Enquête

L’aquabiking fait le grand plongeon dans la franchise

2013-05-15T07:03:00+02:0015.05.2013, 


imprimer

Nouvelle tendance beauté, l’aquabiking fait des émules. Déjà populaire dans les piscines, ce sont aujourd’hui les cabines individuelles qui se multiplient, surtout dans les grandes villes. Décryptage.

Laure Manaudou fait de l'aquabiking
Crédits photo : Droits réservés
Laure Manaudou, égérie du réseau Envido, en plein séance d'aquabiking.

Dernière tendance des services de bien-être, l’aquabiking est à la mode. Et les réseaux se sont emparés du phénomène : Waterbike, Vita Bike, Beauty Bike, et dernièrement Envido ou Body Forme, l’ensemble de ces acteurs revendiquent une exploitation garantissant de faibles charges et une bonne rentabilité.

Waterbike, le précurseur

Faire du vélo dans l’eau est une activité qui existe pourtant depuis des années. Populaire dans les piscines, l’activité se décline aujourd’hui en cabine individuelle. Une offre plus haut-de-gamme, destinée à une clientèle aisée et urbaine. Précurseur sur le marché, Waterbike a commencé à se développer en 2010, et est aujourd’hui le plus gros réseau français avec une cinquantaine de centres. Le réseau a posé les bases du concept : un vélo, des buses hydro-massantes pour mettre en avant les vertus drainantes de l’aquabiking, la chromothérapie, connue pour ses vertus apaisantes, et l’ozone, censé aider à éliminer les toxines présentes sur la peau.


Envido, Body Forme…les jeunes réseaux montants

Ces trois dernières années, l’offre s'est accrue et de nouveaux acteurs ont pénétré le marché. Envido et Body Forme, deux étoiles montantes, marchent dans les pas de Waterbike en développant leur propre réseau de franchise. Ils misent sur un service impeccable, grâce à une recette commune à la plupart des réseaux présents sur le marché, y compris Waterbike : de grands espaces d'accueil, les très populaires séances d’aquabiking en duo ou en trio, grâce à des cloisons coulissantes, mais également la possibilité pour les clients de regarder la télévision ou d'écouter de la musique pendant leur séance. Les aquabikers sont même suivis tout au long de leur parcours sportif, afin d’améliorer leurs performances ! Véritable pierre angulaire du concept, l’hygiène est aussi au centre de toutes les attentions. Envido et Waterbike, par exemple, vident intégralement l’eau de la cabine à la fin de chaque séance. Le réseau Body Forme a quant à lui misé sur un service écolo, grâce à l’installation d’une piscine dans chaque centre qui filtre continuellement l’eau. « Ce système représente une économie d’environ 20 000 euros par an », explique Dominique Olivier, fondateur de Body Forme. Un vrai plus pour l’image de la marque. Image qu’Envido ne néglige cependant pas : le réseau joue sur l’atout charme, avec Laure Manaudou comme égérie. 

Buses hydro-massantes
Crédits photo : Droits réservés
L'intérieur d'une cabine d'aquabiking Envido, avec ses buses hydro-massantes et la chromothérapie.

Un avenir prometteur

Branché ou écolo, l’aquabiking semble en tout cas avoir un avenir prometteur. « Nous pensons que la France peut accueillir 500 à 600 centres d’aquabiking à terme », estime Pauline Rouri, responsable du marketing et de la communication d’Envido. Une activité qui est en plus approuvée par le corps médical. « Rien à voir avec les bars à sourire, qui ont été très critiqués », rappelle Dominique Olivier. Les centres d’aquabiking reçoivent principalement des femmes souhaitant affiner leur silhouette, mais également des personnes âgées qui s’entretiennent grâce à un sport plutôt doux pour les articulations. Et pour être rentables, les réseaux ouvrent des centres de 5 à 6 cabines : « Il y a très peu de stock à gérer, et la masse salariale est très faible, de 2,5 équivalents temps plein environ, sachant que nos centres sont ouverts 7 jours sur 7 », explique Pauline Rouri. Envido, dont le premier centre a ouvert en octobre 2012, espère passer la barre des 20 centres d’ici la fin de l’année. Body Forme, le petit dernier dont le pilote a ouvert en avril, espère compter 4 ou 5 centres fin 2013. A bon entendeur…

Ouvrir un centre d’aquabiking, combien ça coûte ?

La plupart des réseaux d’aquabiking en cabine individuelle ne se développent pas en franchise « pure ». Waterbike et Body Forme proposent des contrats de licence de marque, et Envido de concession. Les droits d’entrée sont généralement inférieurs à 10 000 euros (9 000 euros pour Envido, 7 650 euros pour Body Forme et 8 000 euros pour Waterbike). L’apport personnel du candidat doit être compris entre 60 000 et 80 000 euros, pour un investissement global qui se situe entre 180 000 et 240 000 euros, selon la taille du centre.

Camille Prigent