Bilan 2014

Location auto : les clients au rendez-vous, la rentabilité moins

2015-04-21T06:00:00+02:0021.04.2015, 


imprimer

Sur le marché très compétitif de la location automobile, les enseignes peinent à trouver des leviers susceptibles d’améliorer leur rentabilité. Pourtant, le secteur est en bonne santé sur ses volumes, qui progressent de 10 % par rapport à 2013.

Location auto
Crédits photo : Shutterstock

« En matière de chiffre d’affaires, les tendances sont favorables mais ne sont pas à l’image de celle des volumes ». Voici les conclusions de Jean-Philippe Doyen, président de Sixt France, au sujet du marché de la location automobile de courte durée.

En effet, selon l’étude annuelle du CNPA* sur le marché de la location auto de courte durée, la croissance est bel et bien présente en matière de volume. En 2014, ce dernier a progressé de plus de 10 %, avec 20 millions de locations effectuées sur l’année (loueurs classiques et Autolib’ compris). Au total, ce sont 15 % des Français qui ont eu recours à la location de véhicule en 2014.

Sur ce secteur très compétitif, les low costers, le boum d’Internet et de l’auto-partage** ont tiré les prix vers le bas. « Il y a des chaines internationales qui souffrent du manque de rentabilité », confie André Gallin, président de la branche loueurs du CNPA, sans citer d’enseignes. « Les difficultés économiques que nous connaissons depuis 2011 ont deux effets contradictoires sur notre secteur », analyse-t-il. « Du côté des particuliers, elles boostent leur recherche de solutions économiques et les poussent à se tourner vers la location. Au contraire, le segment affaire souffre des restrictions économiques opérées par les entreprises qui choisissent de limiter leur recours à nos services ».


Des leviers dynamisants

Heureusement, le segment de l’auto-partage, bien qu’il connaisse une légère baisse en 2014 (-1 point par rapport à 2013), dynamise toujours le secteur. Ce sont plus particulièrement les grandes métropoles qui poussent les consommateurs à louer un véhicule pour une courte durée sans passer par une agence. Pour preuve, 23 % des résidents d’Ile-de-France déclarent avoir eu recours à l’auto-partage en 2014. Les locations de courte durée progressent donc de fait.

Autre levier favorable au secteur, le digital représente à lui seul 41 % des réservations et réduit ainsi leurs délais.


La location entre particuliers toujours dans le viseur

Contrairement à l’an passé, le CNPA n’a pas exprimé de crainte envers la location entre particuliers, considérant que les solutions alternatives restent actuellement minoritaires. Dans les faits, 5 % des détenteurs de permis déclarent avoir déjà loué auprès d’un non professionnel. Le dossier demeure néanmoins l’une des discussions principales qu’entretient le syndicat avec les pouvoirs publics. A terme, il souhaite trouver des accords, notamment sur l’obtention d’espaces de parkings gratuits, l’ajout de bornes de rechargement et la possibilité pour les véhicules électriques en location d’emprunter les couloirs de bus. « Nous sommes écoutés et nos interlocuteurs y réfléchissent », assure André Gallin.

* Conseil national des professions de l’automobile
** L’auto-partage est une mise à disposition d’un véhicule pour la durée du besoin du client (une heure ou une demi-journée par exemple), sans passage en agence (dématérialisation du service). Autolib’, Drivy ou encore OuiCar sont des acteurs de ce système.