Développement

Les recettes d’Optical Center pour devenir leader

2017-11-15T06:00:00+02:0015.11.2017, 


imprimer

L’enseigne d’optique et d’aides auditives vient d’ouvrir son troisième point de vente au Canada. Une première pour un réseau français sur le marché nord-américain.

Optical Center Canada
Crédits photo : Droits réservés

Afflelou, Optic 2000, Krys, Atol les Opticiens… Ils sont nombreux à se disputer le marché de l’optique en France, évalué à 6,6 milliards d’euros en 2016 (source : GfK France). Sans compter l’émergence de nouveaux acteurs sur internet, comme HappyView, Direct Optic ou encore Sensee, qui profitent de l’assouplissement légal des règles en matière de vente de lunettes. Pourtant, il est un réseau qui entend devenir leader ces prochaines années grâce à ses méthodes atypiques de développement : Optical Center.


Carte blanche aux salariés

L’enseigne fondée en 1991 par Laurent Lévy s’est dans un premier temps développée uniquement en succursale, avant de s’ouvrir à la franchise au début des années 2000. Aujourd’hui, ce mode de développement est devenu prépondérant puisque le réseau compte une succursale pour cinq magasins franchisés en moyenne. Mais ce qui fait l’une des principales originalités de cette enseigne, c’est sa stratégie de développement.

Car si dans l’univers de la franchise les réseaux multiplient les initiatives pour trouver de nouveaux candidats aux quatre coins de l’hexagone, Optical Center fait office d’exception. En effet, exit les salons professionnels et les opérations de communications nationales en vue d’attirer de futurs franchisés : l’enseigne a fait de ses salariés son unique vivier de candidats à la franchise. « Nous ne recrutons personne en reconversion professionnelle comme peuvent le faire les autres réseaux. Nos franchisés sont tous des collaborateurs Optical Center qui souhaitent ouvrir leur propre magasin avec nous », explique Sacha Assola, directeur des franchises Optical Center.

Il en est ainsi de toutes les ouvertures ou presque de l’enseigne, qui compte aujourd’hui une centaine de succursales, 500 magasins franchisés ouverts en France et une vingtaine à l’international. Récemment, Optical Center a notamment inauguré trois points de vente au Canada et, là encore, c’est un ancien salarié qui a initié le projet. « Benjamin Blaise avait comme projet de vie de s’installer à Montréal et il nous a proposé d’implanter la marque là-bas », résume simplement Sacha Assola. Ce faisant, l’enseigne fait coup double puisqu’elle permet à l’un de ses collaborateurs de concrétiser son projet en restant au sein du réseau et de devenir le premier réseau français d’optique à compter trois magasins outre-Atlantique. « Avec cette nouvelle ouverture, nous affirmons notre volonté de poursuivre notre développement à l’international, et d’atteindre notre objectif de devenir leader en France en 2020 », a ainsi déclaré Laurent Lévy.

En Belgique, en Suisse, au Luxembourg et en Israël, aussi, ce sont d’anciens salariés qui ont choisi d’ouvrir avec Optical Center dans ces pays. L’enseigne est également présente en Espagne, où elle a ouvert trois succursales afin de tester le marché avant un éventuel déploiement en franchise. « Nous avons déjà les candidats en interne pour cela », précise Sacha Assola. Et d’ajouter : « Nous ne recourrons jamais à la master-franchise et procéderons toujours ainsi, car notre objectif est de garder une maîtrise totale du concept ».


La multi-franchise comme clé de voûte

Ces trois prochaines années, Optical Center entend devenir leader du marché de l’optique français en termes de chiffre d’affaires. « Nous souhaitons atteindre les 700 points de vente, dont 100 succursales et 600 franchises », rappelle le directeur des franchises. Avec une moyenne d’1 million d’euros de chiffre d’affaires par magasin, Optical Center pèserait ainsi 700 millions d’euros.

En trois ans, l’enseigne espère ainsi ouvrir 200 magasins en franchise. « Notre réseau ne dépassera pas les 120 franchisés, nous privilégions donc la multi-franchise », ajoute Sacha Assola. Un franchisé Optical Center s’engage ainsi à ouvrir 5 magasins ou plus, en moyenne. « De cette façon, le franchisé peut s’épanouir professionnellement avec une zone étendue et, de notre côté, nous limitons le nombre de nos interlocuteurs pour davantage d’efficacité. » Pour ces prochaines ouvertures, l’enseigne a déjà identifié les villes cibles. Ne reste plus qu’à trouver les emplacements.

Jennifer Matas