Commerce alimentaire

L'inéluctable ascension du bio

2017-06-05T06:00:00+02:0005.06.2017, 


imprimer

L’année 2016 a de nouveau été synonyme de croissance pour le bio. La grande distribution comme les chaînes spécialisées misent plus que jamais sur ce marché porteur qui attire également les futurs franchisés. Tour d’horizon.

Le marché du bio en franchise
Crédits photo : Droits réservés
Magasin Biocoop à Paris.

Les Français consomment davantage de produits bio : chaque année, la tendance augmente avec, en 2016, un nouveau bond de 20 % dans les ventes de produits issus de l’agriculture biologique, passant de 5 à 6 milliards d’euros, selon les estimations de l’Agence bio. Au total, cela représente 3,5 % du marché alimentaire à domicile, soit sept fois plus qu’il y a quinze ans. Une aubaine que l’industrie et la grande distribution ne pouvait laisser passer, faisant du bio un marché à deux vitesses partagé entre les géants de l’alimentaire et les chaînes spécialisées.

Les spécialistes grimpent

Positionnés sur ce créneau depuis plusieurs années, certains réseaux tels qui Biocoop ayant plus de trente ans d’existence, les spécialistes et de la distribution alimentaire bio (La Vie Claire, Bio c Bon, L’Eau Vive, etc.) avaient tout pour prendre les devants dans la course aux parts de marché. Mais la bataille s’est révélée plus ardue et ce n’est que depuis récemment que les enseignes spécialisées commencent à gagner de nouveau du terrain face à la grande distribution – pour rappel, à lui seul Carrefour pèse 20 % du marché bio. En effet, d’après une étude Xerfi, les grandes et moyennes surfaces (GMS) sont leaders de ce marché avec 45 % de parts. De leur côté, les spécialistes devraient voir leur poids grandir pour atteindre les 38 % d’ici 2018 versus 37 % en 2016. Le reste du marché se divise entre la vente directe chez les producteurs (13 %) et les artisans commerçants (5 %).


La grande distribution en embuscade

Il n’en reste pas moins que les GMS n’entendent pas relâcher la pression ni abandonner leur leadership. Toutes consacrent une part croissante de leurs linéaires aux produits bio et la majorité lancent même leur propre concept entièrement dédié. Le groupe Casino a ainsi racheté le réseau Naturalia tandis que Carrefour a créé une nouvelle enseigne, Carrefour Bio et initie son déploiement à l’échelle nationale. Parallèlement, certains distributeurs rachètent des entreprises de transformation afin de contrôler toute la chaîne de production de produits bio et ainsi s’émanciper d’une partie de leurs fournisseurs.


Avec quel réseau se lancer en franchise dans le bio ?

Que ce soit dans la grande distribution ou les chaînes spécialisées, les possibilités de créer un commerce bio en franchise sont nombreuses. Les enseignes de la première famille privilégient généralement un positionnement prix attractif, d’importants volumes de ventes et des surfaces de magasins supérieures. Les investissements initiaux pour ouvrir un magasin de ce type peuvent donc être plus élevés. Côté spécialistes, c’est davantage le conseil client, le qualitatif et l’authenticité qui seront mises en avant dans le concept. Biocoop n’hésite pas, par ailleurs, à jouer la carte du militantisme, transformant le bio en arme politique. Le président de cette coopérative, Claude Gruffat, s’est même lancé dans la course aux législatives en s’engageant en tant que suppléant d’Antoinette Guhl, candidate Europe Ecologie-les Verts dans la quinzième circonscription de Paris.

Jennifer Matas