Restauration rapide

Le roi des sandwiches n’est plus le jambon-beurre

2018-03-23T09:41:00+02:0023.03.2018, 


imprimer

Pour la première fois en France, plus de burgers ont été vendus en 2017 que de jambon-beurre. Leurs ventes ont explosé de 9 % sur un an, dépassant les 1,4 milliard d’unités consommées.

Burger, sandwich préféré des Français
Crédits photo : Lukas Gojda / shutterstock.com
Le burger, nouveau sandwich préféré des Français

Alors qu’il était encore la star incontournable des déjeuners sur le pouce en 2016, le jambon-beurre vient d’être détrôné par le burger en nombre de ventes l'an dernier, comme le révèle l’indice jambon-beurre publié chaque année à l’occasion du salon « sandwich and snack show » qui se tiendra cette année les 4 et 5 avril au parc des Expositions de la Porte de Versailles (Paris). Une première en France.


9 % de croissance pour le burger

Plébiscité depuis toujours, le jambon-beurre a pour la première fois été détrôné par un autre sandwich qui a particulièrement la côté ces dernières années : le burger. Voilà trois ans que les deux caracolent en tête des ventes dans la restauration rapide, le jambon-beurre parvenant à maintenir sa courte avance jusqu’à l’année dernière. En 2017, 1,4 milliard de burgers ont été consommés en France, soit 9 % de plus qu’en 2016, tandis que le jambon-beurre s’est vendu à 1,2 milliard d’unités, en croissance de 1,33 % sur la période. Voilà plusieurs années que le jambon-beurre perd des parts de marché (-11 % en cinq ans, note l’indice). Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il n’a pas su se réinventer et monter en gamme face à une concurrence de plus en plus féroce sur le marché du snacking. « Le jambon-beurre reste un produit d’appel entrée de gamme. Sur le long terme, le fait que son prix augmente sans que la qualité ne suive peut rebuter les consommateurs », explique Bernard Boutboul, président de Gira Conseil.

Désormais, 85 % des restaurants ont au moins un burger à leur carte. De quoi rassurer tous les réseaux de franchise qui se sont lancés ces dernières années spécifiquement sur ce segment, comme Big Fernand, King Marcel, 231 East Street, BioBurger ou encore L’Artisan du burger et Roadside.


Les sandwiches ont toujours la côte

Par manque de temps mais aussi parce qu’ils restent très appréciés par les Français, les sandwiches s’imposent encore comme un segment de poids dans la restauration rapide avec des ventes en hausse de 1,7 % en 2017. Sur la période, 2,39 milliards de sandwiches ont été consommés, ce qui reviendrait à dire que chaque Français en a mangés trois par mois tout au long de l’année.

Au total, le marché du snacking pèse 51 milliards d’euros et a enregistré une hausse de 5,9 % de son chiffre d’affaires en 2017.

Jennifer Matas