à vérifier

2012-12-06T09:02:00+02:0006.12.2012, 


imprimer

Etre en adéquation avec le concept, valider le modèle économique et l’apport du franchiseur : trois points à maîtriser avant d’ouvrir une franchise dans les services à la personne.


Crédits photo : Shutterstock.com

Marché en plein boom depuis la loi Borloo de 2005, les services à la personne séduisent de plus en plus d’entrepreneurs. Cependant, le modèle économique des entreprises de services à la personne est tendu, du fait notamment des faibles salaires des intervenants et des conditions fiscales changeantes liées à l’emploi de personnel de maison. Trois points doivent être validés avant de s’engager avec un réseau de services à la personne :

1. La pertinence du concept

Toute entreprise commence par la foi que le chef d’entreprise met dans son concept. « Il faut croire au concept, s’imaginer dans la peau du franchisé », illustre Laurent Delafontaine, co-fondateur du cabinet de conseil Axe Réseaux. Pour ce faire, la meilleure solution reste d’aller à la rencontre des franchisés du réseau qui vous intéresse. 

2. Le modèle économique

« Ce qui ne coûte rien ne vaut rien », affirme Laurent Delafontaine. Avant de signer avec un réseau, mieux vaut vérifier que le modèle économique du franchiseur fonctionne, et que l’assistance du franchiseur est proportionnelle au montant des droits d’entrée et redevances versées. « Il faut absolument vérifier ce que l’on va payer tous les mois », témoigne Thierry Englebert, franchisé Maison et Services en Essonne. En effet, les sommes payées par le franchisé doivent être à la hauteur de la rentabilité de l’entreprise.


3. L’apport du franchiseur aux membres du réseau

A vérifier également, l’aide apportée par le franchiseur au franchisé pour la demande d’agrément, qui peut être obligatoire pour exercer certaines activités (voir encadré). De plus, « disposer d’un logiciel de gestion propre au réseau est un plus », souligne Laurent Delafontaine. En effet, les problématiques de gestion de personnel notamment sont particulièrement présentes dans ce secteur. Pour cette même raison, il est également intéressant pour un chef d’entreprise d’avoir accès à des fiches de postes bien définies, pour faciliter le recrutement des intervenants.

Il existe deux formes d’agrément :

La déclaration (anciennement agrément simple) concerne notamment les entreprises souhaitant proposer les services à la personne suivants :

  • Entretien de la maison et travaux ménagers
  • Petit jardinage, petit bricolage
  • Soutien scolaire et cours à domicile
  • Préparation et livraison de repas à domicile
  • Assistance informatique et internet à domicile

L’agrément est quant à lui obligatoire pour les entreprises qui s’adressent aux publics fragiles. Plus précisément, les services suivants sont soumis à l’agrément :

  • Garde d’enfants de moins de 3 ans à domicile
  • Assistance aux personnes âgées à leur domicile, sauf actes médicaux
  • Maintien à domicile, garde de malades
  • Assistance aux personnes handicapées
  • Conduite du véhicule personnel des personnes dépendantes 
  • Aide à la mobilité et transport de personnes ayant des difficultés de déplacement

Pour plus de précisions, visitez le site www.servicesalapersonne.gouv.fr

Propos recueillis lors du Salon des services à la personne, qui s'est tenu à Paris du 29 novembre au 1er décembre 2012.

Camille Prigent