Découverte

C. et J.-F. Eon (Dubble) : « Nous répondons à un besoin de manger vite et bien »

2009-10-23T09:43:00+02:0023.10.2009, 


imprimer

Des produits frais, dans des boutiques aux couleurs branchées, Dubble est un concept de restauration rapide 100 % marseillais qui se positionne sur le beau et la qualité.

Interview de Corinne et Jean-François EON, fondateurs de Dubble


Marseille
Crédits photo : Dubble
Chez Dubble, le design participe au concept de restauration rapide

Définition de votre concepT

Nous sommes issus de la restauration collective et de la communication. Nous avons travaillé deux ans à l’élaboration de la marque, nourris de notre expérience, de nos voyages et d’une veille constante des nouvelles tendances de la restauration, en France comme à l’étranger.

A Marseille (13), nous sommes des précurseurs. En 2006, nous avons voulu offrir aux Marseillais des produits frais, soupes, salades, jus de fruits et des desserts maison pour le déjeuner. Dubble est un concept de restauration rapide autour de la qualité et de la fraîcheur des produits dans une atmosphère agréable. Les points de vente ont un design haut de gamme à base de vert anis et de rose framboise. Un univers nouveau pour se restaurer dans la ville. Le prix moyen d’un menu est de 8 €.

Les responsables de magasins font leur commande de fruits et légumes, de produits frais (fromage blanc, jambon, fromages, etc) et d'épicerie, chaque après midi et sont livrés le lendemain matin. Nous avons privilégié les fournisseurs faisant partie d'un réseau national. Nous pourrons ainsi négocier des prix pour que nos franchisés puissent, s'ils le souhaitent, profiter de l'effet de synergie et des mêmes conditions. Aujourd’hui d’autres enseignes existent sur ce créneau. Nous avons 5 restaurants de différentes tailles dans le centre ville de Marseille. Et nous lançons cette année notre marque en franchise.


Quelle est la raison de votre succès sur Marseille ?

Nous avons apporté un concept nouveau qui a séduit notamment les populations de travailleurs urbains qui ont besoin de manger vite et bien sur place. Nous sommes implantés dans les quartiers de l’hyper centre : le quartier d’affaires de la Joliette, près de la gare Saint Charles, rue de la République et de rue Sainte à proximité du Vieux Port. Une autre boutique, plus loin près de la plage de Prado. Notre concept correspond aux modes de consommation d’aujourd’hui.


Pourquoi la franchise comme mode de développement ?

Nous avons d’abord attendu que la marque soit déjà connue et bien implantée sur Marseille et que le concept soit validé. Nous avons travaillé pendant un an à l’élaboration du dossier avec notre beau-frère, consultant indépendant. Il a rédigé le DIP mais surtout le manuel opérationnel, 450 pages très précises, très strictes sur le concept, la décoration, le marketing. Nous avons essayé de balayer tous les aspects de la franchise pour mieux les encadrer.

Nous avons choisi de franchiser notre enseigne pour connaître un développement plus rapide. Nous pensons en effet que le produit constitue une offre originale dans l’univers de la franchise permettant à des personnes disposant de moyens modestes d’accéder au commerce indépendant dans un cadre agréable et de façon structurée.


Comment construisez-vous votre développement ?

Le premier franchisé Dubble s’implantera à la fin de l’année, soit dans Marseille où il reste quelques quartiers à couvrir, soit dans une ville proche. En 2010, on prévoit l’ouverture de 5 restaurants. Nous souhaitons nous développer dans un premier temps sur la région, pour pouvoir plus facilement régler toutes les questions qui ne vont pas manquer de se poser. Nous avons ouvert en 2008 un restaurant près de la gare Saint Charles. Plus grand que les autres points de vente et équipé d’une grande cuisine, il servira de centre de formation pour nos futurs franchisés.

Après ce sera l’axe Paris-Lyon-Marseille, pour des raisons de facilités de communication, puis la France entière et pourquoi pas l’international. Le rythme d’ouverture est de 14 en 2011 et 12 de plus tous les ans à partir de 2012. On espère un effet boule de neige.