Lavage auto

Astikoto prend un nouveau virage en franchise

2018-12-14T07:38:00+02:0014.12.2018, 


imprimer

Créé en 2011, ce réseau spécialisé dans le lavage écologique des véhicules a finalisé une levée de fonds de 275 000 euros en vue de financer son développement en franchise. L’objectif : atteindre les cinquante centres d’ici 2025.

Franchise Astikoto
Crédits photo : Droits réservés

La première station de lavage Astikoto a été inaugurée en mars 2011 au Cellier, près de Nantes. Depuis, l’enseigne s’est ouverte à la franchise et a essaimé dans le Grand Ouest.


Douze centres ouverts en France

Aujourd’hui, Astikoto fédère un réseau de douze centres de lavage. Après l’ouverture du premier établissement, un deuxième s’est installé en concession de marque, puis d’autres en franchise à partir de 2013. Tous sont implantés entre Cholet et Nantes, dans l’ouest de la France. Le dernier a été inauguré à Beaupréau-en-Mauges le 1er novembre 2018. Il est dirigé par Stéphanie Cantoni, sœur du fondateur du concept Jean-Noël Cornuaille et franchisée de l’enseigne depuis 2014 à Vallet. Mais Astikoto espère aller encore plus vite et plus loin dans le développement de son réseau.


Accélération en franchise

C’est pourquoi il a levé 275 000 euros au printemps 2018. Cet apport financier supplémentaire va permettre de muscler l’équipe de développement et d’accompagner l’ouverture de nouvelles stations de lavage en franchise. Bien positionné dans le Grand Ouest, Astikoto espère poursuivre les implantations de centres de lavage dans les environs en s’installant prioritairement dans la Sarthe, la Mayenne, le Maine-et-Loire, la Loire-Atlantique, la Vendée, le Morbihan et l’Ille-et-Vilaine. Des candidats à la franchise sont également recherchés dans les alentours et notamment en Bretagne, en Normandie, dans la région Centre, en Poitou-Charentes, dans le Limousin, en Aquitaine et en Midi-Pyrénées. L’enseigne ambitionne par ailleurs de s’établir en Ile-de-France. « Un développement en spirale afin de réaffirmer l’un des grands principes du fondateur Jean-Noël Cornuaille : mailler le territoire pour faciliter la vie des utilisateurs », souligne l’enseigne. Le cap des vingt unités devrait être franchi en 2021 et l’enseigne espère atteindre les cinquante unités d’ici 2025.


Le lavage auto écologique

Comme ses concurrents Cosméticar, Ecolave ou encore Ecowash Mobile, Astikoto se positionne sur le marché du lavage automobile écologique. L’enseigne assure qu’un lavage dans l’un de ses centres permet d’économiser 30 % d’eau par rapport aux systèmes traditionnels de lavage haute pression et 60 % par rapport à un lavage chez soi. « Nous utilisons des produits 100 % base végétales, biodégradables à 99 % et avons mis en place un système de traitement et d’évacuation des eaux avec filtre à sable, bac de décantation et séparateur d’hydrocarbures », précise la tête de réseau. Particularité de cette enseigne : le « Care-box ». Il s’agit d’un lieu spécifique pensé pour l’entretien et la maintenance esthétique des véhicules (nettoyage extérieur et intérieur, la rénovation des plastiques, les traitements de protection, etc.), avec la présence sur place d’un opérateur pour un service personnalisé.


Un marché porteur ?

Le marché du lavage auto compte une multitude d’acteurs. Entre les stations de lavage à jet haute pression, les rouleaux, les lavages manuels en station et les laveurs mobiles – sans parler du lavage à domicile plébiscité par 22 % des automobilistes* – le choix est vaste. Mais généralement, tous les sondés privilégient la proximité (41 %), puis le prix (25 %), la qualité du lavage (22 %) et le faible temps d’attente (6 %). Autre fait notable : 84 % des véhicules sont lavés deux fois par an en moyenne. 38 % des Français préfèrent le rouleau, 30 % le jet à haute pression, 7 % le lavage à la main et 3 % les laveurs mobiles.

*Etude IFOP pour Kleen réalisée en 2017.

Jennifer Matas