Tendance

Marché de la piscine : le climat se rafraîchit mais reste favorable

2018-06-11T06:00:00+02:0011.06.2018, 


imprimer

Après plusieurs années fastes, ce qui devait arriver est en train de se produire : la croissance du marché de la piscine faiblit. Les ventes ont fortement reculé fin 2017 par rapport à la même période de l’année précédente et 2018 s’annonce déjà comme moins prolifique pour les professionnels du secteur.

Marché de la piscine 2018
Crédits photo : Shutterstock.com

Au début de l’été 2017, tous les professionnels du secteur se réjouissaient : la saison qui venait de se terminer était, encore une fois, synonyme de forte croissance pour le marché de la piscine. En 2016, déjà, le secteur avait enregistré un chiffre d’affaires impressionnant, en hausse de 16 % par rapport à 2015, à 1,86 milliard d’euros. Un record pulvérisé en 2017 avec une croissance des ventes de piscines estimée à 11 %, à 2,1 milliards d’euros.


Ralentissement en 2018

Toutefois, si les chiffres de 2017 restent exceptionnels, le dernier trimestre de l’année se distingue par un fort repli des ventes qui pourrait annoncer une année 2018 moins faste pour les professionnels du secteur comme Desjoyaux, Mondial Piscine ou Waterair. Sur cette période, les ventes n’ont progressé que de 2 % contre 19,5 % l’an dernier et le nombre de devis a, lui, reculé de 1,5 %. Interrogé par Les Echos, Gilles Mouchiroud, président de la Fédération des professionnels de la piscine (FPP), a même déclaré que les professionnels s’attendaient à une année « plus modérée » et qu’il en était fini de « la croissance à deux chiffres pour 2018 ».

Pour autant, le marché ne recule pas. Il faut dire que les années précédentes ont été si fortes en termes de recettes qu’il était difficile de maintenir une telle tendance sur le long terme. D’autant que le marché français est le deuxième mondial et que le taux d’équipement est déjà élevé avec, depuis 2017, le cap des deux millions de piscines enterrées franchi dans l’Hexagone. Dans certaines régions particulièrement ensoleillées, il est difficile de vendre de nouvelles piscines. En revanche, on constate un déplacement des ventes vers des zones plus au nord, où ce produit reste plus marginal.


Les équipements et à côté en plein essor

Afin de continuer à faire du chiffre, les professionnels misent de plus en plus sur des diversifications de leur activité. En plus de proposer la conception et la pose de piscines enterrées, ils sont de plus en plus nombreux à proposer l’installation de spas (jacuzzi, etc.), la construction d’abris, la vente de mobilier d’extérieur ainsi que tous les équipements et accessoires qui accompagnent une piscine (bâche, robot nettoyeur, produits d’entretien, etc.). Les abris de piscine ont particulièrement la cote, selon la FPP qui estime que 10 % des piscines en sont désormais équipées. Leurs prix se situent entre 7 000 et 25 000 euros en moyenne, ce qui représente un complément de recettes non négligeable pour les piscinistes.

Une aubaine pour les spécialistes de l’équipement de la piscine, comme Irrijardin. En 2017, le groupe toulousain a en effet enregistré un chiffre d’affaires de 80 millions d’euros, en hausse de 11,7 % sur un an et ouvert huit nouveaux points de vente. Cinq autres ont été inaugurés en 2018 à Gap (05), Messanges (40), Pau (64), Ecully (69) et Cavaillon (84).

Trois questions à Sophie Gucciardi, directrice des ressources humaines d’Irrijardin

Irrijardin a enregistré une croissance de près de 12 % en 2017. Comment l’expliquez-vous ?

Depuis la création du réseau en 1989, nous avons toujours eu un taux de croissance à deux chiffres. Plusieurs raisons à cela, à commencer par la croissance externe du réseau : nous ouvrons chaque année de nouveaux magasins qui viennent grossir les résultats de l’ensemble. Mais pas seulement, puisque lorsque l’on considère par exemple nos dernières performances sans tenir compte des ouvertures de 2017 ni de 2018, nous observons tout de même un taux de croissance d’environ 7 %. Ce qui signifie que nos points de vente existants améliorent eux aussi leurs chiffres d’affaires, expliquant en partie notre croissance soutenue. A bientôt trente ans et avec 100 magasins ouverts en France, nous pouvons dire que nous avons acquis une maîtrise et une connaissance du marché de l’équipement et des accessoires de piscine. Et nous avons su très tôt anticiper l’essor du web et créer une véritable complémentarité entre internet et le magasin.

Le marché de la piscine ralentit. Comment vous y préparez-vous ?

Certes, les ventes de piscines enterrées sont moins nombreuses que les années précédentes. Mais nous nous positionnons au-delà de la construction de piscines puisque notre cœur de métier, ce sont les accessoires et tout ce qui permet l’entretien (robots nettoyeurs, traitements de l’eau, etc.). Bien sûr, nous restons attentifs aux évolutions du marché de la construction, bien que nous ne soyons pas directement impactés. En revanche, cela ne nous empêche pas de nous concentrer sur les nouveautés du secteur afin de répondre aux attentes des consommateurs d’aujourd’hui. Irrijardin se met à proposer par exemple des appareils connectés qui, reliés aux smartphones, permettent de contrôler l’état de l’eau.

Quelles sont vos ambitions pour 2018 ?

Toutes nos ouvertures de magasins se font entre avril et mi-juin et nous avons déjà inauguré tous nos nouveaux points de vente de l’année 2018. Ils sont au nombre de cinq et nous ont permis de franchir la barre des 100 magasins ouverts sur le territoire. En 2019, le réseau est encore plus ambitieux et vise les dix ouvertures. Si l’enseigne est déjà bien implantée dans le sud de la France, de nombreuses zones restent disponibles partout en France (voir les villes disponibles ici). Nous avons également de beaux projets de reprises dans des villes comme Istres (13) ou Vallauris (06).

Jennifer Matas