Découverte

C. Huyghues-Despointes (Viens jouer à la maison) : « Replacer l’humain au cœur d’un projet de vie »

2010-06-17T08:43:00+02:0017.06.2010, 


imprimer

Enseigne hybride entre le concept store et l’atelier éducatif pour les enfants, Viens jouer à la maison s’appuye sur l’importance de la relation humaine dans le commerce de proximité. Interview de la fondatrice, Camille Huyghues-Despointes.

Le concept Viens jouer à la maison
Crédits photo : Les Echos de la Franchise / Ariane Gaudefroy
La boutique Viens jouer à la maison d'Asnières-sur-Seine a ouvert ses portes en 2008.

Définition du concept

« Viens jouer à la maison est un lieu unique et convivial dédié aux enfants de 0 à 10 ans et à leur maman. Ce concept hybride s’articule autour d’une boutique proposant des articles liés à la petite enfance et d’une salle où se déroulent ateliers et activités. Eveil aux sens, à la musique, exercices de motricité, relaxation, initiation à l’anglais, au théâtre ou au poney, mais aussi yoga prénatal, sophro-relaxation, gym pilates et initiation au massage du bébé… la vie du point de vente est rythmée par une quarantaine d’activités hebdomadaires disponibles par abonnement et destinées au bien-être des mamans ou futures mamans et favorisant le développement des enfants. 10 mois d’animations régulières auxquels s’ajoutent des stages à la journée ou à la semaine pendant les vacances, des sorties en groupe et des goûters ou soirées d’anniversaire. »


C. Huyghues-Despointes, Viens jouer à la maison
Crédits photo : DR
Camille Huyghues-Despointes, fondatrice de Viens jouer à la maison.

Raison du succès

« Notre concept répond à une forte demande : aujourd’hui, de nombreux enfants sont gardés à la maison, ce qui limite les occasions de socialisation. Pour répondre à ce besoin, Viens jouer à la maison propose à l’enfant des activités épanouissantes et structurantes avec des camarades et un animateur qu’il retrouvera chaque semaine tout au long de l’année, comme dans une école. La clé de notre succès réside dans l’instauration de repères sécurisants pour l’enfant et dans l’ambiance chaleureuse du point de vente. Décorée de couleurs acidulées et de meubles bas adaptés aux plus petits, notre boutique se trouve à mi-chemin entre un salon et une chambre d’enfant. Ce lieu favorise la discussion et le contact entre les mamans. L’occasion pour toute l’équipe de nouer une réelle relation de proximité avec les familles. Nous proposons à la vente des jouets et des éléments de décoration de chambres d’enfants personnalisables. Cette partie de l’activité a rencontré un tel succès que nous l’avons beaucoup développé, de manière à répondre aux demandes. »


« A chacun son propre équilibre de vie »
Femme d’un chef d’entreprise, Camille Huyghues-Despointes a 32 ans et 3 enfants en bas âge, lorsqu’elle crée Viens jouer à la maison. « On a essayé de me décourager, mais je suis convaincue que chacun a son équilibre propre. Avant, je travaillais dans une grosse structure et je m’ennuyais. Aujourd’hui, je fais quelque chose qui me plait et je suis deux fois plus épanouie. Plus que du temps, je pense que les enfants ont avant tout besoin d’une excellente qualité relationnelle. Aujourd’hui, mes trois enfants voient une maman qui rentre du boulot heureuse de sa journée et qui est encore plus disponible pour profiter d’eux ! », affirme-t-elle.

Boutique Viens jouer à la maison
Crédits photo : Les Echos de la Franchise / Ariane Gaudefroy
A mi-chemin entre un salon et une chambre d’enfant, la boutique favorise l'échange entre parents et enfants.

Pourquoi se développer en franchise ?

« Basé sur un relationnel important avec les familles, notre concept nécessite une implication personnelle très forte, ce qui fait aussi tout son charme. En devenant franchisé, un entrepreneur s’implique totalement dans la gestion de son point de vente. La franchise nous permet de mutualiser les coûts et de réaliser les économies d’échelle nécessaires à la rentabilité des entreprises en réseau. Nous avons également mis en place une plateforme de services facilitant la gestion logistique de la partie boutique et dégageant du temps aux franchisés pour se concentrer sur la relation client. Nos redevances s’élèvent à 8 % et permettent aux franchisés de bénéficier du travail de renouvellement des activités mises en place par la direction pédagogique. »


 Comment construisez-vous votre développement ?

« Nous avons ouvert le point de vente d’Asnières-sur-Seine en septembre 2008 et nous l’avons testé pendant une année complète avant de nous lancer dans la mise en place du réseau de franchise. Depuis, notre chiffre d’affaires a connu une croissance à deux chiffres. Fin 2009, nous avons construit les outils du réseau, pour ensuite participer à Franchise Expo Paris en mars dernier. Notre manuel opératoire est finalisé. Pour l’instant, nous pensons ouvrir entre 1 et 3 boutiques d’ici fin 2010. Le concept est adapté à toute la France, nous privilégierons donc les bonnes candidatures aux bonnes villes. Nous recherchons des pionniers ayant le désir de replacer l’humain au cœur de leur projet de vie et n’ayant pas peur de prendre des risques. Nous voulons entretenir des rapports très étroits avec nos futurs franchisés, de manière à favoriser les remontées du terrain pour adapter en permanence nos exercices à l’évolution des besoins des enfants. Même si la franchise est un contrat très normé, nous recherchons des personnes qui sauront prendre des initiatives et jouer un rôle proactif dans le réseau. »