Guide de l’entrepreneur

Comment devient-on franchisé Burger King ?

2018-02-26T06:00:00+02:0026.02.2018, 


imprimer

Depuis son retour triomphal en 2012, le roi du Whopper multiplie les ouvertures en France. Plusieurs milliers de candidats à la franchise tentent leur chance chaque année, mais seuls quelques entrepreneurs décrochent le précieux sésame. Jérôme Tafani, président de Burger King France, livre quelques conseils pour y parvenir.

Ouvrir un Burger King
Crédits photo : Droits réservés

L’enseigne montante de la restauration rapide a ouvert son 200e restaurant français fin 2017. Depuis son grand retour en 2012 et l’acquisition de la master-franchise par le Groupe Bertrand, le rythme s’accélère pour le roi du Whopper. Et avec le rachat de Quick, il faut aller encore plus vite pour transformer la grande majorité des restaurants actuels en Burger King. Résultat, la tête de réseau recherche chaque année entre 15 et 20 nouveaux franchisés. Pas question en revanche de procéder à la va-vite dans le recrutement de ses nouveaux membres : devenir franchisé Burger King, cela se mérite.


Contacter la franchise Burger King

Entrer en contact avec un tel mastodonte peut refroidir plus d’un porteur de projet. Burger King se fait rare sur les salons professionnels dédiés au recrutement de franchisés – une participation à Franchise Expo en 2014 pour annoncer officiellement son grand retour mais plus rien depuis – et la page franchise de son site internet ne donne pas beaucoup plus de renseignements. Une seule adresse mail – franchises@burgerking.fr – est communiquée. Mais est-ce le meilleur moyen pour faire savoir à Burger King que l’on souhaite devenir franchisé ? « Oui », répond Jérôme Tafani, président de Burger King France. « Les candidats peuvent bien évidemment s’ils le souhaitent envoyer leur candidature au siège de l’enseigne, mais l’entrée la plus logique et la plus simple reste internet. » Les porteurs de projet qui remplissent les critères de sélection seront contactés dans un deuxième temps par les équipes de développement. En 2017, ils ont été 1 400 à passer cette première étape avec succès, mais seule une quinzaine a intégré le réseau en tant que franchisé.


Les profils recherchés

Pour s’y retrouver dans la masse des candidats, Burger King a établi plusieurs critères qui, s’ils ne sont pas respectés, recalent dès la première étape. « Il s’agit de critères assez clairs », assure Jérôme Tafani. « Tout d’abord, nous recherchons des opérateurs investisseurs et non de simples investisseurs. Le porteur de projet doit vouloir s’impliquer dans son point de vente et être prêt à en faire son activité professionnelle principale », détaille le dirigeant. Ouvrir un restaurant Burger King coûte en moyenne entre 700 000 et 850 000 euros (hors pas-de-porte) auxquels il faut rajouter les coûts de préouverture d'environ 200 000 euros, le candidat doit donc également disposer d’un apport personnel minimal correspondant au quart de l’investissement total, soit entre 225 000 et 265 000 euros. « Et puis, nous voulons des personnes ayant une expérience réussie de gestion de centre de profit à forte intensité de main d’œuvre. Il peut s’agir d’un commerce, d’un hypermarché, d’un centre d’appel, etc. L’important, c’est que le candidat ait déjà été confronté à devoir gérer un important effectif de personnes non diplômées. »


Jérôme Tafani, Burger King
Crédits photo : Droits réservés
Jérôme Tafani, président de Burger King France et Quick.


Devenir franchisé Burger King

Si tous ces critères sont respectés, le candidat est rappelé par l’enseigne qui lui fixe un rendez-vous – soit physique soit par vidéo – avec l’un des quatre directeurs de région qui gèrent la France. « Ce premier entretien a pour but de savoir si nous comme le candidat sommes prêts à aller plus loin dans l’aventure. Si oui, nous le convions à une immersion de trois jours au sein d’un restaurant franchisé afin qu’il découvre très tôt le quotidien qui l’attend s’il intègre la franchise. » L’occasion pour lui de discuter avec le franchisé en exercice, de s’essayer aux différentes tâches du restaurant et de décider s’il souhaite ou non poursuivre. L’équipe du restaurant pourra, elle aussi, émettre son avis quant au profil du candidat reçu. « C’est très important de se rendre compte très tôt si cela va fonctionner car les franchisés qui nous rejoignent passent généralement tout le reste de leur vie professionnelle à nos côtés et le contrat de franchise qu’ils signent s’étale sur une durée de 18 ans renouvelables », précise Jérôme Tafani.

Etape suivante : la rencontre avec les ressources humaines puis avec le président de l'enseigne en personne. « Je rencontre systématiquement chaque candidat qui atteint cette étape du processus de recrutement », déclare le dirigeant. Un entretien au cours duquel le porteur de projet est invité à présenter son parcours tout en expliquant pourquoi il ferait un excellent franchisé Burger King. « J’attends à ce moment-là qu’il mette en avant son expérience tout en (me) montrant qu’il a compris ce que nous attendons d’un directeur de restaurant franchisé », souligne Jérôme Tafani.

Si sa candidature est validée, il doit encore suivre une formation initiale de neuf semaines et décrocher la certification Burger King pour devenir franchisé. « Il s’agit d’un véritable examen final au cours duquel le candidat doit répondre à plusieurs questions et mises en situation. Par exemple, nous demandons à un équipier de préparer sous ses yeux un Whopper et nous jugeons le candidat sur sa manière de piloter son collaborateur, lui dire ce qu’il fait bien et ce qu’il fait moins bien, etc. Il n’y a aucune question piège : si la formation initiale a bien été suivie, le candidat obtient logiquement sa certification. D’ailleurs en deux ans, un seul a échoué. » Pour les lauréats, s’ensuivent à nouveau de deux à quatre mois de formation dans différents restaurants franchisés avant l’ouverture de leur propre établissement.

Jennifer Matas