Nouveau concept

Fitness-musculation : My Big Bang se lance en franchise

2018-07-16T06:00:00+02:0016.07.2018, 


imprimer

Diffusant une méthode d’électrostimulation directement importée d’Allemagne où elle cartonne dans plus d’un millier de centres, cette jeune enseigne a déjà ouvert deux studios à Paris et un troisième devrait suivre dans le courant du mois d’août.

My Big Bang en franchise
Crédits photo : Droits réservés

Faire une séance de sport complète équivalant à quatre heures d’effort en seulement vingt minutes, tel est le rêve d’un grand nombre et la promesse de My Big Bang. Ce réseau a ouvert ses premiers studios à Paris et prépare son lancement en franchise dans toute la France.


Une méthode importée d’Allemagne

My Big Bang entend parvenir à un renforcement musculaire global en un minimum de temps grâce à l’électrostimulation musculaire de tout le corps, aussi appelée « EMS intégrale » ou « Full body EMS ». L’utilisateur est relié à une machine via plusieurs électrodes placées sur différents groupes musculaires comme les abdominaux et les pectoraux. En envoyant des impulsions électriques, ces électrodes stimulent les muscles visés en montant en intensité. « Cette méthode a été créée en Allemagne en 2008 par Miha Bodytec et a littéralement bouleversé le marché du fitness et de la musculation aussi bien là-bas que dans d’autres pays européens », commente Stefan Schaaps. Cet ancien directeur général de l’enseigne de services à la personne Ménage à 3 a étudié ce phénomène outre-Rhin et a décidé de l’importer en France. Il a fondé l’enseigne My Big Bang en 2016 et a ouvert depuis deux studios à Paris, dans les 2e et le 15e arrondissements. Un troisième devrait suivre dans le courant du mois d’août 2018. « Ce concept répond parfaitement aux défis de la vie moderne : comment faire du sport alors que l’on manque de temps ? En seulement vingt minutes une fois par semaine, les clients My Big Bang peuvent entretenir leur corps », poursuit Stefan Schaaps.


Le concept My Big Bang

Bien qu’il ne détienne pas l’exclusivité française de cette machine Miha Bodytec, le dirigeant espère bien faire la différence grâce au concept qu’il a imaginé pour englober cette nouvelle méthode pour faire du sport. « Tout d’abord, les utilisateurs pratiquent dans l’intimité d’un studio et avec, toujours, l’accompagnement d’un coach, précise-t-il. Ils ne sont pas lâchés dans une salle de sport, nous les guidons tout le long de la séance. » Et Stefan Schaaps mise sur son avance sur ce jeune marché : « Il y a un vrai engouement en Allemagne, et ce n’est pas récent : cela dure depuis dix ans. J’anticipe un succès équivalent en France, et l’enseigne My Big Bang est l’une des premières à se positionner là-dessus. »


La franchise pour conquérir la France

Persuadé que cette méthode peut cartonner dans l’Hexagone comme elle l’a déjà fait en Allemagne, le fondateur de My Big Bang vient d’annoncer son lancement en franchise. « Dans les douze prochains mois, nous espérons signer une dizaine de contrats de franchise et d’ici sept ans, nous aimerions bâtir un réseau fort d’une centaine de studios », explique-t-il. Le fondateur mise sur un faible investissement de départ en comparaison avec l'ouverture d'une salle de sport et espère que plusieurs de ses franchisés ouvriront plusieurs points de vente.

La région parisienne, et plus particulièrement les départements des Hauts-de-Seine, du Val-de-Marne, de la Seine-et-Marne, des Yvelines et du Val-d’Oise sont visés mais également les grandes agglomérations comme Marseille, Lyon, Toulouse, Lille, Bordeaux, Montpellier, Nice, Nantes, Strasbourg, etc. Les villes de plus de 40 000 habitants sont aussi envisagées, comme Rennes, Reims, Toulon, Grenoble, Dijon, Angers, Orléans, Valence, Caen, Avignon, Metz, Nancy et autres.

Chiffres clés

- Contrat : franchise
- Durée : 5 ans
- Droit d’entrée : 14 500 euros + 1250 euros la semaine de formation
- Redevances : 180 euros par mois
- Royalties : 720 euros par mois
- Apport personnel recommandé : 30 000 euros
- Investissement global (hors pas-de-porte) : à partir de 80 000 euros

Jennifer Matas