Snacking

Restauration rapide : quelles seront les tendances de demain ?

2017-10-25T06:00:00+02:0025.10.2017, 


imprimer

Manger sur le pouce devient de plus en plus courant en France comme ailleurs. A tel point que le marché du snacking atteint des sommets et devrait continuer de croître ces prochaines années. Mais tous les concepts ne sont pas logés à la même enseigne.

Tendances snacking
Crédits photo : shutterstock.com

Même au pays de la gastronomie, les habitudes de consommation sont en train de changer. Avec des journées de travail qui s’allongent, il est devenu plus pratique de déjeuner sur le pouce à son bureau ou en faisant ses courses. À tel point que le marché français du snacking bat des records et est aujourd’hui estimé à plus de 6,7 milliards d’euros, uniquement pour les grandes surfaces alimentaires ! Un chiffre qui devrait continuer de grimper, jusqu’à 7,5 milliards d’euros d’ici trois ans selon les estimations des experts de Xerfi Precepta*. Les professionnels de la restauration hors domicile tirent eux aussi profit de cette manne, mais pour rester dans la course, ils doivent mettre toutes les chances de leur côté. Voici les cinq tendances qui devraient s’affirmer sur le marché ces prochaines années.


Livraison

L’arrivée de nouveaux acteurs de la Foodtech a profondément bouleversé la restauration hors domicile, en particulier dans les grandes villes. Deliveroo, Foodora, Allo Resto ou encore UberEats proposent de commander en quelques clics, parmi une grande offre de restaurants, des plats qui vous seront ensuite livrés en peu de temps. Au bureau ou à votre domicile, plus besoin de vous déplacer pour déguster votre repas. Un gain de temps important pour tous ceux qui souhaitent déjeuner rapidement et qui a de quoi ravir les start-up présentes sur ce marché, qui a déjà dépassé 1,7 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2016 (source NPD). Côté restaurateurs, proposer une offre de livraison commence à devenir un atout compétitif de taille.


Digital

Pendant logique de la livraison à domicile, le digital devrait également continuer de gagner du terrain dans la restauration rapide. Non seulement il permet de développer la livraison grâce à des services simples de commande en ligne, mais il peut aussi améliorer l’expérience client sur place. Réservation de table, accès à des promotions, carte de fidélité sur smartphone, paiement par mobile… Les possibilités sont nombreuses et le digital pourrait bien être l’axe différenciant dans la restauration rapide.


Sain et éthique

Vegan, sans gluten, bio… La restauration rapide monte en gamme et se tourne de plus en plus vers le bien-être et la naturalité. Même si la « junk food » continue de séduire, les concepts de « fast casual » ou « manger vite et bien » essaiment partout en France. À tel point que même les gros acteurs de la malbouffe se penchent sur la question. McDonald’s a par exemple lancé des bars à salades en Asie et un burger végétarien, le « Grand Veggie », en France.


Low-cost

Manger vite et bien, d’accord, mais à condition que cela reste peu cher. Selon une étude du NPD Group menée en 2016, près de 9 consommateurs sur 10 auraient envie de fréquenter un point de vente qui propose des repas sur le pouce à moins de 5 euros. D’ailleurs, plusieurs concepts présentant des offres attractives côté prix essaiment un peu partout en France. En 2015, Oup’s Café a fait une entrée fracassante dans le paysage de la restauration commerciale en cassant les codes. Son offre : tous les produits – boissons, entrées, plats chauds, desserts – à 1 euro. Dans une logique similaire, l’espagnol Nostrum, arrivé en France en 2015 également, propose des plats entre 1 et 3 euros à consommer sur place ou à emporter.


Gares, aéroports et autoroutes

Des enseignes de restauration traditionnelle comme Courtepaille et de type boulangerie comme La Croissanterie et Brioche Dorée ont très tôt compris l’intérêt de s’implanter dans des zones de fort passage et sont aujourd’hui solidement représentées dans un grand nombre d’entre elles. Des réseaux de restauration rapide s’y mettent eux aussi. Les géants comme McDonald’s et Burger King comptent déjà plusieurs unités dans les gares, aéroports et autoroutes, désormais rejoints par de plus petits acteurs. Récemment, les enseignes Memphis Coffee et Bagel Corner ont ainsi signé des partenariats en vue d’ouvrir sur des aires d’autoroutes.

*Etude Xerfi-Precepta, « Le marché du snacking à l’horizon 2020 – Perspectives de croissance, évolutions du jeu concurrentiel et grands défis à moyen terme », juillet 2017.

Jennifer Matas