Portrait

Alban Vidal, directeur financier reconverti dans les jeux vidéo

2014-12-31T06:00:00+02:0031.12.2014, 


imprimer

Ancien directeur financier dans la grande distribution, Alban Vidal, 45 ans, a opéré une reconversion totale. Après 18 années au service de Casino, il a rejoint l’enseigne Game Cash et l’univers du jeu vidéo début juin 2014. Moment opportun selon lui pour tenter l’aventure de la franchise à Saint-Etienne (42).

Alban Vidal, directeur financier reconverti dans l
Crédits photo : D.R.

A 45 ans, Alban Vidal a décidé d’intégrer le réseau Game Cash, spécialisé dans la vente de jeux vidéo d’occasion. « C’était le bon moment pour lancer mon affaire. A 45 ans, on peut dire que je ne suis ni trop jeune ni trop vieux, ce qui me permet d’allier expérience et dynamisme », assure le nouveau franchisé. Résultat de ce changement de cap professionnel, une nouvelle vie et un nouveau rythme.

Une rupture totale…

Après quasiment deux décennies passées aux côtés du géant de la distribution Casino, Alban a fait le grand saut de l’entrepreneuriat. « J’en avais assez de cette pression permanente et de ce rythme de vie qui ne me convenait plus. J’avais envie de me mettre à mon compte et l’idée de créer mon entreprise me traversait l’esprit depuis pas mal de temps. Appréciant l’univers des loisirs et du jeu vidéo, c’est naturellement vers une enseigne spécialisée que je me suis tourné », explique le franchisé. Cette décision a été également motivée par le goût du challenge et l’envie d’entreprendre. C’est au détour d’un simple magazine que le quadragénaire a trouvé l’objet de sa quête. « Je cherchais les réseaux qui recrutaient et qui avaient la volonté de se développer lorsque je suis tombé sur l’enseigne Game Cash ». Dès lors, l’histoire a débuté.


… mais une dévotion à toute épreuve

Séduit par le concept de la société de jeux vidéo, l’agencement et le fonctionnement du point de vente, Alban Vidal a pris contact avec les responsables du développement de Game Cash. Tout est allé très vite. « En quelques mois, les discussions ont abouti. Une aubaine d’autant plus que très peu de réseaux de gaming se développent en franchise, modèle qui s’adaptait très bien à mes ambitions », détaille-t-il. L’installation en terre stéphanoise s’est déroulée sans réelles difficultés du début à la fin, « même si bien sûr il y a toujours quelques anicroches ». Aujourd’hui, l’investissement d’Alban peut être qualifié de total. « Je suis à 150 % dans mon travail, je fais 70 heures par semaine, ce qui est logique quand on lance une affaire. » Afin de l’épauler, un emploi CDI a été créé et un apprenti  recruté. Un quatrième membre devrait rejoindre l’équipe pour la période de Noël à janvier. « Nous avons réalisé le deuxième meilleur démarrage du réseau. Cela ne fait que 4 mois que j’ai lancé mon activité et pourtant je suis à l’équilibre financier depuis le deuxième mois. Le magasin réalise une croissance à deux chiffres et possède à n’en pas douter un grand potentiel ». Un potentiel évident quand on sait qu’aucune campagne de communication et de publicité n’est venue appuyer l’ouverture de la boutique rhodanienne…


Un équilibre à trouver

Fort d’un lancement réussi, Alban Vidal nourrit d’autres ambitions. « Sur le long-terme, je projette de diriger deux ou trois magasins supplémentaires. Ce premier établissement me permet de me faire la main tout en m’acclimatant au milieu et ses différentes composantes. » Aussi, l’implantation de ses potentielles unités s’effectuerait en région Rhône-Alpes, afin de garder une vue globale. Une fois son réseau établi, le Stéphanois espère ainsi pouvoir concilier travail et vie de famille. « Mon but n’est pas de passer ma vie en magasin, mais de pouvoir profiter de mes proches une fois que l’ensemble du puzzle sera mis en place. » Des aspirations entrepreneuriales certaines qui n’ont rien de virtuelles.